Breaking News

Suivez CCN sur : 

CMA ZCL TV

Guadeloupe. Cinéma : Où en est la production audiovisuelle dans les dernières colonies françaises ?

19 Déc 2016
939 fois

By CCN.

Pointe-à-Pitre. Lundi 19 decembre 2016. CCN. Pendant une semaine à l’autre bout du monde dans l’une des colonies françaises du Pacifique, à Tahiti, les pros de l’audiovisuel des territoires encore sous domination française se sont rencontrés. Il s’agissait de faire un « état des lieux », mais surtout d’envisager l’avenir de la production audiovisuelle. Si l’on prend le cas de la Guadeloupe, depuis quelques années, on parle d’un cinéma guadeloupéen. Est-ce une fiction ou une réalité ?

Le succès relatif du « Gang des antillais » qui est sorti en salles et qui a rencontré son public, est-ce l’arbre qui cache la forêt ? Sommes-nous capables de produire plusieurs longs métrages à l’année en Guadeloupe ? Quid du documentaire ? Est-ce le genre par défaut qu’utilise la plupart des cinéastes et réalisateurs guadeloupéens pour s’exprimer, sachant que la fiction coûte beaucoup plus chère ?


Comment exporter nos productions en France ou à l’international quand la diffusion d’un documentaire ou d’un court-métrage sur les chaines guadelouoénnes est déjà en soit un parcours du combattant rarement couronnée de succès.

Autant de questions qui ont été débattues en Polynésie française, sur l’ile de Tahiti plus précisément. Loin de l’ambiance vahinés et cocotiers, un collectif de producteurs venant de tous les territoires des dernières colonies françaises, s’est réuni afin de réfléchir concrètement à l’évolution de l’audiovisuel et du cinéma dans le cadre des premiers Etats généraux de la Production audiovisuelle et cinématographique des colonies

La Nouvelle-Calédonie, la Réunion, la Martinique, la Guyane, la Polynésie française et la Guadeloupe y étaient représentées. La plus forte délégation était celle de la Guadeloupe, preuve que la Région Guadelope a compris tout l’enjeu de ces Etats généraux, car elle était représentée par Georges BredentPrésident de la commission Culture, Diana Perran Présidente de la commission Audiovisuel de la Région Guadeloupe, à signaler qu’ils étaient les seuls élus toutes régions et territoires à s’être déplacés, les élus polynésiens étant sur place.

La Région a aussi permis à des professionnels du secteur de se déplacer, la Présidente de l' Association des Producteurs de Cinéma et d’Audiovisuel de la Guadeloupe (Apciag) Christine Vial-Collet, de son vice-président Dimitry Zandwonis, de Christine Belenus productrice et membre de L'Apciag et de Gilda Gonfier présidente des Ateliers Varan Guadeloupe.

Quels furent les enjeux des États généraux de la production audiovisuelle et cinématographique des colonies ?

Les organisateurs, en l’occurrence Christine Tisseau Giraudel, productrice à Tahiti, et Christine Vial-Collet, productrice guadeloupéenne, avaient mis l’accent sur le fait de regrouper toutes les doléances sous un même chapeau afin de ne pas alourdir le cahier des charges. Tous les territoires souffrent des mêmes problématiques à des degrés divers, et avec certaines fois de fortes disparités, mais il ne s’agissait pas de faire du cas par cas.

Le but étant de synthétiser les points bloquants et les enjeux de cette filière et d’en faire un dossier lisible et digeste pour une restitution le 9 janvier 2017 aux Ministères de la Culture et des colonies

Lors de ces premiers Etats généraux, étaient aussi présents d’autres producteurs français, une représentante du Centre National Français de la Cinématographie et de L’Image aninée (CNC), du  Syndicat des producteurs Indépendants (SPI) et d’autres personnalités du monde du cinéma et de l’audiovisuel français. Tout ce petit monde a planché durant une semaine, abordant toutes les thématiques propres à chaque territoire et pour finir par élaborer un texte qui sera soumis aux autorités compétentes.

Tous les acteurs de ces Etats généraux étaient très conscients que le combat ne faisait que commencer, ce n’était là qu’une première pierre et qu’il fallait convoquer chaque année des Etats généraux sur un territoire différent pour faire avancer les choses, car le problème est aussi bien au point de vue local que sur le territoire hexagonal.

Les productions, les œuvres des colonies  sont reléguées sur les chaines « locales » (les « Outremer1ére  et autres télés privées locales), en France les producteurs sont gentiment dirigés sur France Ô.

Les questions qui ont été débattues tournaient autour de ces axes forts :

Où en est la production audiovisuelle et cinématographique  dans les colonies ?

Quels sont les axes souhaités de développement de la création audiovisuelle et cinématographique ultramarine ?

Comment optimiser le financement de la production, véritable levier économique pour les territoires sous  domination ?

Comment améliorer la diffusion et la distribution des œuvres ultramarines ?

Quels sont les points de réglementation concernant les métiers à faire évoluer ?

Quelles sont les actions à mettre en place à destination de la France, de l’international ?

Pour les organisateurs, l’important était de mettre l’accent sur les politiques culturelles locales, car sans l’appui fort de nos élus il sera difficile de faire émerger ce Cinéma  ultramarin et guadeloupéen.

Georges Brédent et Diana Perran semblent avoir entendu les doléances et compris qu’il y avait dans ce secteur une vraie filière à développer, en matière de créations d’emplois aussi bien que de retombées économiques.

Mais pour récolter il faut semer. Gageons que ces Etats généraux puissent porter la voix de nos mornes espérances au-delà des mers et que le cinéma ultramarin puisse réellement déployer ses ailes. Le rendez-vous est pris pour le 9 janvier 2017, date de la restitution des travaux devant les ministres de la Culture et des  dernières colonies  frnçaises . Nous suivrons ce dossier de près.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires