Breaking News

Cyclone 28, Hugo et Irma : avons-nous tous perdu notre culture-cyclone ?

05 Sep 2017
7682 fois

Le quotidien France-Antilles, les médias télévisés ont fait la une sur le grand rush des Guadeloupéens dans les supermarchés quand la menace de l’ouragan Irma a enfin été prise au sérieux. En moins de 24 heures, les rayons des bouteilles d’eau minérale, de piles électriques et autres victuailles « cycloniques » ont été pris d’assaut et dévalisés. C’est à croire que les Guadeloupéens avaient complètement oublié qu’ils vivaient sur une île exposée aux ouragans, tempêtes tropicales et autres cataclysmes naturels qui sont le «charme » de notre pays.

En fait, il faut le dire, nos concitoyens ne sont plus en phase avec leur vraie réalité climatique. Il n’est pas rare mais toujours choquant et surprenant d’entendre que les Guadeloupéens natifs parler d’ « été » pour désigner la période… cyclonique. Ce mimétisme langagier ou lexical est la résultante de la francisation à outrance qui avance à pas de géant dans les têtes crépues. Les mêmes qui sont en mode « été » sont ceux-là même qui n’ont toujours pas compris qu’un « blanfwans » est un Français et non un « métropolitain » même si d’aucuns soutiennent que désigner le « blanfwans » en tant que « métropolitain » c’est justement pointer du doigt le fait colonial.

Ils ne veulent pas non plus comprendre que sur les planisphères, il existe un pays dont la capitale est Paris et ce pays, c’est la France, pas la « métropole ». Il est curieux et regrettable de noter que ce sont les journalistes des médias, les plus en vus, qui utilisent ces termes qu’on devrait proscrire, comme l’a dit le poète Max Rippon. Et il n’est pas le seul !

La réalité coloniale est ce qu’elle est. Mais en gardant l’oeil ouvert, on s’aperçoit que tous les comportements atypiques voire bizarroïdes des Guadeloupéens sont directement inspirés par notre dépendance culturelle, idéologique, politique au système français.

Les cyclones « surprennent » aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que depuis la fin des années 70, l’État français et son système éducatif ont imposé aux élèves et enseignants de la Guyane, de la Martinique et de la Guadeloupe, la rentrée scolaire au mois de septembre. Totale hérésie !

Si dans nos pays, la rentrée se faisait jusqu’alors en octobre, c’était précisément pour tenir compte de la période active cyclonique. Combien de fois, comme cette semaine, la rentrée des classes du mois de septembre a-t-elle été « pertubée » ? Pourquoi les élus, les syndicats de l’éducation qui sont tous conscients que cette rentrée en septembre est un non-sens, n’ouvrent-ils pas la bouche pour le dire ? Il faut se souvenir que feu Lucien Bernier, le grand-père de l’autre, avait souhaité au début des années 80 que nous adoptions l’heure d’hiver et l’heure d’été mais le résultat avait été tellement catastrophique, ridicule et incohérent que notre fuseau horaire a résisté à ce changement d’une totale idiotie. C’est dire jusqu’où peut aller le délire de ceux qui nous « représentent ».

Deux ouragans ont marqué le 20e siècle en Guadeloupe : le terrible cyclone de 1928 (plus de 1200 morts) et le non moins terrible Hugo en septembre 1989 qui fit une centaine de morts. On aurait pu penser que ces deux catastrophes auraient contribué à maintenir dans nos esprits une culture-cyclone. Ça l’a été mais la culture importée a tout balayé.

La culture-cyclone, c’est celle de nos grands parents. Dès le mois de juillet, il fallait être prêt au cas où, avoir ses réserves d’eau et d’aliments, consolider ce qui devait l’être. Bref, être en lien avec la réalité de son pays. Aujourd’hui, tout a changé. Les Guadeloupéens ont totalement zappé leur saisonnalité. En se référant consciemment ou pas à l’été français, ils vivent en décalage permanent avec leur vraie réalité et sont toujours pris au dépourvu. Ce qui explique les courses folles de dernière minute dans les centres commerciaux.

Mais outre les cyclones, un autre danger tout aussi menaçant que l’éruption de la Soufrière nous guette. Il s’agit du tremblement de terre. Sommes-nous préparés ? Qui s’en préoccupe vraiment ? Les Guadeloupéens savent-ils que tôt ou tard nous auront un Big break et que ce qui s’est passé aux Saintes en2004 n’est qu’un petit avertissement ? Peut-être est-il temps que les Guadeloupéens s’approprient vraiment leur terre natale, sa culture et cessent ainsi de se comporter en Guadeloupe comme de simples locataires déphasés.

Évaluer cet élément
(21 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires