Breaking News

Danik I. Zandwonis

Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Le dernier baromètre politique de Qualistat a une fois de plus indiqué » qu’Ary Chalus était l’homme politique guadeloupéen le plus populaire du moment. Mais la montée en puissance du nouveau président de Région, ne date pas d’hier, car si on regarde dans le rétroviseur on s’aperçoit que son irrésistible ascension a débuté au lendemain de sa victoire aux législatives de 2012. La mise à feu de la fusée Chalus s’est faite dès cette époque.

Pourtant depuis 2001, le PDR était déjà maire, mais cela n’avait pas suffi à le propulser vers les sommets. Faut-il croire qu’il suffit d’être député de la Guadeloupe, pour atteindre le top de la popularité ? Pas vraiment.

Avant Ay Chalus, ni Joël Beaugendre, ni Dominique Larifla, ni Philippe Chaulet Edouard Chammougon, Gabrielle Carabin ou Fréderic Jalton qui ont tous été des députés n’ont eu le bonheur de caracolé en tête des sondages de popularité. Il est vrai qu’aux temps déjà... anciens des Larifla, Chaulet et Beaugendre les patrons de Qualistat étaient encore à la Fac… 

Mais il y a quand même eu deux exceptions : LMC et Victorin Lurel

1/ Lucette Michaux Chevry quand elle entre en politique est déjà une brillante avocate dans la Capitale. Femme de caractère, véritable bête politique, LMC devient très vite avec son LPG ( Le Parti de la Guadeloupe)l’incontournable et puissante chef de la Droite départementaliste avec même en option parfois, un léger vernis « nationaliste ».  

N’est-ce pas elle qui co-signe avec le leader indépendantiste martiniquais Alfred Marie-Jeanne, la Déclaration de Basse-Terre en décembre 1999 ? .

Au cours de sa déjà très longue carrière politique, LMC a donc su gravir tous les échelons : maire, député, présidente des 2 collectivités, sénatrice avant d’être à deux reprises ministres. Il est bon de noter que pour dominer de le tête et des épaules la vie politique, LMC entretient un solide ancrage populaire dans son pays et parallèlement se fait des entrées dans toutes les allées du RPR chiraquien. Elle saura ainsi jouer avec une grande habileté sur ces deux partitions. Ce qui autorise, LMC à s’auto proclamer la Patronne de la Guadeloupe !

« Les discours racistes, xénophobes, sexistes et homophobes de la présidente du FN sont des poisons menaçant les équilibres sociaux et culturels que les Guyanais ont su construire au fil de l’histoire... L’idéologie de ce parti n’a pas sa place en Guyane dont les valeurs ont toujours été empreintes de tolérance,de solidarité d’échange et de partage ». Ce sont là les termes du communiqué de presse publié par 4 élus Guyanais : Chantal Berthelot, Gabriel Serville, Antoine Karam et Georges Patient. Pas suffisant hélas pour s’opposer la venue en Guyane de Marine Le Pen.

Cette dernière qui sait qu’en Guadeloupe et en Martinique, elle serait mal accueillie comme il se doit, a préféré ne pas y pointer le bout de son nez. C’est donc là une victoire de la mobilisation des comités « Le Pen péké palé« qui s’étaient manifestés il y a de cela quelques mois quand l'égérie du Front National avait un temps envisagé une visite chez nous. Marine Le Pen a donc bien compris que la Guadeloupe est la Martinique l’attendaient d’un pied ferme.  Mais il n’y a pas que Le Pen, car au cours des primaires de la droite française, l’ex-premier ministre français, François Fillon, a d’abord bénéficié en France de l’anti-sarkozisme de l’électorat de la droite mais il aussi réussi à séduire une franche  de l’électorat de d’extrême droite qui s’est reconnu dans son discours réactionnaire et ultra conservateur.

S’agissant des dernières colonies françaises, Francois Fillon est dans le droit fil de ces colonialistes racistes franco-français qui  depuis des années tentent de faire croire qu’il y a eu des « aspects positifs » dans la colonisation. Il faut une fois de plus rappeler que récemment encore Fillon affirmait haut et fort que « La France n’a pas à avoir honte d’avoir voulu partager sa culture aux peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique ». il faut un moment s’arrêter sur cette phrase. Quand les colons français débarquent en Guadeloupe, en Martinique et à Grenade « partager leur culture » signifie tout simplement ethnocide, massacre des populations Kalinas qui y vivaient. « Partager sa culture  », c’est ensuite se lancer dans la traite négrière et organiser dans ces îles l’esclavage. 

Pointe-à-Pitre. Vendredi 9 décembre 2016. CCN. Après avoir passé plus d’une décennie en Guyane comme rédactrice en chef puis comme directrice du pôle, Sylvie Gengoul (SG) qui a débuté à RFO Guadeloupe en 1986 est depuis août 2014 revenue sur sa terre natale à la tête du pôle Guadeloupe. Paradoxalement, Sylvie Gengoul ne s’affiche pas beaucoup dans les médias. Elle semble plutôt avoir choisi de rester loin des projecteurs, des caméras ou des micros. À son arrivée au Morne Bernard, elle se devait de remettre un peu d’ordre dans une maison réputée pas toujours facile à gérer, surtout en période électorale ! Côté cour, l’audience-télé ne s’est pas démentie. Côté jardin, la radio  « péyi » a connu quelques bouleversements au niveau des programmes et des animateurs mais cela n’a pas été suffisant pour inquiéter RCI, le concurrent historique qui caracole en tête des sondages dans un paysage radiophonique où l'originalité et l'innovation ne sont jamais de mise. Pendant ce temps, Sylvie Gengoul et son staff tissent leur toile avec patience. Rendez-vous au prochain médiamétrie ?

Je pars du principe absurde que certains de nos compatriotes ( j’ai bien écrit COMpatriotes, car je veux rester poli) croient encore et dur comme fer, qu’ils sont des français au même titre que les franco-français, ceux que nous appelons les « blanfwans »

Comme on leur répète à longueur d’année que nous vivons en Guadeloupe- pays- colonisé dans un système « démocratique, »je l’’admets forcé et contraint que chacun peut avoir une opinion différente !

Donc depuis 1946, les guadeloupéens afro- descendants, indo-descendants, kâlina- descendants, qui ont tous été victimes de l’odieux système colonial esclavagiste français peuvent « croire » qu’ils sont de vrais français. En fait, La colonisation mentale a parfaitement fonctionné: ces compatriotes ne se posent plus de questions existentielles ou identitaires , ils sont des français- européens point final.

Aussi, sur le plan politique, il existe encore des partis franco-français tels que le PS l’ UDI ,Les Républicains, le FN qui entretiennent des succursales dans notre pays. Avant chaque élection,ils sortent des bois pour tenter de vous « vendre du Sarkozy, du Juppé, du Hollande et jusqu’à du Le Pen.! »
Au cours des dernières semaines, les primaires des partis de la Droite française ont ainsi divisé tous ces gens qui se réclament du parti de Sarkozy: LR.

LMC et MLP sa fille se sont retrouvées dans la camp de Juppé avecChaulet et cie.. Sonia Petro jouait elle en toute conscience et par choix la plus mauvaise carte : Sarkozy.
Sylvie Anno Chammougon était elle dans le camp de Bruno Lemaire et enfin Kassis soutenait Flilon ,les autres n’ont pas trouvé de clients.

Dimanche soir, après le 1er round des primaires catastrophiques pour lui, mais c’était prévisible, Sarkozy a ordonné depuis Paris à tous ces gens d‘avaler sans moufter leur chapeau-paille et de se ranger sous la bannière de Fillon.
Et tous devraient s’exécuter comme de vrais petits moutons! Vous me direz que c’est la discipline de leur parti. soit! on peut le croire.

Baie-Mahault. Jeudi 3 novembre 2016. CCN. L’an dernier Michel Mado keyboardiste virtuose qu’on ne présente plus, a réussi un coup de maître. Sur un CD sorti trop discrètement et qui est devenu culte, il a réuni autour de lui un « best of de la musique guadeloupéenne ».A la guitare : les frères Dhuy Philippe (RIP) et Raymond, Christian Laviso, André Condouant (RIP) aux percus : Sony Troupé et Eric Danquin (drums) Fanswa Ladrezeau. (tanbou ka) et un saxo cubain de grand talent Felipe Lamoglia. Ensemble ils ont sorti « Rekonésans » un CD sur lequel ces musiciens experts, tous venus d’horizons et d’expériences divers, se sont ingéniés à revisiter quelques classiques de la musique nationale guadeloupéenne. Ce CD il faut le souligner est une oeuvre magistrale de Haute Qualité, indispensable dans une CD thèque digne de ce nom. Cette fois avec le jeune Samuel Laviso (Sonny Troupé étant indisponible) la chanteuse-danseuse Aline Allamel, et le saxophoniste Sylvain Joseph, ils ont clôturé l’autre soir avec maestria le dernier concert du 1er Festival du MACT. Woulo !

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires