Breaking News

Je suis charly… lendo !

12 Jan 2015
3447 fois

Charly Lendo ex Secrétaire Général Adjoint de l’Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens (UGTG) est poursuivi pour homicide involontaire indirect. Il est tenu pour responsable de la mort accidentelle d’un jeune motard survenue en février 2009 durant la mobilisation du LKP. (Extrait Tract UGTG)

Charly Lendo n’est donc pas un islamiste-terroriste.

Charly Lendo, militant syndicaliste, n’a sans doute pas la notoriété d’un Elie Domota, le leader du LKP, mais il est tout même connu dans son pays.

Pour son engagement au sein de l’UGTG et du LKP

Le 20 Janvier 2015, Notre Charly sera devant les tribunaux et son organisation appelle à un soutien massif.

Depuis que le journal satirique Charlie Hebdo a subi l’attentat du mercredi 7, les guadeloupéens ont montré avec beaucoup de détermination, qu’ils étaient en mesure de se mobiliser.

Apres les deux manifs « Charlie » l’une symbolique, le soir même du 7 et une autre plus importante Dimanche 11, ceux qui croyaient que depuis LKP ( 2009) les guadeloupéens n’étaient plus capables de descendre dans la rue en ont eu la démonstration contraire. Notre peuple à encore la capacité de s’indigner.

Ainsi donc, en toute logique, Eddy Nédel, Jacques Bangou, Victorin Lurel ou Marie Luce Penchard et les milliers de « Charlie » qui ont battu le pavé sous le chaud soleil dominical, devraient dans un élan similaire et avec le même enthousiasme se retrouver le 20 janvier à 14h devant le Tribunal de Pointe à Pitre, pour soutenir NOTRE CHARLY à nous.
Mais ce ne sera surement pas le cas.

Car ces « Charlie » exotiques qui pour la plupart n’ont jamais lu, ne serait ce qu’une seule fois « Charlie Hebdo », ne connaissaient donc ni de près ni de loin Cabu, Wolinski, Bernard Maris ou Tignous (quoique ce dernier eut l’occasion de participer à Caribulles le 1er Salon guadeloupéen de laBD mais qui le savait ? ). Mais alors comment expliquer cette soudaine « Charliemania » en Guadeloupe ?

Faut-il penser et croire que les guadeloupéens qui étaient dans la rue, sont à ce point sensibilisés par les questions liées à la liberté de la presse en France ? Ou alors est ce du mimétisme ?

Mais qu’en est il pour la Guadeloupe ? Il y a de cela quelques années, l’hebdomadaire satirique guadeloupéen « le MotPhrasé » souvent très critique à l’égard de classe politique eut bien du mal à trouver son lectorat. Pour autant ses rédacteurs n’ont pas été assassinés, mais ne sont ils pas toujours stigmatisés ?

Il ne faut pas perdre de vue que les journalistes-dessinateurs français exécutés l’ont été par des musulmans radicaux qui n’acceptent pas que la presse ait en France la liberté de caricaturer Mahomet ?

Disons le, le contexte est très particulier. L’Affaire Charlie c’est d’abord une question sociétale franco-française.

Même si aujourd’hui on fait mine de ne pas le voir, les dessinateurs de « Charlie » ont hélas payé de leur vie, les incohérences de politique intérieure et extérieure française à l’égard des musulmans en particulier et des immigrés en général. Les Français de France ont donc eu après le choc émotionnel du 7 janvier, le besoin de dire aussi « non » à l ‘autre France. Celle qui accorde ses suffrages à Marine Le Pen et à ses épigones Non aussi, à cet Eric Zemmour qui depuis des mois distille son venin raciste dans ses interventions médiatiques.

Question : Sommes nous, nous guadeloupéens, franco-colonisés depuis plus de 3 siècles à 8000 km directement concernés par tous ces problèmes ?

La question des libertés démocratiques et de la presse s’est déjà posée en Guadeloupe et se posera sans doute encore. On attendra voir…

Faut-il ici rappeler que c’est au nom et avec le soutien de l’église catholique que les Amérindiens ont été exterminés sur cette terre de Guadeloupe. ? C’est encore au nom de l’Eglise et de l’état français de l’époque que des milliers de nègres ont été déportés sur ces terres amérindiennes pour être esclavagisés. Près de 4 siècles, après ils sont moins nombreux les « Charlie made in gwada » qui seraient prêts à se mobiliser pour exiger des Réparations » à l’état colonial

Il est clair que ces « Charlie » du dimanche vous diront que tout cela c’estloin, c’est du passé, qu’il ne faut plus « être esclave de l’esclavage », qu’il faut aujourd’hui oublier, qu’après la juste révolte anti esclavagiste des, Ignace, Massoto, Delgrès en mai 1802, des centaines de Guadeloupéens ont été exécutés par l’armée napoléonienne, d’autres décapités et leurs têtes exposées, sur ce qui est aujourd’hui la Place de la Victoire de Pointe à Pitre ?

Et si l’on réfère à notre histoire sociale la plus récente, où étaient ils ces « Charlie » quand en 2009, le vrai peuple guadeloupéen, celui qui souffrait et qui souffre encore de la pwofitasyon, est descendu dans la rue ? Faut-il encore appeler que Victorin Lurel déjà président de Région a combattu avec la plus grande e fermeté les revendications du LKP ? Combien de ces « Charlie » le 22 février 2009, ont assisté aux obsèques de Jacques Bino, ce syndicaliste guadeloupéen membre du LKP assassiné sur commande par un tireur qui n’a jamais été vraiment identifié ?

Les manifs de ces derniers jours chez nous, ont une fois de plus montré qu’il existe bien deux Guadeloupe : celle des « Charlie » capables de se mobiliser pour une cause qui n’est pas vraiment la notre et une autre plus guadeloupéenne, celle de NOTRE Charly... Lui c’est Charly Lendo. Mais il faudra bien qu’un jour ces deux Guadeloupe s’unissent et manifestent pour une nouvelle Guadeloupe Guadeloupéenne...

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

1 Commentaire

  • fouyaya
    fouyaya samedi, 17 janvier 2015 13:56 Lien vers le commentaire

    si je comprends bien les commentaires qui montrent la vacuité de votre sont deletés
    vos syndicalistes ne sont pas des saints dans le secteur public ils font la loin et nos chers cadres "natifs-natals" se couchent devant eux
    vos copains de boko haram méritent le prix nobel de la paix quant à la pauvre LARISSA JEAN-PHILIPPE ELLE COMPTE POUR DU BEURRE .
    sans vouloir polemiquer vos editos sentent la naftaline le jour où les manblos ne seront plus là il suffira de deux ou trois djiadistes pour interdire les soirées compas et zouk et carnaval .
    au fait il faudrait aller faire un petit tour du coté de calais et poser la question à ceux qui viennent d'errytrée d'irak d'iran et d'ailleurs la raison qui les poussent à vouloir aller chez les mécréants etc ...
    vous cherchez à créer une prison ethnique dans la tête des gens certains ont reussi avec la religion on connait le resultat
    et comme le faisait remarquer l'actuel pdt de l'egypte ainsi tariq ramadan l'islam doit s'adapter aux temps modernes
    au fera le point dans quelques années
    on n'est pas en 1950 mais en 2015

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires