Breaking News

Grave et inacceptable insulte à la mémoire de tous nos ancêtres !

19 Jan 2015
12174 fois

« Les membres du Cercle Culturel Auguste Lacour ont le plaisir de vous inviter Samedi 31 Janvier 2015 à 14h30 précises à l’inauguration de la stèle commémorant l’arrivée des premiers Français en Guadeloupe le 29 juin 1635. Le lieu : tout au bout de la « Pointe Allègre »,commune de Sainte-Rose. Une pancarte vous indiquera le chemin d’accès, qui se trouve un peu avant la plage de Cluny » (fin de citation).

Non, vous n’avez pas rêvé, vous avez bien lu, qu’un prétendu « Cercle Auguste Lacour » (notaire et historien colonial) veut « inaugurer » une stèle pour célébrer l’arrivée des 1ers francais sur la terre de Guadeloupe.

C’est plus qu’une provocation, mais une violente insulte. D’abord à la mémoire des milliers d’Amérindiens et d’Amérindiennes massacrés dés 1635 par ces colons franco européens blancs venus du froid, conduits par Jean du Plessis d'Ossonville et Charles Liènard de l'Olive lesquels s’approprièrent au nom du Roy de France et de l’Eglise Catholique ces terres qui ne leur appartenaient pas.

C’est en second lieu, une toute aussi violente insulte à la mémoire de ces milliers de Nègres et de Négresses d’Afrique, razziés, déportés, torturés, violés, parce que esclavagisés par les grands pères de ces colons négriers, négrophobes et esclavagistes.

Mais cette « pseudo commémoration » qui ne peut que susciter l’indignation, n’est en aucun le pas le fruit du hasard.

Car si ce soit dit « Cercle Auguste Lacour » ose prétendre inaugurer cette stèle », c’est précisément pour tenter aussi de légitimer in fine l’action d’un autre colon du 21é siècle : Hubert Jaham.

En effet c’est dans cette région de Ste Rose (nord de la Guadeloupe), où historiquement débarquent les 1ers colons francais en 1635 que depuis mai 2009, le Jaham en question, descendants direct de ces colons blancs négriers esclavagistes a tout mis en oeuvre pour essayer d’exproprier sur des terres agricoles de Daubin, des petits fils d’esclaves.

Les 2000 hectares en litige et sur les quelles, ces paysans guadeloupéens suent, souffrent et travaillent depuis plus d’un siècle, ne devraient en aucun cas appartenir à ce béké martiniquais qui veut se les approprier avec l’aide de la justice coloniale..

L’affaire de Daubin a déjà connu plusieurs épisodes judiciaires et le Collectif de l’Ouest de Ste Rose (COSE) qui défend les agriculteurs guadeloupéens n’entend rien lâcher : il a raison.

C’est donc dans ce contexte trouble que des békés, néo esclavagistes, proches de Jaham entendent le 31 janvier prochain, organiser ce que nous avons déjà qualifié de provocation raciste. Car quand au fond, ces nostalgiques de l’ordre esclavagiste et colonial, essaient au nom de la » mémoire » de placer leur prétendue « commémoration » au même niveau historique que les légitimes révoltes des négres esclaves (1802).

Ces békés néo -esclavagistes veulent essayer de hisser le débarquement des colons sur la Terre Amérindienne de Guadeloupe, comme un fait historique « normal ». Un -simple acte de « mémoire » qui pourrait être équivalent à l’arrivée en Guadeloupe en 1854 des premiers travailleurs indiens. C’est une grossière tentative de manipulation de notre histoire.

Car ces békés néo- colonialistes « oublient » qu’il n 'y a pas eu de « bienfaits de la colonisation » que la : traite négrière et e l’esclavage sont des « crimes contre l’humanité »

C’est d’autant plus inacceptable que sur le plan national guadeloupéen, la question des Réparations post coloniales est devenue grâce à l’action, du Comité National Guadeloupéen pour les Réparations *,un problème récurrent, d’actualité qui interpelle à la fois les descendants des colons esclavagistes et bien au de là l’état francais.

De plus sur le plan international, depuis décembre dernier, l’ONU a décrété que la décennie 2015 /2014 est celle des Afro descendants ;l lesquels ont souffert des siècles et souffrent encore des méfaits de la colonisation franco-européenne.

Mais poussons plus avant la réflexion : cette « commémoration « frappée d’indignité ne peut être que clivante. Car enfin, quel guadeloupéen afro descendant ou non pourrait accepter de participer à ce type de manifestation, dont le caractère racial et raciste est sous jacent ?

Car qui d’autre que des békés néo esclavagistes, pourraient décemment être à cette mascarade ? N’est ce pas là une forme de révisionnisme colonial?

Je ne l’ai pas précisé, mais les signataires de cette « odieuse manifestation sont identifiés : Philipe Marsolle, arrière petit fils de colon francais esclavagiste effectivement arrivé en Guadeloupe au XVIIe siècle et Fortuné Chalumeau écrivain béké.

Le 31 janvier les guadeloupéens afro descendants et les euros descendants qui ne revendiquent pas les « bienfaits de la colonisation » ont tout intérêt à s’inviter à leur manière à ce rendez vous, ne serait ce que pour « marquer le coup ».

Évaluer cet élément
(7 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires