Breaking News

Réunion. Premiers coups de gueule de la saison pour la FDSEA

02 Aoû 2017
222 fois
Trois semaines après le nouvel accord la FDSEA est de retour à la charge Trois semaines après le nouvel accord la FDSEA est de retour à la charge T.Sbv

Saint-Denis. Mercredi 2 août 2017. Clicanoo/CCN. La campagne sucrière a à peine débuté dans le Sud que Frédéric Vienne y était déjà présent, comme pour montrer que toutes les dissensions n'avaient pas disparu avec l'accord du 11 juillet dernier. Il s'inquiète notamment d'une baisse de la richesse de la canne.

Un jour seulement après le début de la saison de coupe de canne dans le Sud, les syndicalistes FDSEA avaient déjà quelques coups de gueule à passer, hier. Frédéric Vienne a souhaité souligner tout d'abord une perte d'un demi-point sur la richesse de la canne par rapport à l'an dernier : «Nous sommes passés de 11,44 euros en 2016 à 12,08 euros pour ce début de campagne». Des chiffres observés à l'usine de Bois-Rouge, après deux semaines d'activité. En ce qui concerne le Sud, dont la campagne n'a débuté que lundi, si très peu de données sont encore disponibles, le président de la FDSEA Réunion affirme que les essais réalisés la semaine dernière au Gol «tendent eux aussi à une baisse de la richesse».

Une situation «inquiétante» pour celui qui a mené le conflit qui avait opposé planteurs et Tereos pendant près d'un mois. Le leader syndicaliste ne semble d'ailleurs pas avoir épuisé sa liste de reproches envers le groupe sucrier. Il les accuse, en outre, de diviser les acteurs syndicaux par une communication contradictoire autour de l'origine des 6 millions d'euros obtenus par les planteurs dans la nouvelle convention.

Un autre problème majeur dénoncé hier matin concerne le manque de main-d'œuvre. En témoignerait l'augmentation de la récolte par coupeuse péi : "L'an dernier, nous avons récolté 150 000 tonnes de cette manière. Et nous en prévoyons 250 000 pour l'année à venir", affirme le syndicaliste. Selon lui, cette carence s'expliquerait en partie par le fait que les planteurs ne peuvent disposer des contrats aidés CUI-CAE, qui ouvrent droit à une aide de l'État et à une exonération des cotisations patronales. La FDSEA propose donc de modifier les conditions d'acquisition d'une coupeuse péi : les planteurs doivent aujourd'hui se réunir par groupes de quatre pour en acheter une. L'idée est de réduire ce seuil minimum à seulement deux cultivateurs, un allégement tant du point de vue des investissements et que de la logistique. "Cela représente un investissement d'environ 80 000 euros", d'après le syndicat. Un financement subventionné à hauteur de 40%, un taux que Frédéric Vienne aimerait aussi voir rehaussé au passage.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires