Breaking News

Macron veut-t-il lâcher la Guadeloupe ?

17 Oct 2017
1346 fois

Dimanche dernier, tous nos élus et parlementaires s’étaient donné rendez vous devant leur petit écran pour écouter-voir LEUR président répondant aux questions des journalistes.

Il aura donc fallu 5 mois de présidence, une baisse vertigineuse dans les sondages, des mesures qui ne font pas l’unanimité chez les français, pour que le jeune président francais accepte enfin comme tous ses prédécesseurs de descendre dans l’arène médiatique.

A priori on pourrait dire que son discours ne nous concerne pas, car dans son propos il n’a pas une seule fois évoqué la situation à Saint Martin, ni même les ouragans qui ont frappé notre région.

Les macroniens et macronistes gwada, ont du être terriblement déçus, car ils se sont rendus compte en direct et une fois de plus que les problématiques de notre pays ne sont pas prises en compte par le chef de l’état français. A vrai dire ce n’est pas une surprise, sauf pour tous ceux qui ont encore la naïveté de croire que nous sommes des « français ». 

Ah oui, j’oubliais, les macronistes indécrottables nous diront que le gouvernement français vient de lancer « les assises des outremer ». un bis repetita des États Généraux de l’outre mer cette grande et inutile messe qui s’était déroulée après le mouvement social de janvier février 2009. Qui s’en souvient ?

Mais même de cela, Macron n’en a  pas pipé un seul  mot. Il faut aussi souligner que les journalistes français, on le sait désormais, ne  s’intéressent à nos pays  qu’à l’occasion de catastrophes, (ouragans, séismes.)  ou  pour stigmatiser  la violence. (Il suffit d’ailleurs  de taper « violence en Guadeloupe » sur Google actu comptabiliser les références liées aux articles publiés sur ce sujet  par les médias francais).

L’absence de référence dans le discours macronien de la situation des dernières colonies françaises » peut être aussi interprétée comme une sorte « d’acte manqué » révélateur du désir inconscient du chef de l’état français de nous placer objectivement hors du périmètre national français. C’est la réalité !

Il faut se souvenir, c’est le cas de le dire, que ce même Macron alors en campagne avait en mars dernier parlé de « l’ile de Guyane » !!!.

Toujours pour noter la méconnaissance de Macron pour les colonies il faut se rappeler de cette nouvelle bourde relevée par BFM : Le 16 décembre dernier, Emmanuel Macron avait pris le risque de brusquer la Guadeloupe. Il s'était laissé prendre en selfie avec un lycéen, en partance pour l'île. Un tweet publié sur son compte légendait la scène de cette manière: "Avec Matthias, lycéen à Bourg-en-Bresse. Il rejoint sa mère expatriée en Guadeloupe pour Noël. Décollage imminent pour les Antilles!"

Macron n’est donc pas comme Jacques Chirac, un fin connaisseur des « iles »

 

Au-delà de cet aspect anecdotique, il faut aujourd’hui se poser la question fondamentale du rapport réel du nouveau gouvernement francais avec nos pays. La situation est à la fois dramatique et cocasse.

Nos politiques, on le sait, n’ont en ce moment, aucune vision prospective pour nos pays pour la décennie à venir. Ils ne se contentent hélas que de gérer le quotidien et ne semblent pas être très préoccupés par l’avenir de la Guadeloupe. Au temps des Lurel et Gillot, il y eut des congrès ou l’on bavardait allégrement sur une « possible évolution du statut ». Les deux exécutifs se sont alors affrontés, opposés, déchirés et au final rien n’a bougé. Lurel avait même à l’époque déclaré qu’il fallait « attendre 2020 ».

Entre temps l’échiquier politique a été passablement bouleversé. Région et Conseil General sont totalement muets sur l’avenir du pays. Le mouvement nationaliste guadeloupéen incapable de renouveler son discours totalement dépassé et ses analyses d’un autre temps est à son niveau le plus bas. On est loin de la Catalogne !!!  Faut-il alors penser que le désintérêt réel de Macaron pour ces « iles lointaines » mais qui sont toujours colonisées, est la porte ouverte à une solution nécoloniale à l’emporte pièce ? 

On peut le penser, car le système colonial français classique est arrivé depuis longtemps au bout du rouleau. Il est essoufflé et n’offre plus aucune perspective. Si nos politiques de tous bord pouvaient s’accorder, faire front et penser à la Guadeloupe des années à venir, ce serait déjà grand  pas de fait. Mais nous en sommes hélas très loin…on patauge !

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires