Breaking News

Guadeloupe. CASBT : nouvelles révélations sur les circuits financiers et le système LMC-Madinécouty (1)

04 Mai 2017
21909 fois

Basse-Terre-Capitale. Jeudi 4 mai 2017. CCN. La garde à vue de la présidente de la Communauté d'agglomération du sud-Basse-Terre (CASBT) et les perquisitions à son domicile et au sein de la collectivité n’ont guère surpris personne. Les enquêteurs de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ), qui sont sur ce dossier depuis plusieurs mois, ont sans doute voulu en savoir d’avantage sur le circuit  « secret » de l’argent public détourné. En effet, après les auditions et les « révélations » des agents de la communauté d'agglo, c’est donc directement la présidente qui a été approchée. Il s’agissait de savoir si Fred Madinécouty, George Chazelas et René-Claude Monrose, tous trois déjà interrogés par les flics et mis en examen, agissaient pour leur propre compte ou sur ordre. À quoi servaient les importantes sommes détournées ? Qui en étaient les bénéficiaires ? Le dossier Lucette Michaux-Chevry (LMC) est-il aussi « vide » que le prétendent ses avocats ? L’enquête CCN débute ici.


Suite à son interpellation par les policiers de la DIPJ le 25 avril dernier, LMC a été prise d’un malaise subit dans le cabinet du juge. Depuis, la présidente de la CASBT est alitée, et pour faire taire des commentaires sur une prétendue « maladie diplomatique », les avocats de LMC ont même publié un « communiqué de presse-bulletin de santé » et se sont même dit disposés à fournir, si besoin, aux « malpalan » tous les certificats médicaux prouvant que leur cliente est réellement souffrante. Les juges de leur côté qui brûlent d’impatience pour continuer l’interrogatoire et la « patronne » de la CASBT, devront attendre pas moins d’une vingtaine de jours voire davantage car les médecins peuvent, en cas de besoin, décider de prolonger  le « congé de maladie » de LMC. Il faudra donc attendre le prochain « bulletin de santé ». Mais la « maladie » de LMC ne change pas grande chose à l’importance et au fond du dossier. Tôt ou tard, les juges qui ont déjà entre leurs mains des éléments accablants, peuvent prouver qu’il y a  bien eu « escroquerie en bande organisée, blanchiment aggravé, associations de  malfaiteurs... »

Il faut aussi savoir que Fred Madinecouty (FM) qui était jusqu'en janvier dernier le directeur général des services (DGS) de la CASBT, donc très proche de LMC, a été premier ciblé par les policiers. Lors de la perquisition qui a lieu à son domicile, les enquêteurs ont découvert un véritable trésor de guerre : de très nombreuses enveloppes bourrées d’argent en espèces. FM qui percevait à l’époque un salaire de 9 600 € en tant que DGS, venait tout juste de revendre un appartement qu’il possédait en région parisienne contre la somme de 90 000 €. Il a immédiatement acquis une nouvelle résidence ; toujours en région parisienne, pour un peu plus de 200 000 €. Mais il ne faut pas s’en étonner, car FM s’occupe en dehors de ses heures de travail, de la vente de voitures d’occasion. Parfois son fils Gary participe à ces ventes. Exemple classique : Madinécouty Père et fils achètent une Audi 20 000 € après avoir revendu une X5 qui sera plus  tard revendue, etc…

Ce même FM est actionnaire majoritaire de la société K Phone gérée par un certain JP Kancel. Pourtant, quand pour son « business » FM se déplace à l’étranger, en France ou au Maroc où vit son fils, c’est la CASBT et parfois des chefs d’entreprises « amis » qui financent ces voyages. FM n’est donc pas uniquement le DGS de la communauté d’agglo puisqu’on découvrira plus tard qu’il a de nombreuses activités non déclarées qui génèrent des mouvements de fonds souvent inexplicables. On peut citer par exemple 3 chèques relativement importants : l’un de 9 000 € tiré par LMC, un autre de *Christian Fauvel* pour un montant de plus de 95 000 € et encore un autre de plus de 9 000 euros émis par José Gadarkan.

*M. Fauvel précise:  j'étais locataire d'un bien immobilier mis à sa disposition dans le cadre de son travail en guadeloupe durant 3 ans. le montant annoncé (95000 euros) représente les loyers mensuels versés durant cette période

Mais des entreprises de BTP du Sud-Basse-Terre ou d'ailleurs versent aussi des « contributions » parfois de moindre importance à FM qui est alors une sorte de banquier « marron » (officieux). Puisque ces sommes ne font souvent que transiter sur son compte vers d’autres destinations. Ainsi, le chèque de 9 000 euros émis par LMC aurait servi à rembourser un prêt personnel consenti à FM. Mais quand on fait le total de tous ces mouvements d’argent ( il y en a eu beaucoup !), on peut affirmer que FM roulait sur l’or et ce n’est pas la vente des cochons qu’il élève a Gourbeyre qui générait des montants aussi élevés.

 

 

 (A suivre)


......................................................................................................................................................................................................
COMMUNIQUE DE PRESSE SIGNE 05052017 1
 
 
Évaluer cet élément
(6 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires