Breaking News

Suivez CCN sur : 

CMA ZCL TV

Guadeloupe. WTF : les gendarmes « s’amusent » à mettre en scène la violence !

29 Mar 2017
62232 fois

Pointe-à-Pitre. Mercredi 29 mars 2017. CCN. Depuis quelques semaines, un phénomène étrange se produit lorsque vous appelez la gendarmerie en Guadeloupe. Si elle se déplace jusqu'à vous (soyez déjà content !), vous pouvez vous retrouver nez à nez avec un cameraman de W9, une chaîne française connue pour son appétence au sensationnel. Oui, un cameraman qui accompagne les gendarmes en plein « travail » et qui vous filmera alors que vous êtes aux prises avec un événement grave puisque nécessitant l'intervention des manblots ! Le témoignage pour CCN de Maitre Gladys Démocrite.

 

 

Vous aurez beau dire: « Non, je ne veux pas être filmé ! De quel droit me filmez-vous? Messieurs les gendarmes, intervenez ; ça n'est pas normal ! ». On répondra stoïquement : « Tout est en règle. Le cameraman a toutes les autorisations... Tout ce que l'on peut faire pour vous, c'est de flouter votre visage !..

En soi, cette situation est déjà véritablement choquante. Mais il y a pire... Non contents d’imposer la présence de ce cameraman lors de leurs interventions, les gendarmes vont jusqu' à mettre en scène les images de la violence en Guadeloupe pour W9. Et ça commence à se voir et à se savoir. Par exemple, il y a quinze jours environ, une interpellation musclée a eu lieu à Port-Louis. Le motif de l’interpellation reste sujet à polémique : s'agissait-il de jeunes qui exprimaient leur mécontentement suite à l'incendie suspect d'une maison proche du lieu qu'ils fréquentent ou de trafiquants de drogue ? Quoi qu’il en soit : intervention musclée des Gendarmes, très musclée même, avec bien sûr, au beau milieu, le cameraman de W9 en plein tournage. Heureusement que des images de cette intervention, prises par des personnes présentes sur les lieux et choquées de ce qui se passaient, ont filtré sur les réseaux sociaux et elles parlent d'elles-mêmes. Le caractère brutal de l'interpellation des Gendarmes avait visiblement été anticipé, puisqu’ils sont arrivés armés de chiens, matraque à la main, et bien sûr flanqués du fameux caméraman. Quand on voit les images, on a même l’impression que les personnes interpellées sont maintenues au sol plus longtemps que nécessaire, face à la camera, comme si les gendarmes faisaient la pose pour que le cameraman n’en perde aucune miette. 

Autre exemple, auquel j’ai assisté de mes propres yeux, dans le cadre de ma mission d’avocat. Mercredi dernier, le 22 mars, alors que j’étais appelée pour une garde-à-vue au sein même de l'enceinte de la gendarmerie, un gendarme me présente ce fameux caméraman. Il s’agissait pour lui de savoir si je ne m'opposais pas à ce que la garde a vue de mon client soit filmée. Je m'y suis évidemment opposée : on n’est pas ici à la téléréalité. Là, c’est l’avenir d’un jeune guadeloupéen qui était en jeu. Mais, à ma grande surprise, j'ai appris, au cours de la garde-à-vue, que l'interpellation de mon client avait été effectuée le matin en présence du cameraman, sur son lieu de travail, alors que la gendarmerie avait pris soin de demander quelques jours plus tôt à sa mère son adresse personnelle. C’est vrai que pour faire des images plus sensationnelles, les autorités judiciaires et militaires en place en Guadeloupe, ont préféré l'interpeler à son travail, avec la présence de ce caméraman, face au regard effaré de ses nouveaux collègues. C’était le deuxième jour de travail de ce jeune.

Encore une fois, cette orchestration mise en place par la Gendarmerie a vraiment eu un impact sur la vie de ce jeune. On imagine aisément les conséquences auprès de son employeur et de ses collègues. Comme si 65 % de chômage des jeunes en Guadeloupe, ça ne comptait pas et que la représentation faite de notre jeunesse n'était pas suffisamment instrumentalisée et controversée à la fois. 

En réalité, ce qui se passe est grave. La Direction de la Gendarmerie mais aussi la Préfecture et le Parquet ainsi que les ministères associés qui ont autorisé ce cameraman à suivre les gendarmes pour faire un  reportage sur leur action en Guadeloupe outrepassent leur pouvoir en permettant une telle manipulation des images censées rendre compte de la violence dans ce pays. C'est déjà offusquant que les justiciables de Guadeloupe se voient imposer la captation de leur image quand ils font appel à la Gendarmerie. Mais ce qui est plus inacceptable c'est la mise en scène de la violence, comme si nous étions à l'époque des zoos humains et des expositions coloniales où l'on mettait en scène la « sauvagerie » des nègres.

Aujourd'hui, c'est avec l'autorisation des autorités en place en Guadeloupe, que la violence en Guadeloupe est mise en scène et filmée comme pour justifier et nourrir un voyeurisme exotique. Au lieu d'apaiser la situation la Gendarmerie, le Préfet et le Parquet ne font qu'attiser les tensions au sein de notre jeunesse, celle qui est la plus fragilisée socialement, mais probablement la plus fière sur le plan identitaire et la plus sensible face aux injustices de ce monde. À l'heure où les mobilisations en Guyane font rage, ici ce sont les autorités militaires, judiciaires et étatiques qui soufflent sur les braises des souffrances et des tensions en Guadeloupe. Et tout ça, pour permettre à W9 de donner une image relativement bidonnée de la violence en Guadeloupe, tout en valorisant les « opérations coup de poing » des forces de l'ordre puisque tel est aussi le créneau de ces reportages. 

Au final, ce sont nos jeunes les plus vulnérables, ces jeunes les plus stigmatisés de notre pays, qui font le plus souvent les frais de la culture raciste qui sévit au sein de certains corps d’État français. Ce sont ces jeunes là, ceux de la rue, sur qui repose la bonne conscience populaire, tout en alimentant des projets politico-sociaux inutiles, décalés et démagogiques pour éradiquer une délinquance dont cette seule jeunesse serait l’unique responsable et coupable.

Les Guadeloupéens devraient s’intéresser davantage à la manière dont l'Etat français traite cette jeunesse. Pendant que nous nous contentons, nous aussi, de gros titres à sensation qui invitent toujours et encore notre bonne morale à se soulager sur une jeunesse-bouc-émissaire qui, quant à elle, n'a pas les moyens de se défendre, de se faire entendre et comprendre comme elle y aspire, le temps passe et les tensions s’exacerbent. 

Gladys Démocrite

Avocat 

 

 

W9 c'est M6 inversée !

6P Emanuele Marzari 001W9, l'ex-M6 music, est une chaine française de divertissement diffusée sur laTNT. L'audience confidentielle de M6 Music sur ce créneau a obligé le groupe M6, qui en est le propriétaire, à "reformater" son contenu.

Depuis W9 est devenue une chaine hybride un peu "généraliste", un peu musicale, et parfois même sportive, mais sa part d'audience ne dépasse pas souvent le 2,5% en France. Le cameraman présent en Guadeloupe qui filme en " konplosité " avec les manblots, c'est Emanuele Marzari. Mi foto ay !

Évaluer cet élément
(18 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires