Breaking News

Danik I. Zandwonis

Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Vendredi  prochain Ary Chalus,  prendra place dans le fauteuil de président Région. Il  a  réussi à « déchouker »  son collègue  député  socialiste Victorin Lurel, désormais ex président. Sans nulle doute Chalus  qui se doit d’ être lucide , ne peut en aucun cas,  sous  estimer  ni l’importance des taches à accomplir,  ni non plus l’ampleur des  attentes   suscitées parmi ces dizaines de  milliers de  guadeloupéens qui ont cru en sa parole.

J’avais prévu de consacrer un édito aux « premiers pas de Chalus »  mais l’actualité politique francaise nous oblige, parce que c’est Christiane Taubira, l’ex indépendantiste Guyanaise, soutien du LKP, à nous intéresser à ce qui se passe à 8000km de notre pays : Une fois n’est pas coutume ! Allons-y !

L’ex Garde des sceaux Christiane Taubira a donc claqué la porte du gouvernement  de Hollande, sur un désaccord politique politique majeur et ce avant même le remaniement ministériel prévu. On dit même, qu’une fois la décision prise samedi dernier, elle n’a pas laissé d’autre choix à Hollande, qui redoutait pour des raisons purement politiciennes cette extrémité.

C’est en parcourant l’affligeant édito commis  la semaine  dernière par Christophe Barbier (Directeur de la Rédaction de L’Express) que le néologisme  « Corsophobe » s’est  imposé dans mon esprit et sous  ma plume.
L’arrivée  de Jean Guy Talamoni  (JGT) à la présidence de l’Assemblée Territoriale Corse  semble être plus qu’un cauchemar pour l’infortuné journaliste francais  « continental ». Profitant  des incidents  racistes de Corse,  qui ont fait la une de la presse fin décembre ,Christophe Barbier s’est  donné  à cœur joie et   a fait de son  « édito »   a un incroyable  exercice  de   stigmatisation de la Corse. » L ile de beauté, écrit il n’est  pas l’ile de bonté ».

Rien n’est jamais simple dans notre pays. La question de l’eau, de sa  qualité de son prix  des scandales liés à sa production et à sa gestion sont à l’ordre du jour depuis  déjà des décennies. Les guadeloupéens du nord au sud ont tous trinqué. Les tours d’eau en période  de sécheresse  ou pas  sont la preuve  que le précieux liquide naturel est non  seulement une denrée rare,  mais l’objet de très graves conflits politico-aquatiques. Qu’on se souvienne que l’actuel maire de Capesterre  Belle Eau, la bien nommée, doit  en grande partie son  élection, à son « combat » de l’époque.

Il ne faut plus faire l’autruche. La question de notre « diaspora » se pose déjà pour nos pays. Ces milliers de Martiniquais, de Réunionnais, de Guyanais, de Guadeloupéens vivant par choix ou par nécessité en France, que deviendront ils lorsque nos pays seront indépendants ?

Ils devront alors choisir, entre la nationalité française et celle du pays nouvellement indépendant. En 2015, il n’est pas trop tôt pour y penser.

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires