Breaking News

Réunion. Les élèves disent "Non au harcèlement"

10 Nov 2017
127 fois

Saint-Denis. Vendredi 10 Novembre 2017. Clicanoo/CCN. La journée nationale de lutte contre le harcèlement se tenait hier. Les élèves des établissements scolaires du Chaudron ont participé à une matinée de sensibilisation.

Une souris vient en aide à un éléphant qui s'était pourtant moqué de sa petite taille. Cette illustration d'un cas de harcèlement a touché une vingtaine d'élèves de CM1. Hier, les enfants étaient invités au collège Elie Wiesel, au Chaudron, à l'occasion de la journée nationale "Non au harcèlement." Marvin, 10 ans, est scolarisé à l'école primaire Michel Debré et a participé aux trois ateliers. Il avait déjà entendu parler du harcèlement et avait très peur d'en être un jour victime : "Si ça devait m'arriver, je laisserais faire sans chercher à me venger. Comme la souris qui a grignoté une corde pour sauver l'éléphant. Ensuite, il lui a dit merci."

Selon le Ministère de l'Education nationale, le harcèlement touche près de 700 000 élèves français, de la maternelle au lycée. Un chiffre qui n'inclut pas les proches des victimes et des auteurs.  Difficile, aussi, d'estimer le nombre d'enfants qui n'osent pas en parler. "Souvent les victimes ne le révèlent qu'un ou deux ans plus tard. Ca peut partir d'un simple jeu avant de déraper. Nous avons traité certains cas de harcèlement l'année dernière, mais depuis la rentrée 2017, nous n'y avons pas été confrontés", assure l'assistante sociale du collège Elie Wiesel, Marie-Andrée Avril.

"EN PERMANENCE"

Celle qui a coordonné la manifestation Non au harcèlement ajoute : "Ces ateliers permettent aux enfants de mettre des mots sur leurs émotions, d'avoir de l'empathie et de se concentrer sur les qualités de l'autre, plutôt que sur les défauts." Le chef de l'établissement, Jean-Luc Ichane, reconnaît que le "harcèlement s'exerce en permanence" dans le milieu scolaire. Ainsi, les enseignants, les services infirmer et social restent vigilants. Parmi les signes avant-coureurs  : la chute des résultats, l'isolement ou l'agressivité de l'élève. "Il est aussi important que les parents inquiets nous informent, insiste Florian Huneau, instituteur. Nous gérons des classes de 25 élèves, nous passons parfois à côté de certaines difficultés. Les enfants déballent leur sac à la maison, ils sont plus disposés à se livrer dans le cadre familial." Six collégiens volontaires ont participé à l'animation des trois ateliers. Parmi eux, Emilie, en classe de troisième, a vécu un cas de harcèlement il y a deux ans : "Grâce à cette opération, les élèves comprennent ce qu'on ressent lorsque l'on est touché."  Elle fait partie des victimes qui n'ont jamais sollicité l'aide des assistants sociaux des établissements scolaires.

C.M.

Url de cet article : https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2017/11/10/Les-eleves-disent-Non-au-harcelement_499929

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires