Breaking News

Guadeloupe. Crise à Petit Canal : Va-t-on vers une dissolution du conseil municipal?

30 Sep 2016
2889 fois

Petit Canal. Vendredi 30 septembre 2016. CCN. En juillet dernier, CCN avait publié une 1ére lettre ouverte adressée au maire de Petit Canal par son opposition. Depuis les choses ne sont pas arrangées, comme le témoigne cette 2e lettre. Les démissions successives au sein du conseil municipal, le mystérieux audit sont des questions brulantes et récurrentes qui  seront à l’ordre du jour d’un conseil municipal qui pourrait être houleux. Visiblement les difficultés s’accumulent, pour Blaise Mornal et ce d’autant que Florent Mitel, l’ex maire qui ne s’était pas publiquement manifesté au conseil municipal depuis sa défaite, serait nous dit-on de retour. Ainsi le courrier que signe, pour l’opposition, Mme Ketty Takour-Mardivirin, et que publie CCN ci-dessous, illustre parfaitement l’ampleur de la  crise qui affecte cette commune du nord Grande Terre. L’éventualité d’une dissolution du conseil municipal semble être une option désormais envisagée. Blaise Mornal déjà affaibli, résistera t-il à une contestation qui ne cesse de croitre ?

 La lettre ouverte adressée au maire le 28 septembre 2016.

         M. Mornal,

Il y a plusieurs semaines, j’avais pris mes responsabilités d’élue de l’opposition afin de vous demander des comptes sur de graves dysfonctionnements qui entachent d’irrégularité le Conseil municipal de Petit-Canal et, de facto, le conseil communautaire auquel nous appartenons. Les démissions en cascade au sein de votre majorité, maquillées, cachées ou actées avec un retard considérable, remettent en question nombre de décisions prises par les deux conseils. Je pense notamment à Mme Fritz Mounsamy, conseillère municipale déléguée aux finances et conseillère communautaire, et qui a présenté sa démission au titre de ces deux fonctions le 19 septembre 2015. Or celle-ci n’a été actée que lors du conseil municipal du 27 juin 2016, suite à une ultime relance de l’élue concernée.

M. Mornal, pourquoi de tels vices de procédure ? Qu’avez-vous à cacher ?

Je vous demande d’être suffisamment responsable et de vous expliquer clairement, et surtout, ne vous cachez pas derrière votre petit doigt et le contrôle de légalité !

Nous savons tous comment ça marche !

 Et puisque vous avez décidé de ne pas répondre concrètement, je souhaite informer la population de Petit-Canal, qu’à la mi-septembre 2016, j’ai encore pris mes responsabilités et ai alerté directement M. le Préfet de la Région Guadeloupe, Mme Gabrielle Louis-Carabin, présidente de la CANGT, M. le sous-préfet de Pointe-à-Pitre, M. le sénateur Jacques Gillot (en sa qualité de représentant des collectivités territoriales), et la direction générale des collectivités locales du Ministère de l’Intérieur, quant à la façon douteuse dont toutes ces démissions ont été traitées. Bien entendu, des preuves ont été jointes au dossier, et j’attends que ces responsables apportent des réponses claires aux Canaliens qui s’inquiètent des dérives de votre gouvernance.

Vous me demandez de m’expliquer et de rendre comptes au sujet de la précédente lettre ouverte, qui vous a mis en difficulté, alors même que vous annoncé sur les ondes que vous porterez plainte contre moi, car votre orgueil à été touché. Alors oui, certaines comparaisons  vous ont ébranlé…
Et encore, je ne vous ai jamais traité de dictateur, ni de tonton makout ! Ce sont vos méthodes que j’ai qualifiées, alors que vous, publiquement, lors de la campagne électorale, mais aussi quand vous siégiez sur les bancs de l’opposition, à maintes reprises, vous avez directement traité votre prédécesseur de dictateur. Deux poids deux mesures ? Ou ka tchouyé men ou pè mô, Mornal ?

Au lieu d’apporter une réponse sur les faits que j’ai évoqués, vous avez préféré lever un écran de fumée, avec la lettre que je vous ai adressée, en votre qualité de maire, relative aux élections départementales 2015, et qui a été détournée de son sens initial qui était celui d’une démarche d’opposition constructive pour l’intérêt supérieur de la population de Petit-canal, et à laquelle je n’ai jamais reçu de réponse. Et ce n’est que dans les médias, près de deux ans plus tard, parce vous aviez zéro argument pour répondre, que vous avez ressorti cette lettre comme un gadget, et que vous et l’administrateur du compte Facebook DPK avez balancée en ligne.

Est-ce ainsi que vous faites avec vous administrés lorsqu’ils vous sollicitent par courrier ?

Vous ne répondez pas, mais vous gardez pour humilier les Canaliens ?

Cet épisode aura au moins eu le mérite de montrer à quel point vous n’avez pas la maturité nécessaire pour exercer la fonction de maire. Sur ce point, il vous faut grandir, M. Mornal !

Je vais vous apprendre un point de droit, M. Mornal : la violation d’une correspondance privée est punie pénalement. (Article 432-9 du code pénal). Mais contrairement à vous, j’ai la conscience tranquille, et je vous ferai grâce d’une plainte pour « violation du secret de la correspondance ».

L’idée que j’ai de la politique est clairement différente de celle que vous avez et du niveau extrêmement bas vers lequel vous tirez les Canaliens et notre ville.

Par ailleurs, sur les ondes d’une radio, le mois dernier, vous avez parlé d’un audit prétendument mené et qui aurait été, je vous cite « flou ». Or, dans les dossiers de la mairie, aucune trace de cet audit ni du marché attribué à un quelconque prestataire de services pour le dit audit. Si cet audit a été mené, sur quelles bases aurait été choisi le prestataire ? Comment expliquez-vous que cet audit soit flou ?

Nous demandons que tous les documents relatifs à cette affaire soient rendus publics et communiqués clairement à la population. Mais nombre de Canaliens peuvent comprendre aujourd’hui que vous ne souhaitiez pas communiquer clairement sur cela, car à la vérité, aucun audit n’a été mené, puisque vous avez trouvé les caisses pleines. Aujourd’hui, la collectivité est dirigée par les chefs d’entreprises adhérents de votre association « Doubout Pou Kannal » qui ont financé votre campagne électorale, et nombre Canaliens se posent des questions sur la régularité des marchés publics accordés à ces bienfaiteurs de DPK…

 

 M. Mornal, grâce à la gestion rigoureuse de l’ancienne équipe, vous avez bénéficié de nombreuses possibilités de vous projeter dans le futur avec une situation financière et budgétaire excédentaire, de faibles taux d’endettement et d’imposition, reconnus par la direction des finances publiques. Cet excédent qui était destiné à servir d’apport pour le financement du projet de la zone agro-industrielle de Vermont, pour le développement du territoire et du Nord Grande-Terre, a disparu dans les mois suivants votre prise de fonction. Qu’avez-vous fait concrètement de toutes ces possibilités ?

 

Au regard de ces graves dysfonctionnements signalés, et de votre gestion douteuse des finances communales, nous vous demandons à nouveau : devons-nous arriver jusqu’à une dissolution de ce conseil municipal ?

Encore une fois, personne n’est dupe : alors que vous sentez le vent tourner contre vous dans votre propre majorité, vous avez décidé de tenir les conseillers municipaux qui sont encore dans vos rangs, avec la carotte d’une indemnisation que vous mettez au vote au Conseil municipal du 30 septembre 2016. Oui, vous essayez de trouver des arguments pour justifier cela, mais il est évident que c’est une façon déguisée d’acheter leur silence et leur dignité. C’est cela, faire de la politique autrement, pour vous, M. Mornal ? Enfin, de nouveau, vous vous êtes livré à un exercice de politique spectacle, en vous portant caution du bilan catastrophique de François Hollande, en recevant le Ministre des sports, en campagne pour le président sortant et Victorin Lurel en Guadeloupe. Mais personne n'est dupe: ces promesses de saupoudrage n'ont que pour seul but d'acheter les intentions de votes de nos compatriotes du Nord Grande-Terre qui ont besoin de véritables politiques structurelles.

Cela n’est pas étonnant, car vous êtes sous tutelle, encarté d’un parti politique, qui maintenant cherche à se démarquer, pour obtenir toutes les subventions des collectivités majeurs et aides de l’Etat, pour vos ambitions personnelles, et de réaliser vos projets audacieux (promesses électorales),  qu’ils ne reflètent pas à la représentation de notre commune rurale et de la population Canalienne.

Petit-Canal mérite mieux que ce que vous lui infligez à tous les niveaux.

       Dans l’attente d’interventions, des autorités compétentes concernant cette affaire, nous élus de l’opposition, nous nous préoccupons de l’avenir et souhaitons produire une autre image plus compétente de la commune, moins tournée vers les activités festives et autres addictions, afin que Petit-Canal puisse retrouver sa paix et sa sérénité.

 

 

 

Ketty Takour-Mardivirin,

Conseillère Municipale de l’opposition                                         

« Union démocratique pour la défense des intérêts de Petit-Canal  »                          

Évaluer cet élément
(2 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires