Breaking News

Guadeloupe. Renoncements : François Hollande n’ira pas aux Primaires, Philippe Ramdini lâche le PS !

02 Déc 2016
1523 fois

Paris et Capesterre Belle-Eau. Vendredi 2 décembre 2016. CCN. Rude journée pour Hilaire Brudey, le secrétaire fédéral du PS en Guadeloupe, à peine remis du " choc " terrible causé par la décision de Hollande de ne pas participer aux Primaires de la Gauche, voila qu’il doit ce matin encaisser le départ de son ami Philippe Ramdini, du PS. Il est vrai que la « mise en congé de parti » de Ramdini  n’est pas une vraie surprise. Les observateurs de la vie politique savaient depuis très longtemps, que l’ex-conseiller régional de la liste « Lurel Guadeloupe pour tous », souhaitait reprendre sa liberté. Dans la longue lettre que Ph. Ramdini adresse à Hilaire Brudey, il affirme déplorer les « jeux ambigus de certains leaders socialistes (qui) ont troublé la donne électorale lors de diverses échéances municipales à Capesterre BE ». Ce départ du PS est aussi in fine, une manière pour Ramdini de solder ses comptes avec Victorin Lurel. Les relations entre les deux hommes se sont considérablement rafraichies au cours des derniers mois. Dans l’entourage de Ramdini, on a souvent déploré les « ambiguïtés » du « soutien » de Lurel qui a parfois oscillé entre ce que nous avions appelé dans le temps les 2 R : Ramdini et Ramassamy. D’ailleurs dans son courrier, Ph .Ramdini stigmatise « toutes ces petites combinaisons qui ne donnent pas une image honorable de la classe politique». Enfin, cette lettre n’est pas seulement une « mise en congé », car sans le dire explicitement, elle préfigure une possible et plus que plausible candidature de Ramdini aux législatives de mai 2017, contre Victorin Lurel, si ce dernier ne décide pas à son tour de renoncer à se représenter !


 

La Lettre de Philippe Ramdini.

 

Hugues Philippe RAMDINI

Conseiller Départemental,

Conseiller Municipal et Communautaire

A

Hilaire BRUDEY

1er Secrétaire,

Fédération Socialiste de Guadeloupe

 

Cher Camarade, Cher Hilaire

 

Je suis adhérent Socialiste depuis 2004. J’ai toujours suivi avec loyauté la ligne édictée par la Fédération socialiste de Guadeloupe. Tout au long de mon parcours politique et lors des différentes élections auxquelles j’ai participé, je n’ai jamais renié mon engagement et j’ai constamment affirmé mon appartenance à ce Parti. Les valeurs de justice sociale, de fraternité envers les plus démunis, et d’égalité dans la juste répartition des richesses ont toujours guidé mon action au bénéfice des guadeloupéens.

Pourtant, depuis plusieurs mois, j’ai engagé une réflexion, aujourd’hui murie, qui me conduit à faire un choix, certes difficile, mais nécessaire au regard d’un contexte spécifique et des enjeux déterminants à venir. Les valeurs que nous partageons, je continuerai à les défendre et à les transmettre avec la même détermination et la même conviction. Néanmoins, je ne veux plus être un homme de Parti, avec les contraintes, le sentiment d’enfermement, ces concessions épuisantes qui conduisent trop souvent à l’immobilisme et à la déception.

 

Car je me dois d’être foncièrement honnête, en affirmant que la loyauté qui était mienne n’a hélas pas toujours trouvé son entière contrepartie. A mon grand regret, les jeux ambigus de certains leaders socialistes, ont troublé  la donne électorale, lors des diverses échéances municipales à Capesterre Belle-Eau. Pourtant,  malgré ces « errements regrettables», mon engagement a été total lors des élections régionales de décembre 2015, où j’ai largement soutenu la liste « La Guadeloupe Toujours Mieux ».

Pour toutes ces raisons, je te fais part officiellement de ma décision de me mettre en congé du Parti Socialiste.

 

J’ai donc fais ce choix qui m’octroie une liberté nouvelle, celle de refuser, avec une forme de soulagement, toutes ces petites combinaisons qui ne donnent pas une image honorable de la classe politique. Une attitude que j’avais déjà adoptée en 2014, lors du vote pour la présidence de la Communauté d’Agglomération du Sud-Basse-Terre. Alors que nous avions deux potentiels candidats clairement identifié à Gauche, il m’avait été sommé  de voter pour un élu, dont toute la carrière politique a toujours été marquée à Droite. En mon âme et conscience, j’ai alors préféré choisir l’honneur d’un vote blanc plutôt que le déshonneur d’un vote qui trahissait toutes les convictions pour lesquelles je me suis toujours battu. Je ne le regrette pas.

Tandis que s’annonce une présidentielle, suivie d’élections législatives en juin 2017, je considère que lcontexte actuel au sein de la Fédération Socialiste, ne garantit pas une préparation de ces échéances dans des conditions normales de démocratie interne et de transparence. Je regrette qu’à l’instar de ce qui s’est déjà passé lors de précédentes élections, un homme a coopté l’investiture, empêchant toute alternance. Il m’apparait qu’un débat ouvert et qu’un travail programmatique en profondeur, étaient de nature à rassurer les guadeloupéens sur notre capacité à rassembler pour nous conduire à la victoire. Ce n’est pas la voie qui a été choisie et  je n’ai plus envie de m’épuiser dans des querelles internes.

Pourtant, il est clair que le désir de notre population pour un renouvellement de la classe politique est très fort. Un désir que le législateur a souhaité accompagner en interdisant à un parlementaire de cumuler un poste de maire ou de président de Collectivité, afin qu’il puisse se consacrer exclusivement à l’exercice de son mandat. Un élu doit être en permanence à l’écoute des besoins de notre population, de ses attentes, de ses souffrances, pour tenter sans esprit sectaire, d’apporter une modeste contribution à son mieux vivre.

Mais contre toute évidence, une chape de plomb est tombée sur le Parti, et certain cultive ce besoin obsédant de conserver le pouvoir, de rester au centre du jeu et de se complaire dans l’obstruction permanente. Pour ma part, Je refuse l’esprit partisan qui divise au lieu de rassembler. Je ne m’inscrits pas contre la nouvelle majorité régionale, mais pour la collaboration entre hommes de bonne volonté. « Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit » disait Antoine de SAINT-EXUPERY.

J’ai parfaitement conscience de ce que ce choix implique. Les appareils sont puissants et sans eux, les combats sont plus difficiles à mener. Mais j’ai foi en la force de mon engagement et en la clairvoyance des hommes et femmes de mon pays.

J’ai toujours une idée noble de l’action politique et souhaite la conserver. Je désire maintenant me consacrer à ce qui me paraît être l’essentiel: ouvrir les fenêtres, laisser entrer les idées, faire vivre la réflexion, permettre à cette nouvelle génération qui aspire aujourd’hui  à vivifier notre société, de enfin se faire entendre.

Je reprends une forme de liberté que je n’avais plus goûtée depuis longtemps.

 

Hugues Philippe RAMDINI

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires