Breaking News

Réunion. La pression s’intensifie au sommet de l’IRT

03 Jan 2018
1414 fois

Saint-Denis. Mercredi 3 Janvier 2018. Clicanoo/CCN. Emmanuel Robert, directeur du Marketing et de la communication à l'IRT est sur un siège éjectable. En froid avec sa direction, sa tête pourrait tomber le 19 janvier. Hier, une partie du personnel a débrayé pour le soutenir.

Hier, une trentaine de salariés de l'Ile de La Réunion Tourisme (IRT) ont procédé à un débrayage d'une heure en réaction à une décision de la direction qui mijote depuis le mois de novembre de l'année dernière. La tête d'Emmanuel Robert, directeur du marketing et de la communication depuis le mois de mai 2016 est sur le billot. Le jeune directeur - que l'on dit proche de Didier Robert - a été entendu au siège de l'IRT, près de l'ancienne usine de Savanna, par ses supérieurs hiérarchiques, Willy Ethève, directeur de l'IRT et son président, le docteur Stéphane Fouassin, conseiller régional et maire de Salazie. Un entretien d'une dizaine de minutes au cours duquel, d'intenses explications ont dû être apportées par l'accusé sur des problèmes relationnels internes. À l'issue de cet entretien qui a justifié le débrayage de 80% des salariés présents au travail dans les murs du siège et des antennes de Paris et de Francfort, la mise à pied a été prolongée jusqu'au 19 janvier. Date à laquelle le couperet pourrait tomber sur sa nuque.

L'affaire reste trouble mais il serait reproché à Emmanuel Robert de ne pas avoir remis dans les délais impartis un document important aux membres du bureau (Christian Loga, Agnès Levaud, Danièle Lenormand, Olivier Rivière, Michèle Lagourgue pour ne citer que les vice-présidents). Une personne qui a l'oreille du président – appuyé par un prestataire de l'IRT - aurait écrit pour se plaindre du comportement du dir'com à son endroit. Des allégations ont été formulées. Mais aucune plainte n'a été déposée.

Instabilité managériale

IRT lettre de licenciement Emmanuel Robert 030118

Une décision potentielle contre laquelle s'insurge une partie du personnel et le représentant de la section commerce et service de la CFDT, Joël Dalleau. “On est au top, les résultats sont top, les équipes sont bien et on veut virer celui qui a redonné de l'élan”, s'est indigné un des grévistes momentanés. En 19 mois de présence, M. Robert a remis au goût du jour le slogan “La Réunion, l'île intense”, restructuré les équipes pour que chacun soit à la bonne place, instauré de la transversalité entre les directions et fédéré davantage de prestataires partenaires autour de différentes actions et fait adopté de nouveaux outils de gestion. Les “débrayeurs” ont tous souligné que les tensions actuelles intervenaient paradoxalement dans un contexte de résultats positifs pour la structure. L'IRT doit annoncer en février un record d'affluence touristique (lire par ailleurs).

Les salariés ont manifesté le désir de voir leur collègue rester afin d'instaurer un “climat de stabilité managériale”. Le poste est soumis à d'intenses turbulences puisque cinq directeurs du marketing et de la com' se sont succédé en dix ans, selon les salariés. Un véritable siège éjectable. Mais pour les salariés, quelque chose cloche au sommet de l'IRT entre le président Fouassin, le directeur Ethève et une conseillère technique “omniprésente”, qui a l'oreille attentive du président. La mésentente entre “le bloc présidence” et les directions entraînent, selon les salariés, des conséquences nuisibles sur “la gestion opérationnelle et le bien-être au travail”. Drôle d'ambiance.

Y.G

Record de fréquentation

Alors que la direction se crêpe le chignon, les chiffres du tourisme sont bons, voire excellents. En février prochain, la direction de l'IRT – où ce qu'il en restera – devrait annoncer une année record en terme de fréquentation. Déjà, au mois d'octobre, l'IRT avait communiqué sur une progression de la fréquentation de + 10,9 % entre 2016 et 2017. Il semble que la courbe ne se soit pas inversée au cours du dernier trimestre. Tant et si bien que l'année de référence, 2011 et ses 470 000 visiteurs devraient être détrônée par le cru 2017. Spéculons : sur la base d'un taux de progression annuel de seulement 10 %, l'augmentation pourrait atteindre en moyenne sur l'année passée, 47 000 touristes supplémentaires. Notre spéculation nous amènerait alors à un chiffre de 517 000 touristes. Ajoutez-y 50 000 croisiéristes et vous avez votre record. Ce n'est qu'une projection. Mais l'objectif de 600 000 touristes annoncé par Didier Robert en 2015, serait alors en passe d'être atteint dès 2018.

Y.G.

Source de cet article : https://www.clicanoo.re/Economie/Article/2018/01/03/La-pression-sintensifie-au-sommet-de-lIRT_508318

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires