Breaking News

Sargasses - CHU - Chlordécone : Et si Macron n’avait vraiment rien à foutre ?

14 Mai 2018
1797 fois

Faudra-t-il un jour remercier la nature d’avoir fait échouer sur nos côtes ces algues brunes pestilentielles ? Sans doute, car depuis quelques semaines, ce phénomène naturel est devenu LA question politique de nos politiques.

Ary Chalus président de Région s’en est allé à Paris voir les ministres concernés. Hulot le ministre français de l’environnement (?) qu’on croyait au premier chef interpellé par ces questions n’à même pas daigné se déplacer pour rencontrer notre infortuné président de Région : Chalus, à juste titre, s’est même un peu énervé, car pratiquement ce fut une fin de non recevoir. 

Dominique Théophile sénateur proche du pouvoir macronien a fait des propositions pour « obliger l’état à ramasser les sargasses » : Rien à faire !

Les maires dont les rivages sont « sargassés » sont totalement désespérés, impuissants, car Papa - la - France - de - Macron, ne semble pas vouloir bouger, ni surtout mettre les moyens nécessaires.

Alors nos pauvres élus n’en peuvent plus, car cette pollution naturelle est devenue un problème sanitaire et de plus ampute sérieusement leur budget communal déjà maigre.

Du fait que l’état colonial français continue à demeurer totalement sourd aux imprécations, aux pleurs et autres lamentations ; à la fin de la semaine dernière, nos chefs d’édilités ont décidé de se réunir pour tenter de mettre la pression nécessaire sur Macron et son gouvernement. A l’unisson des présents, Ils ont donc rédigé une belle et très émouvante motion qui à du parvenir à l’Elysée et à Matignon… (à suivre ?)

En effet, nos chers élus, très remontés contre l’inertie de l'état, menacent de le trainer devant les tribunaux…français en ces termes : « Que nous maires, nous nous engageons de manière solidaire à assigner l’État, si cet appel que nous lançons, n’est pas suivi par une réponse rapide que la population attend et un engagement formel de ce dernier, à assumer pleinement ses responsabilités »

Emmanuel Macron et Edouard Philippe doivent trembler, vous vous rendez compte, ils risquent d’avoir à répondre de leur insouciance devant la justice…française !!

Car la France qui est grâce à ses dernières colonies la 2é puissance maritime mondiale gère bénéfiquement une Zone Economique Exclusive (ZEE) qui l’oblige face au problème de ces sargasses invasives à prendre les mesures nécessaires. C’est, disent nos juristes, la fonction régalienne de l’état. Mais dans les faits, le gouvernement français est aux abonnés absent

En d’autres termes, la France qui a fait de nos pays ses possessions, est en droit et en devoir d’assumer ses responsabilités face aux peuples de nos pays soumis à sa domination.

En théorie, c’est vrai, car aux temps héroïques du gaullisme paternaliste et sans aucun doute jusqu’à Chirac l’état-papa-providence, se faisait un devoir de « chouchouter » ses belles colonies, mais ce temps est bel et bien achevé. Hé oui !

Aujourd’hui, le rapport du technocrate macronien est de mesurer, si ces colonies sont toujours aussi « rentables », en terme de retour sur investissement. Flash-back : En arrivant en octobre dernier en Guyane colonie qui venait de vivre une crise sociale d’importance, Macron avait été très clair : « je ne suis pas venu avec des milliards en Guyane et pas venu faire des promesses de père Noël".

Cette petite phrase illustre bien l’état d’esprit du chef d’état français et son attitude face à nos problèmes de tous ordres

Daniel Gibbs, le président de la COM de Saint Martin-dévastée a eu beau faire des aller-retours à Paris et comme Chalus et Borel frapper à toutes les portes, la soi-disant « solidarité nationale » n’est plus ce qu'elle était : c’est une évidence.

Mais nos chers élus sargassés, ne semblent pas à l’avoir bien compris, ils fonctionnent encore en mode « ah c’était le bon temps ». Donc ils implorent,

grognent, crient, pleurent et vont même jusqu'à menacer un état qui s’en fiche royalement.

Nos chers élus, n’ont donc pas réalisé que les sargasses, sont une première (et sans doute pas la dernière) épreuve de vérité. Ils doivent apprendre à compter sur nos propres forces, faire preuve d’audace, d’imagination dans la gestion des problèmes et des crises qui surviennent et qui surviendront.

En fait l’état franco-macronien est entrain de leur donner, in fine, une petite leçon de responsabilité et aussi de leur dire gentiment, ne comptez plus sur les yeux des autres pour voir.

Gwadloupéyen, lè la rivé pou zot pôté mannév pou péyi an nou!

Car en 2009, nous chantions tous à tue-tête et partout : la gwadloup sé tan nou la gwadloup sé pa ta yo !

Le problème, et il est grave, c’est que nos chers élus trop habitués â être maternés ont du mal à ne plus l’être !

Mais il va falloir s’y habituer, car l’état colonial - providence est déjà très loin…

Merci donc aux sargasses - de - la - responsabilité et à bientôt ?

Réactions sur : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Évaluer cet élément
(9 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires