Breaking News

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1778

Guadeloupe. Conseil municipal de PàP : Le rapport de la CRC met le feu aux poudres !

30 Déc 2016
1829 fois

Pointe-à-Pitre. Vendredi 30 Décembre 2016. CCN. Le récent rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) a complètement bousculé l’ordre du jour du Conseil Municipal du mardi 27 décembre. Ce rapport dénonce la gestion de la ville de Pointe-à-Pitre. Il établit que la dette de la ville est deux fois plus élevée que ce qu’annonçait la municipalité, l’estimant à 22 millions d’euros contre 11 millions selon le maire. Ce dernier conseil municipal a été l’occasion pour l’opposition d’exprimer vivement ses positions quant à la politique mise en place par la majorité.

Dès le début  de la séance, Jacques Bangou, le maire de Pointe-à-Pitre, annonce un changement dans l’ordre du jour. Il précise qu’avec la publication du rapport de la CRC, il doit en être fait état lors du conseil municipal suivant et que par conséquent le point 4 du jour sera consacré à cette question. Cet unique point va susciter plus d’une heure de débat, éclipsant presque l’installation de Sandra Leffet-Samuel qui remplace Denise Nagau, démissionnaire.

« Nous n’augmenterons pas les impôts » a affirmé d’emblée Jacques Bangou. Les conseillers municipaux lui ont demandé comment comptait-il rétablir la situation financière de la ville. Chacun interpelle alors le maire sur cette situation ubuesque. Henri Yoyotte (opposition) demande des précisions sur la façon dont la majorité compte se sortir de ce déficit sans augmenter les impôts.

Marie-Eugène Thomaseau-Trobo (opp.) souligne l’expression que l’on retrouve dans le rapport de « Déficit structurel » et insiste pour savoir comment remédier à ce problème. Jacques Bangou répond que ce déficit structurel est dû au fait qu’il y ait plus de dépenses que de recettes mais l’opposition n’est pas d’accord avec cette définition. Selon Claude Barfleur (opp.), cela se rapporte plus à la structure même du budget qu’il faudrait « revoir complètement ».

Alain Sorèze, (opp.) a pris le temps de lire une lettre que son groupe a adressé à Jacques Bangou en réponse au communiqué de presse* (cf encadré) paru dans le France-Antilles du 24 décembre dernier. C’est une longue missive dans laquelle il rappelle la responsabilité du maire vis-à-vis de la situation financière actuelle. Il affirme qu’à la lecture de ce communiqué de presse, il « avait l’impression de regarder ces vidéos de ceux qu’on appelle des « fous de dieu », qui après avoir tranché la gorge de leur innocent otage, se filment avec fierté en disant « j’assume, j’assume, j’assume »… Il poursuit en invitant le maire à non pas seulement assumer ses échecs mais à assumer sa « responsabilité à redresser la situation. »

Afin de prendre connaissance de l’ampleur du déficit, Alain Sorèze exige dans le même courrier qu’il a rendu public, également les documents faisant état des emprunts de garantie, le tableau de suivi financier de la rénovation urbaine, un état voire un audit sur la situation de personnel et les rémunérations ainsi qu’une liste des créanciers de la Ville. En effet, le rapport de la CRC souligne le nombre d’agents employés par la ville et le fait qu’ils soient surpayés, toujours selon la CRC.

Ary Durimel, quant à lui, met en avant la problématique du fait que la ville ne paie pas ses impôts depuis plusieurs années et doit plus de 4 millions d’impôts

photobangouAprès avoir essuyé tous ces reproches, le maire qui a su garder son calme est passé aux autres points à l’ordre du jour. Comme toutes les villes de Cap Excellence, le conseil municipal de Pointe-à-Pitre a voté la modification des statuts de la communauté d’agglomération par rapport à la loi NOTRé. Les seuls points votés à l’unanimité concernent la nomination de résidences aux noms de Ti Georges, Hubert Jasor et Daniel Géniès ainsi que la convention de mutualisation de la commande publique entre la ville et le CCAS.

Malgré les tentatives d’explications du maire, les conseillers municipaux ne s’en sont pas laissés compter. Plusieurs ont d'ores et déjà annoncé qu'ils ne comptaient pas en rester là et il semble certain que ce débat reprendra lors des prochains conseils car l’opposition espère bien participer au redressement de la situation financière de la ville. 

 

 

Alain Sorèze

Conseiller Municipal (RND)

Pointe à Pitre, le 27 décembre 2016

Monsieur le Maire de Pointe à Pitre

Objet : Réponse à votre lettre du 23 décembre 2016 et demande de documents

Monsieur le maire,

Le lundi 26 décembre 2016, vous avez bien voulu adresser aux élus une « lettre à la population et aux élus », datée du 23 décembre 2016, en publicité dans le journal France Antilles du samedi 24 décembre 2016.

Suite à un mail dans lequel j’attirais votre attention sur le respect de la légalité et des élus, le directeur général des services a transmis le samedi 24 décembre 2016 à 14H34 l’avis de la Chambre Régionale des comptes relatif au compte administratif 2015 de Pointe à Pitre.

Nous ne sommes plus surpris par vos méthodes, du manque de respect de la légalité, de la désinformation, des mensonges et des manoeuvres à la limite de sanctions judiciaires.

En prenant lecture de votre lettre, j’avais l’impression de regarder ces vidéos de ceux qu’on appelle des « fous de dieu » , qui après avoir tranché la gorge de leur innocent otage , se filme avec fierté en disant « j’assume , j’assume , j’assume » .

Monsieur le maire, ce que nous vous demandons ce n’est pas d’assumer vos échecs résultats de vos obstinations mais d’assumer VOTRE RESPONSABILITE à redresser la situation pour éviter à la population d’en subir davantage les conséquences.

Ce que nous vous demandons, Monsieur le maire, c’est le langage de vérité et de courage, maintenant que la Chambre Régionale des comptes a démontré et dénoncé le non respect de la législation financière dans le seul but de MASQUER LA SITUATION FIANCIERE DEGRADEE de la Ville.

Vous persistez dans le mensonge en affirmant d’abord qu’il s »agit d’une étude rétrospective des comptes de 1989 à 2015 et ensuite vous continuez à affirmer que c’est « le résultat d’effort de reconstruction de la ville et de la prise en charge pleine et entière de son statut de ville centre ».

Monsieur le maire il s’agit bel et bien d’un avis sur le compte administratif 2015 voté par votre majorité avec un déficit sous évalué à plus de 8 millions d’euros et transmis par le préfet de région à la Chambre Régionale des Comptes.

Pour éviter que la situation financière de la Ville ne soit révélée en pleine campagne électorale, vous avez transmis les documents financiers à la chambre 2 mois après le vote du CA 2015.

Vous ne payez pas les impôts de la Ville « depuis deux ans » et vous ne payez pas les entreprises dans les délais obligatoires. Pointe à Pitre a de réelles difficultés de trésorerie.

Maquillage des comptes, esquive des réalités , non respect des règles budgétaires en lieu et place de transparence, de rigueur budgétaire et de courage politique : tels sont les faits dénoncés par la Chambre régionale des comptes.

Cet avis de la Chambre Régionale des comptes vient confirmer en tout point nos observations faites sur cette gestion, lors des débats d’orientation budgétaire, lors du vote des budgets 2015 et 2016, lors du vote du compte administratif 2015, lors du vote du programme d’investissements et de dépenses présenté en Autorisation de programme (AP).

Aujourd’hui nous ne tirons ni satisfaction ni fierté d’avoir eu raison car NOUS VOULONS ETRE RESPONSABLES et NOUS ASSUMERONS NOS RESPONSABILITES.

Vous vous présenté comme le champion des défenseurs des « classes laborieuses » et vous affirmez que « les ressources de 16 000 habitants supportent les charges de plus 50 000 personnes par jour ... alors que votre obstination conduit à la fuite des habitants en particulier ceux qui ont une réelle capacité contributive et à la fermeture de commerces, d’entreprises et d’administrations.

En réalité vos obstinations et vos stratagèmes électoralistes conduisent aujourd’hui à une situation telle que sont les plus petits et les plus fragiles qui seront touchés car IL FAUT REVOIR les dotations aux associations, à la Caisse des écoles, à la CCAS ; IL FAUDRA augmenter les impôts, les loyers et les baux commerciaux ; IL FAUDRA GERER LA REALITE et non des rêves qui conduisent au cauchemar.

Vous avez bien voulu encore une fois masquer la réalité à travers cette lettre. En réponse, nous vous demandons de nous fournir les documents suivants afin de nous permettre d’examiner la situation financière réelle de la Ville et de faire, dans les prochaines semaines, des propositions dans l’intérêt des pointois.

- Etat des emprunts garantis (annexes au CA complets)

- Tableau de suivi financier de la rénovation urbaine

- Un état ou un audit sur la situation du personnel et les rémunérations

- Liste des créanciers de la Ville (page 2 de votre lettre)

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires