Breaking News

Réunion. Quand Didier Robert règle ses comptes

01 Fév 2018
306 fois

Saint-Denis. Jeudi 1er Février 2018. Clicanoo/CCN. Profitant des traditionnels vœ“ux adressés aux journalistes, Didier Robert a réglé ses comptes, hier, avec les maires des communes du sud, à qui il reproche de ne pas s'être assez bien occupé des routes. Il a aussi épinglé son ancien parti, Les Républicains, qu'il estime aussi limité que le PS. Désormais plus réceptif aux idées du gouvernement, il entend participer au renouvellement de la classe politique locale.

Si les vœ“ux du président de Région sont d'ordinaire orientés vers les grands projets du territoire, Didier Robert a surtout profité de sa rencontre avec les journalistes, hier, pour épingler les maires des communes du sud dans l'épisode Berguitta. Dans un département où 125 000 Réunion-nais vivent en zone inondable et où plus de 100 000 sont exposés au risque de mouvements de terrain, il s'étonne de la mauvaise gestion du risque inondation dans cette région de La Réunion, très fortement touchée par la tempête tropicale. "Depuis 2015, la Région a mobilisé plus de 22 millions d'euros de fonds européens pour accompagner les communes dans la gestion du risque inondation. À ce jour, seuls cinq dossiers ont été déposés, aucun dans le sud. La notion de responsabilité est clairement posée", assène-t-il.

Entre 2010 et 2017, la Région Réunion a également engagé 2,9 milliards d'euros pour de nouveaux chantiers routiers, ainsi que pour des travaux de réhabilitation, d'entretien et de modernisation des routes nationales. Sur cette même période, 1,7 milliard d'euros de recettes sur la taxe des carburants ont, en outre, été répartis entre les différentes collectivités, dont la Région et le Département, pour servir le réseau routier. En dépit de toutes ces aides, les communes du sud se sont retrouvées en grande difficulté après le passage de Berguitta, poussant le premier occupant de la pyramide inversée à se poser des questions sur l'utilisation des aides avancées. "Dans un souci de transparence et de clarté, je souhaite désormais qu'un rapport annuel soit présenté et rendu public sur l'utilisation du fonds d'investissement routier, mettant là encore chacun face à ses responsabilités", indique-t-il, arguant qu'il n'est "pas concevable de continuer à percevoir une taxe pour des travaux routiers si ces travaux ne sont pas réalisés."

Les maires du sud ne sont pas les seuls à avoir été critiqués par le président de Région. À présent que le divorce est prononcé avec Les Républicains, parti au sein duquel il dit ne plus se reconnaître, Didier Robert s'avoue "heureux" de participer à la création d'un nouveau modèle politique. Un modèle éloigné de son ancien parti, qu'il juge désormais semblable au PS : prisonnier de clivages dépassés et de réflexes identitaires avec ses limites. "Je préfère l'engagement autour d'un pacte de loyauté avec celles et ceux qui partagent l'essentiel d'une même vision qu'à une stricte fracture droite/gauche", assure-t-il.

Loin des Républicains, le président de Région fait maintenant davantage confiance au gouvernement d'Édouard Philippe, dont les orientations proposées vont, selon lui, "dans le bon sens" pour La Réunion. Sur la question de la réforme constitutionnelle, que le président Macron entend engager, il souhaite d'ailleurs pour notre territoire "un droit à la différenciation", et non un "simple droit à l'expérimentation."

Les sujets qui lui paraissent essentiels portent sur la fiscalité, l'aménagement du territoire, la coopération régionale, la mobilité et la continuité territoriale. "Je plaide sur ces questions pour plus d'autonomie laissée aux territoires", dit-il.

Quant à savoir si oui ou non il faut supprimer l'amendement Virapoullé, il préfère laisser au gouvernement le soin de faire des propositions. Il assure toutefois ne pas croire à "l'efficacité d'une assemblée unique."

L'élection en décembre dernier du nouveau président du conseil départemental a été pour Didier Robert une défaite, son candidat, Jean-Claude Lacouture, ayant été écarté au profit de Cyrille Melchior. Mais il a aussi été "Un moment de clarification" : quelle qu'ait été l'issue du scrutin, une recomposition politique était selon lui inévitable.

Dans sa démarche d'émancipation politique, le président de région veut renouveler la classe politique et offrir aux jeunes la possibilité de peser sur les prochains scrutins, aux européennes, aux municipales, aux régionales et aux départementales.

"Les municipales de 2020 seront incontestablement le premier test grandeur nature dans les 24 communes de l'île", prévient-il.

Url de cet article : https://www.clicanoo.re/Politique/Article/2018/02/01/Quand-Didier-Robert-regle-ses-comptes_512783

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires