Guadeloupe. Primaires : Le match sans pitié des Sarkozistes et des Juppéistes… sous les cocotiers.

31 Oct 2016
1023 fois

Abymes. Lundi 31 octobre 2016. CCN. La Primaire de la Droite approche, ce sera les 19 et 26 novembre prochains. C’est  Sonia Petro, la présidente de la Fédération Guadeloupe des Républicains qui a la charge de la logistique de cette élection.  Pour l’épauler dans cette tâche Thierry Solère, député  francais des Hauts-de-Seine, est donc venu  sur place pour gérer les ultimes détails. Il fait ainsi  la tournée des  dernières colonies francaises pour rencontrer les présidents et les assesseurs des bureaux de vote de la Droite   pour bien leur expliquer les enjeux de cette primaire. 

Tout juste débarqué, Thierry Solère a pris le temps d’échanger avec les journalistes venus l’accueillir à sa descente d’avion. Certains représentants des candidats à cette élection sont également présents : Sonia Petro, soutien de Nicolas Sarkozy, Sylvie Chammougon-Anno, soutien de Bruno Lemaire et Jean Kassis, soutien de François Fillon. Manquaient à l’appel Sully Tacite, soutien de Jean-Frédéric Poisson et Luc Ademar et Philippe Chaulet, soutien et porte-parole d’Alain Juppé. Nathalie Kosciusko-Morizet et François Coppé n’ont pas de représentants en Guadeloupe : qui s’en étonne ?

 DSCN1310

Thierry Solère est plein d’assurance quant à l’issue du scrutin : « La primaire c’est la seule élection que l’on est sûr de gagner ! Lors de cette élection, on choisit certainement le prochain président de la République. » Les différents problèmes rencontrés lors de précédents scrutins ont influé sur l’organisation de cette primaire. « Pour éviter les fraudes et les turpitudes passées, il n’y aura pas de possibilité de voter par procuration. Il y a trois conditions à remplir pour pouvoir voter : être inscrit sur les listes électorales, signer la charte de la primaire qui dit « j’adhère aux valeurs républicaines de la Droite et du Centre et je m’engage pour l’alternance… » et enfin il faut payer deux euros. Nous demandons cette somme car il y a beaucoup de bureaux de vote et cela a un coût. La gauche demandait un euro minimum lors de ses primaires, chez nous c’est pas plus de deux. Sans oublier que depuis les tarifs des bureaux de vote ont augmenté. Le coût total de cette primaire nous revient entre 6 et 9 millions d’euros. Nous espérons avoir environ six millions de votants, ce qui nous rapporterait 12 millions d’euros. Avec le bénéfice engendré nous ferons une dévolution au candidat qui remporterait la primaire. C’est-à-dire que le reliquat reviendrait au vainqueur pour sa campagne présidentielle. »

Entre les présidents de bureaux, les assesseurs, les scrutateurs et les représentants des candidats, l’élection requiert la mobilisation de près de 75 000 personnes en France. Une grosse machine dont l’ordre de marche dépend de chacun. Sonia Petro se réjouit de voir que de nombreux Guadeloupéens s’investissent dans l’organisation des scrutins, pour preuve, le nombre de personnes venues assister à la réunion publique donnée par Thierry Solère le dimanche 30 octobre. « Il y avait beaucoup de monde, tous les présidents, les assesseurs et tous les représentants des candidats étaient là. » Quand on lui demande comment se porte la droite en Guadeloupe, elle reste optimiste « La droite se rassemble à nouveau, se recompose. Laurent Bernier, le secrétaire départemental, et moi-même avons en charge de faire vivre le parti. On a à cœur que les votants aient des représentants à leur image. »

 

DSCN1313Sylvie Chammougon-Anno expose, elle, la vision de Bruno Lemaire : « Il aspire à un renouveau de la classe politique. Avant de demander aux autres de changer, il faut que les hommes politiques changent. Pour la Guadeloupe, il compte mettre en place une véritable politique de l’emploi, notamment, grâce à une proposition innovante qui serait de privatiser Pôle-Emploi. »

 

 

 

 

  

DSCN1315Jean Kassis, lui, parle au nom de François Fillon : « C’est lui qui a voulu ces primaires, que tout soit neutre et que chaque candidat puisse s’exprimer. François Fillon c’est le changement profond et c’est de cela dont la France a besoin. »

Selon Sonia Petro, le candidat qu’elle soutient : « reste déterminé comme jamais. On ne s’occupe pas des sondages car ils se sont déjà largement trompés. Pour nous ce qui compte c’est le terrain et Nicolas Sarkozy y est bien présent. Il veut gagner la primaire et être le candidat de la Droite. Il veut d’une alternance franche et forte en France. »

 

 

 

Sully TaciteSully Tacite, joint par téléphone, explique que Jean-Frédérique Poisson : « considère que les autres candidats ne s’incarnent pas dans une posture présidentielle car ils ne fixent pas de grands axes. Lui, assume que la Droite ne doit pas avoir honte de dire qu’elle est conservatrice et affirme vouloir abroger le mariage pour tous. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Au lendemain de ces primaires,  l’examen du nombre de votants devrait donner quelques indications assez proches de la réalité sur le véritable poids électoral des « Républicains » et plus largement de ce qui reste de la Droite en Guadeloupe.  Mais il faudra sans doute tout de même tenir compte du fait que  ces «  primaires » risquent de « mobiliser » des électeurs qui ne seront pas tous  dans la mouvance  des «  Républicains » pur sucre. Car derrière cette élection à priori franco-française, il semble bien, que dans le sud Basse Terrien, une autre bagarre  se joue :  celle qui oppose depuis quelques mois les juppéistes et les Sarkozistes à la mode gwada. Pathétique ! 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires

Last News