Breaking News

Danik I. Zandwonis

Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Il suffit d’assister à une plénière de la Région, du Conseil Général ou encore à un conseil municipal d’une des 32 collectivités et la réponse est unanime : dans leur majorité (Molinie, Bernier, Ramdini compris) tous nos élus ont tous quelque chose à voir avec l’Afro descendance.

Alors  comment expliquer  que  plus de 72 heures après ,  aucun  de nos chers élus, n’ait eu le réflexe ( j’aurais pu dire l’audace ou le courage) de réagir immédiatement aux propos insultants, racistes et méprisants de Donald Trump à l’égard des Haïtiens et des Africains ?

Il est vrai que nos chers élus n’ayant rien entendu sur les déclarations  de Trump  venant de Matignon ou de L’Elysée , ils ont préféré rester silencieux. N’est-ce pas honteux ?

Ce déni d’appartenance à l’Afro descendance, ce  manque de  solidarité à l’égard des habitants de  Haïti la 17re République Noire du monde ,donc de notre Caraibe  est sans doute la preuve que notre classe politique dans son ensemble ne sent pas ,mais alors pas le moins du monde ,concernée par ce qui se passe dans notre Caraibe .Nos politiques marchent et fonctionnent  au  rythme de la nation française, c’est plus qu’une évidence.

J’aurais pu pour rester dans notre cadre habituel, consacrer un  énième édito à  la guerre des  mots de nos politiques  sur la question de l’eau revenir sur le  futur chantier du CHU qui risque bien d’échapper aux entreprises guadeloupéennes parce que la France en a décidé ainsi.  Ecrire sur  la grande la précarité de notre situation sanitaire après l’incendie  du CHU,  ou  les conséquences   actuelles de l’empoisonnement  de notre  peuple au chlordécone . J’aurais   même pu pour faire mine d’oublier  tous ces graves problèmes récurrents,  plonger comme tous ces medias  et journalistes  qui ne pensent et ne parlent que du Carnaval, de son ouverture de sa durée  etc…

Non ! awa ! je vais livrer à votre connaissance, un  article mettant en  lumière  l’invention géniale d’un  savant  africain, qui va sans  aucun doute  révolutionner la téléphonie, l’internet mais qui  gène  déjà  les occidentaux : lisez et vous comprendrez. Le combat ne fait que débuter…

Quand on fait le total de la consommation de champagne pour la Guadeloupe et pour la Martinique on dépasse très largement le chiffre de 2.8millions de  bouteilles. En chiffre d’affaires ça représente près de 40 millions d’euros. !

J’avoue que j’en ai plus que honte Des iles qui ensemble font moins d’un million d’’habitants dépassent très largement en consommation, des pays tels que le Brésil (563.000 bouteilles), Israël (9600 btl ) la Chine (1.300.000 btl) Le Mexique (1.500 .000) etc...

j’ai entendu l’autre soir sur une Radio Commerciale Internationale, qui promotionne le champagne à longueur d’émission ,un journaliste décliner sans la moindre retenue et avec la complaisance habituelle, ces chiffres incroyables pour une île  de 440.000 habitants ! Nous en sommes là en cette fin d’année 2017.

Bien sur les milliers de champagnophiles, ceux qui de mariages en baptêmes ou autres midi minuit, font péter du champagne ne manqueront pas de s’étonner qu’on puisse s’étonner de ces chiffres.

En fait ces données chiffrées  révèlent le niveau très élevé de pénétration et quasiment irréversible, de cette boisson francaise dans nos pays.

Ces chiffres impitoyables montrent aussi, que nous buvons jusqu'à plus soif, jusqu’au gavage, ce que la France décide de déverser chez nous..

Mais attention aucun gouvernement français même le plus colonialiste n’a jamais prôné la consommation excessive du champagne par  une ordonnance royale ou  par un  décret ministériel. Si Martiniquais et Guadeloupéens hyper consomment  cette boisson française, c’est qu’ils l’ont librement choisi, inconscients  qu'ils sont des conséquences sociales ou économiques...

Christine Kelly n’est plus une Guadeloupéenne. Si elle l’était même qu’un peu, elle n’aurait jamais osé faire ce qu’elle a tenté et échoué le week end dernier : distribuer sur la Place de la Victoire ( Pointe à Pitre) des bouteilles d’eau , à des gens qui ne lui avait rien demandé.

Les mêmes d’ailleurs qui se sont foutus d’elle sur les réseaux sociaux, à peine achevée sa misérable, inutile et mal venue opération politico-médiatique

Non, Christine Kelly n’est plus une vraie guadeloupéenne, sinon elle saurait que les Guadeloupéens , en dépit de graves problèmes dans la distribution d’eau ne sont pas des mendiants assoiffés et son opé ne serait pas ainsi... tombée à l’eau)

Cette histoire de distribution d’eau est donc le ruisseau qui cache le fleuve. Christine Kelly, semble vouloir aujourd’hui vraiment entrer en politique. C’est cela son projet `qu’elle a tenté de cacher derrière quelques bouteilles

On le sait, quelques mois avant les dernières élections législatives, elle a tenté le coup pour essayer d’obtenir une petite place, on kokangn dirons nous car la Christine se sentait in petto apte à être députée et « représenter» la Guadeloupe dans l’hémicycle français. !! Echec total.

Toutes les portes se sont fermées : pon moun pa té vlé y 

C’était à la fin du mois de novembre. L’eau ne coulait pas des robinets à Baillif  et à Gourbeyre ; C’est alors que les Komité Dlo de ces citoyens assoiffés et en colère sont montés au créneau, en manifestant bruyamment et avec raison, qu’il était anormal d’être ainsi privé d’eau.

Dans la foulée ces « komité dlo » exigeaient la démission de LMC car pour eux la présidente  de la CASBT à cause de son immobilisme, incarnait plus que tout autre cette pénurie d’eau qui dure déjà depuis des mois.

En effet,  pas un guadeloupéen qui ne l’ait dit, crié, ou pensé : la question de l’eau n’est plus depuis des décennies  une nouveauté. Tout le monde sait en effet que cette problématique devenue ​récurrente ne date pas hier et que la cause principale, est l’incapacité de nos politiques à se mettre ensemble pour trouver une solution adéquate.

Depuis des années, on ne compte plus les réunions, les barrages, coups de colère, et autre grande messe sur cette thématique. On a  fait couler  autant  d’eau sous les ponts  que de salive mais rien n’a vraiment bougé.

Dans certaines régions de la Guadeloupe, carême ou hivernage, les tours d’eau sont pour l’heure  hélas la seule solution. L’eau est toujours  pour bon nombre de citoyens une   denrée rare voire un luxe.

Dans d’autres lieux, quand l’eau coule,  elle est infecte, imbuvable, dégoutante et oblige même à  fermer les  écoles. Inadmissible car nous sommes au  21é siècle. 

A qui la faute ?

L’exemple le plus  tristement emblématique se situe dans le sud Basse-Terre.

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires