Dominique. Nuit de violences et de pillages dans les rues de Roseau.

09 Fév 2017
1659 fois
Roseau. Jeudi 9 Février 2017. Caribbean360/CCN. Scènes de désolation à Roseau, la capitale de la Dominique. Vitrines brisées, débris et cailloux étaient encore visibles un peu partout comme pour rappeler les violences de la nuit précédente.
 
Les heurts ont éclaté quelques heures après une réunion publique et de protestation organisée par les partis d'opposition de l'île, au cours de laquelle les manifestants ont exigé la démission du Premier Ministre Roosevelt Skerrit. Selon les rapports, les manifestants se sont confrontés à la police puis ont eu recours à des pierres et des bouteilles pour briser les vitrines des magasins et les piller. Certains ont également bloqué les routes en allumant de petits feux dans les rues, obligeant la police en tenue anti-émeute à faire usage de gaz lacrymogènes pour rétablir l'ordre.
 
Tôt ce jeudi matin, le Premier ministre Roosevelt Skerrit a visité les magasins touchés dans la ville, promettant d’apporter une réponse complète plus tard dans la journée. Mais dans une déclaration publiée ce matin, le ministre de la sécurité nationale Raymond Blackmoore, décrit non seulement la violence comme une attaque contre l'Etat et de la démocratie mais aussi il a critiqué l'United Workers Party (UWP), la première force d'opposition qui avait appelé à la manifestation. Il a aussi accusé la direction du parti et ses agents d’avoir ordonné les attaques de la police et contribué à la destruction des biens immobiliers à Roseau.
 
« La violence n’est pas dominicaine », a-t-il déclaré avant d'ajouter, « de tels actes sont totalement inacceptables. La police continuera à faire son évaluation de la situation dans le but de se donner tous les moyens nécessaires pour maintenir la loi et l'ordre dans ce pays, d’arréter tous les coupables et de les confronter  à la justice ». Par ailleurs, M. Blackmoore a félicité les forces de l'ordre pour la rapidité de leur intervention : « La police a fait preuve d’un haut niveau de retenue et de diligence et a réussi à stabiliser la situation ».
 
De son côté, Lennox Linton, le leader de l’UWP, a catégoriquement nié que les scènes de violence aient eu quelque chose à voir avec la réunion de son parti. Il a ainsi condamné la « critique sans fondement avec autant de force que celle de  l'anarchie qui a touché  la capitale mardi soir ». Soulignant que les incidents ont eu lieu plusieurs heures après que la réunion de l'UWP ait pris fin, Il a appelé les responsables à "dire la vérité" : « United Workers Party condamne les actes de violence et de vandalisme qui ont éclaté dans les rues de Roseau au cours de la soirée du 7 Février 2017, causant de graves pertes  et des dommages aux entreprises ».
 
Lennox Linton a enfn annoncé que le UWP se réunirait en session d'urgence aujourd'hui pour discuter de l'incident.
 
 
Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires

Last News