Breaking News

Réunion. Cirest-Cinor : Un bras de fer à 242 millions d’euros

09 Jan 2018
588 fois

Saint-Denis. Mardi 9 Janvier 2018. Clicanoo/CCN. Cirest et Cinor ont rendez-vous mercredi au tribunal administratif. Entre les deux présidents, le temps est à l’orage : le premier va déposer un recours contre l’attribution par la Cinor du marché du futur centre de traitement multifilières à Inovest (Suez).

Il paraît loin le temps de la belle entente affichée par les deux présidents lors de la création du Sydne (Syndicat mixte de traitement des déchets du nord-Est) en 2014. Les deux EPCI décidaient d’unir leurs forces pour créer une filière de traitement multifilière des déchets sur leurs territoires. Une stratégie portant sur la construction d’un centre de tri en amont et d’une unité de «valorisation énergétique » - un incinérateur qui ne dit pas son nom - en bout de chaîne.

L’orage a éclaté le 9 novembre, jour de la signature entre la Cinor (majoritaire au Sydne), Suez Recyclage et Valorisation France et Inovest du marché de prestations de tri optimisé des déchets ménagers. Il porte sur la construction et l’exploitation d’un futur centre de valorisation de 18 400 m2 sur le site des Trois- Frères, à Sainte-Suzanne. Le nouvel équipement doit permettre a  l'horizon 2019 de réduire de 70% les volumes de déchets ultimes par le tri et la valorisation et la production du CSR (combustible solide de récupération) destiné à être brûlé pour produire de l’énergie pour 22 000 foyers. Un marché sur 15 ans de 242 millions d’euros.

LA CIREST ATTEND LE CONTRAT

Trente emplois seront créés, 90 indirectement, se félicite la Cinor pour qui il y avait urgence avec en point de mire la fermeture annoncée du centre d’enfouissement à l’horizon 2020. La Cinor met en avant le fait qu’Inovest a déjà en sa possession un permis de construire et une autorisation préfectorale pour la création de la future unité. Un critère technique justifiant le fait de se passer de publicité et d’une mise en concurrence.

Pas l’avis de Jean-Paul Virapoullé qui va déposer d’ici mercredi un recours en annulation. Le maire de Saint-André juge l’accord mauvais sur la forme et sur le fond : «On confie un monopole dans des conditions illicites à une entreprise privée et on va demander au contribuable de financer l’investissement ».

Pas ce qui était prévu selon lui : «L’accord politique prévoyait la création d’une SEMOP (société d’économie mixte à objet unique) où le Sydne aurait porté 50% de l’investissement et permis aux élus de siéger au conseil d’administration pour exercer un contrôle et partager les bénéfices s’il y en a entre le privé et le public sous forme d’atténuation de charges pour le contribuable. Là, on a évincé toutes les entreprises spécialisées dans le traitement des déchets pour signer sous le prétexte d’un arrêté préfectoral contestable le monopole du traitement des déchets en violation du code des marchés (...) Plutôt qu’une co-gestion, Gérald Maillot a choisi d’être menotté».

Il chiffre dès la première année à un million d’euros le surcoût pour les contribuables de l’Est et à deux millions pour ceux du Nord. «Sydne doit vivre dans la légalité républicaine au service des intérêts des contribuables, si tel n’est pas le cas nous utiliserons toutes les procédures légales», prévient-il. La guerre froide est telle que les deux camps ont rendez- vous mercredi au tribunal administratif, la Cirest ayant déposé un référé pour que le contrat lui soit communiqué. Ce que lui refuse la Cinor. «S’il n’a rien à cacher pourquoi Gérald Maillot ne met-il pas le contrat sur la table ? Pour la première fois dans l’histoire de la Réunion un président d’EPCI cache à son vice-président le contrat qu’il a passé». Ambiance !

Source de cet article : https://www.clicanoo.re/Economie/Article/2018/01/08/Cirest-Cinor-Un-bras-de-fer-242-millions-deuros_508891

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires