×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 940

Guadeloupe. Ex UAG : Qui après l’équipe Corinne Mence-Caster ?

16 Sep 2016
1369 fois

Pointe-à-Pitre. Vendredi 16 septembre 2016. CCN. L’AG de la communauté universitaire de Guadeloupe qui s’est tenue hier à Fouillole aura été un moment particulièrement âpre d'échanges, de démonstration, de contre-argumentation autour de la question essentielle du maintien ou pas de l'administrateur provisoire de l'UA, dont l'on peut dire après avoir écouté les différents intervenants qu'il ne s'est pas distingué par son grand respect du droit et de la démocratie universitaire.

 

Avec l'objectif louable transformé en prétexte inavouable de faire procéder à des élections rapides pour garder le pouvoir entre les mains de l'équipe au pouvoir depuis presque 5 années, l'administrateur provisoire Jacky Narayaninsamy a mobilisé contre lui les plus féroces adversaires de CMC.

Et loin de se réduire à des membres du laboratoire CEREGMIA, mis en cause judiciairement; la fronde contre la tentative de "putsch" et de mise à mort des conseils élus par la démission organisée des membres du CA a pris une ampleur innatendue.

Menée par le vice-président du Pôle Guadeloupe particulièrement remonté contre des pratiques qu'il a qualifié de "hold-up" politique et de déni démocratique, plusieurs universitaires et syndicalistes ont eux aussi exigé l'application de la loi (le code de l'éducation) et des statuts de l'université. Pour quel objectif ? Permettre que dans les mois qui viennent l'Université des Antilles puisse fonctionner sur les mêmes bases démocratiques que dans n'importe quelle autre université. Et non pas dans un régime provisoire sans réunion des conseils et décisions politiques, provoquée par une démission présidentielle qu’on peut qualifier de machiavélique.

Car l'administrateur provisoire ne peut en réalité s'occuper que d'organiser la prochaine élection de décembre. Il ne peut également qu'administrer sans diriger l'établissement. Au cours d'un très vif plaidoyer pour une vraie autonomie des pôles Jack Molinié de l'intersyndicale a rappelé le combat mené pour arriver à une université fondée sur le respect des pôles, de leur autonomie et de leurs élus.

De son côté, le professeur et doyen de la faculté de Droit et de Sciences Economiques du Pôle Guadeloupe Jean Gabriel Montauban s'est élevé contre un système qui méprise les élus et autorités universitaires du pôle depuis trop longtemps. Les syndicalistes du SPEG SUP ont dénoncé les dérives de la gouvernance quant au respect des lois et alerté sur les conditions graves d'exercice de leur mission des personnels dans les composantes et services de l'université. Enfin Didier Destouches, l’actuel vice-président, visiblement exaspéré, a tenu à expliquer méticuleusement les intérêts qu'il y a à avoir l’élection d'un Président au plus tard en octobre. Pour préparer les futures élections mais aussi pour prendre des mesures politiques en retard et faire travailler assidûment les élus des conseils pour faire avancer les dossiers. Choses que l'administrateur provisoire ne sera pas en mesure de faire au regard de sa feuille de route.

Les opposants à ces propositions ont eux aussi été pugnaces mais sans faire aucune proposition, se contentant de manifester leur incompréhension et leur manque de courage face à une situation qu'ils acceptent pour éviter plus de stigmatisation de l'université. Une véritable inertie qui n'a pas empêché aux universitaires et au personnel présents de voter une motion d'application des textes en vigueur pour l'élection rapide d'un nouveau Président de l'UA. Mais qui serait candidat pour cette courte Présidence de 3 mois ?

La question reste posée. Si le Vice-président Didier Destouches semble être légitime et compétent pour la fonction et surtout faire le job, des personnalités comme Jean Gabriel Montauban en Guadeloupe ou Jean-Emile Symphor en Martinique semblent aussi susciter l'adhésion. Encore faudrait-il que le ministère entende la volonté de cette communauté mais aussi des élus du conseil de Guadeloupe qui ont voté une motion à l'attention des recteurs et du ministère. Reste que « la bande des trois », les probables candidats de l’ex l'équipe Mence-Caster ( D. Bernard, R. Dorville , A. Delcroix) auront bien du mal à convaincre les électeurs de voter pour eux après une telle démonstration de mépris et de dénigrement des instances de l'université.

Au sein de l’UA on sait que plus personne ne se fait guère d'illusions sur les ambitions de ces trois là mais aussi sur leur échec à venir.

Mais une question se pose avec acuité : Cette UA pourra t-elle vraiment fonctionner avec autant de clivages et de divisions internes ? Les primaires arriveront-elles à unir les universitaires du pôle Guadeloupe ? Et qui pourra relever un tel défi, qu'est celui de présider l’UA pour les cinq prochaines années ? Didier Destouches, malgré une mandature jugée positive et très constructive à la tête du pôle Guadeloupe, a réaffirmé qu'il ne sera pas candidat pour ce mandat et hormis deux candidats ptoentiels  le professeur Eustache Janky et Vincent Valmorin,  semblent encore prêts à se manifester ouvertement : C’est la bouteille d’encre !

Évaluer cet élément
(4 Votes)

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires

Last News