Breaking News

France. Macron président ? Chalus possible ministre !

25 Avr 2017
4493 fois

Paris. Mardi 25 avril 2017. CCN. C’est un vrai secret de polichinelle. Après Roger Bambuck, Lucette Michaux-Chevry, Marie-Luce Penchard, Claudy Siar, Victorin Lurel et Georges Pau-Langevin, ce sera au tour de l’actuel président de la Région Guadeloupe, Ary Chalus, de connaître les ors de la république française et d’être lui aussi ministre voire a minima secrétaire d’état ou délégué interministériel. Sauf cataclysme électoral, Emmanuel Macron devrait être le prochain président français. Ary Chalus, quant à lui, se dit déjà « prêt » pour son ministère. Au fait, lequel ?


Depuis quelques décennies, on a peine à croire que l’histoire ne cesse de se répéter pour cette lignée d’hommes et de femmes politiques guadeloupéens qui ont tous été membres de gouvernement de la république française. C’est en 1932 que Gratien Candace, alors député, accède au poste de sous-secrétaire d’état aux colonies. Il est alors un homme de gauche. Mais plus tard, il fera allégeance au régime de Vichy et de ce fait, sera zappé par l’histoire.

Il faudra attendre plus d’un demi-siècle, c’est à dire 1986, pour que Lucette Michaux-Chevry soit nommé secrétaire d’état de la francophonie dans le gouvernement de co-habitation conduit par Jacques Chirac. Deux ans plus tard, l’ex-recordman du monde du 100 mètres, le champion d’athlétisme Roger Bambuck, deviendra secrétaire d’état à la jeunesse et aux sports dans le gouvernement de Michel Rocard. Dès lors, le défilé incessant de ministres guadeloupéens s’accélère. Marie-Luce Penchard après la crise de 2009 et Victorin Lurel quand François Hollande accède au pouvoir en 2012. Amer et déçu de son bref passage à la rue Oudinot, Lurel sera alors très vite remplacé par Georges Pau-Langevin, comme lui originaire de la Guadeloupe.

Pour autant, Ary Chalus savait très bien qu’en acceptant d’être l’unique originaire des colonies à jouer dès les premiers jours un rôle de premier plan dans la campagne d’Emmanuel Macron, il se mettait objectivement en (pôle) position de ministrable. « Si la proposition m’est faite, je ne la refuserai pas ! », nous confiait-il. Reste à savoir si le staff parisien de Macron pensera à Chalus.

Une victoire finale de Macron et un deuxième bon score d’ En Marche en Guadeloupe et dans les autres colonies seront autant de facteurs décisifs en mesure de faire pencher la balance en faveur de Chalus. Il est bon de souligner que le « parcours politique » d’Ary Chalus est en tous points conformes à ceux de ses plus « illustres » prédécesseurs, Lucette Michaux-Chevry et Victorin Lurel. Comme ces derniers, il a été maire puis député, président de collectivité et at least but not the least, politiquement sur la même ligne que le candidat-président. Rappelons ici qu’à l’image d’Emmanuel Macron qui ne se reconnaît ni dans la droite, ni dans la gauche, Ary Chalus n’est ni vraiment de gauche, ni vraiment de droite aussi bien dans l’acception guadeloupéenne des termes qu’au sens idéologique pur. Il a été proche d’Edouard Chammougon (droite) mais aussi brièvement premier adjoint puis « héritier » de feu Paul Mado (gauche nationaliste). En 2012, Chalus fait campagne aux côtés de Victorin Lurel pour François Hollande. Aujourd’hui, il est très proche de l’ex-Guadeloupe Unie, Socialisme et Réalité devenue par un malicieux tour de passe-passe, « Guadeloupe Unie, Solidaire et Responsable (GUSR) ».

La dernière condition à remplir pour entrer dans un gouvernement, c’est d’être en mesure pendant la campagne de contribuer par son action sur le terrain, à faire « gagner » son candidat. Avec 30 % des suffrages exprimés en faveur de son leader, Chalus a fait son job d’équipier au 1er tour de la présidentielle française.  En 2012, le député Lurel, lui aussi président de la Région Guadeloupe comme Chalus aujourd’hui, s’était beaucoup activé pour permettre à « son » candidat de rafler un maximum de suffrages dans les dernières colonies françaises. Il avait également très largement rempli sa mission. Sa récompense avait été immédiate. Lurel avait obtenu le poste peu envié de ministre des « dernières colonies françaises (DCF)» requalifié pudiquement à l’époque de « ministère des outremers ».

En sera-t-il de même pour Ary Chalus ? Sera-t-il comme avant lui Penchard, Lurel et Pau-Langevin, le nouveau ministre des DCF ? Rien ne dit que Macron qui veut, dit-il, « renouveler » la politique française, maintiendra un ministère des colonies. D’ailleurs, Ary Chalus ne semble plus être très intéressé par la fonction, tout au moins dans sa dernière configuration. Dans son proche entourage, on laisse entendre que même s’il était nommé ministre, Chalus n’abandonnera pas pour autant la présidence de la Région, « I ké fè kon Le Drian ! ». En effet, en dépit des critiques sur le cumul des mandats, l’ex-ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, avait conservé la présidence de la Région Bretagne aussi bien au sein des gouvernements Ayrault I, Ayrault II, Valls I, Valls II et Cazeneuve. Chalus qui est comme Le Drian un macroniste, sait donc de qui tenir. Reste à savoir où peut-il atterrir ?

La réponse est contenue dans un événement qui a fait la une des médias en France et en Guadeloupe. C’était il y a tout juste un an. La Guadeloupe et singulièrement la ville de Baie-Mahault accueillaient pour la première fois un épisode de la Coupe Davis de tennis. Chalus qui venait tout juste de souffler la Région à Lurel, s’était démené comme un beau diable pour faire de cet événement sportif inédit dans une colonie française un incontestable succès populaire. Thierry Braillard, son ex-collègue député MRG devenu secrétaire d’état chargé des sports du gouvernement Valls I, lui avait donné un sérieux coup de main, même si l’état français n’avait par la suite tenu sous ses engagements financiers. Quand on sait la passion de Chalus pour le sport, on ne peut que l’imaginer au secrétariat des sports. « C’est d’ailleurs le poste qui me plairait », nous a-t-il confié. Ary Chalus sera-t-il entendu ? Réponse dans quelques jours.

Évaluer cet élément
(6 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires