Breaking News

Réunion. Privés de produits de première nécessité après Berguitta

23 Jan 2018
1070 fois

Saint-Denis. Mardi 23 Janvier 2018. TMG/CCN. 8 euros le kilo d’oignon, les prix s’envolent quelques jours après le passage de Berguitta à La Réunion. Cela concerne tous les produits frais, y compris ceux qui sont importés. Certains ont donc décidé de profiter de la situation pour faire du profit, et prennent la décision d’empêcher les pauvres d’acheter des produits de première nécessité.

Les fortes pluies de Berguitta ont réduit à néant les investissements de planteurs de fruits et légumes. Leurs champs sont ravagés. C’est une récolte perdue. Il faudra donc attendre de longues semaines pour que la production redémarre. En attendant, les agriculteurs doivent faire face à des problèmes de trésorerie et demandent la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour activer les indemnisations.

Les pluies ont également durement touché la population. Ce sont en particulier les familles les moins riches qui en subissent les plus graves conséquences. Se pose en effet la question de l’assurance qui n’est pas toujours accessible. Rappelons que lors de la COP23 à Bonn, les États du monde se sont entendus sur la création d’un fonds spécifique déstiné à permettre aux plus pauvres d’être assurés. Cette mesure concerne avant tout les pays en développement. Il est important de permettre aux Réunionnais de bénéficier d’une mesure analogue.

Hausse des prix des produits importés

Or, c’est une double-peine qui est infligée aux plus pauvres actuellement. En effet, bien avant que le montant des pertes causées par Berguitta soient évaluées, des profiteurs ont décidé d’augmenter exagérément les prix. Difficile d’accabler les agriculteurs qui n’ont plus rien à vendre. Les abus proviennent des intermédiaires. En effet, le prix des produits frais s’est envolé. Ainsi il faut compter 8 euros pour acheter un kilo d’oignons. Les tomates et autres légumes ont vu aussi leurs prix franchir le seuil de l’intolérable.

Il s’avère que ses augmentations concernent également les produits importés. Ces derniers n’ont donc pas eu à souffrir des intempéries de Berguitta. Il y a donc manifestement des abus. De plus, ces augmentations effarantes concernent aussi des stocks constitués avant la tempête et qui sont aujourd’hui en train d’être écoulés. Cela signifie que l’agriculteur a été payé au prix habituel, mais que les intermédiaires ont considérablement augmenté leur marge en profitant d’une situation de pénurie.

Des abus impunis

À La Réunion, plus de 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Elle n’a pas les moyens de suivre une telle augmentation. Quant aux responsables de ces abus, ils estiment qu’à ce prix ils ont une clientèle qui peut acheter. Ils prennent donc la décision d’exclure les pauvres de l’achat de produits de première nécessité.

Au lendemain du passage de Berguitta, le PCR a publié un communiqué dans lequel il alertait sur les abus prévisibles. Il appelait « tous les acteurs de la chaîne de production, transformation et distribution à la solidarité ». Plutôt que la solidarité, certains recherchent le profit à tout prix. Ils décident donc d’entretenir les tensions au sein de notre société en accentuant les inégalités. Il est donc plus que jamais nécessaire qu’un Observatoire des prix et des marges puissent avoir les moyens d’agir et de prendre les sanctions qui s’imposent contre les profiteurs de cyclone.

M.M. 

Source de cet article : https://www.temoignages.re/social/luttes-sociales/les-pauvres-prives-de-produits-de-premiere-necessite-apres-berguitta,92180

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires