Breaking News

Bannière ZCL Diner d'idées n°1

Crefom et CM 98 : Franco-français et « français noirs »

10 Fév 2015
4902 fois

Il ne faut plus faire l’autruche. La question de notre « diaspora » se pose déjà pour nos pays. Ces milliers de Martiniquais, de Réunionnais, de Guyanais, de Guadeloupéens vivant par choix ou par nécessité en France, que deviendront ils lorsque nos pays seront indépendants ?

Ils devront alors choisir, entre la nationalité française et celle du pays nouvellement indépendant. En 2015, il n’est pas trop tôt pour y penser.

Qui peut aujourd’hui croire que nos territoires resteront ad vitam aeternam sous colonisation française ? Il est en effet à craindre que les contradictions entre l’état colonial français » et les peuples de pays encore sous domination française s’exacerbent.

L’hypothèse la plus souvent admise dans certains lieux du pouvoir, français est celle d’une sorte de décolonisation à l’africaine. Sauf que nous ne sommes plus en 1960, et que l’expérience de la Franc Afrique devrait être suffisamment explicite et négative pour éclairer les partisans de cette thèse. Nos politiques sont ils vigilants ?

La France on le sait, n’a plus vraiment les moyens économiques de « garder » en l’état ses dernières colonies. Elle se doit de trouver une porte de sortie du statut actuel , qui ne serait qu’à son avantage.

Car si sur le plan économique, l’état colonial, entend bien se débarrasser économiquement de ces « danseuses », sur le plan géo stratégique, la perte de l’influence maritime peut être considérable. Donc ce que la France entend « lâcher « d’une main, n’est qu’un faux semblant. Elle fera tout pour la reprendre de l’autre. Pour se faire elle ne peut que s’appuyer sur ses nouveaux valets et agents agissant déjà dans la diaspora.

Revenons donc, au problème posé par nos « originaires » installés en France. Depuis la fin des années 90, un courant néo assimilationniste et réactionnaire s’est manifesté. Il est l’œuvre de quelques ex nationalistes égarés, regroupés au sein du CM 98, lequel s’obstine à faire croire aux guadeloupéens immigrés de force ou par choix, qu’ils sont des français à part entière et que par conséquent ils ont (théoriquement ) les mêmes droits que les français blancs.

« CM98 est aujourd’hui, en France, l’unique association nationale regroupant des Antillais, des Guyanais et des Réunionnais qui ont décidé de s’insérer dans la République en tant que Français descendants d’esclaves

En théorie, un guadeloupéen vivant en France est un « français », sauf qu’au quotidien le délit de faciès, les brimades policières, et autre déconvenues sur le plan professionnel ou du logement sont là pour prouver que la réalité est bien plus cruelle. Cela ‘ l’est d'autant plus vrai que qu’il y a a eu l’obligation de créer aux cotés du ministère des coloniaux, un sous ministère appelé « délégation pour l’égalité de s chances de français d’outremer. Cela signifie très clairement, qu’il existe bien des franco-français et des français « ‘d’outre mer» ». Cherchez l’erreur.

Autre initiative : depuis quelques mois Patrick Karam (UMP) se débat comme un diable pour faire exister un CREFOM, « Le Conseil Représentatif des Français d’outre-mer a pour but de promouvoir, de valoriser et de défendre les intérêts des originaires d’outre-mer vivant dans les outre-mer, dans l’hexagone, et où qu’ils soient dans le monde, tant au niveau économique, politique, social, sportif, culturel, mémoriel, que moral. »

CREFOM, CM98ne sont la par hasard, ce sont des officines destinées à préparer le « changement » décidé par le pouvoir colonial français.

Car ce néo assimilationniste des années 2000 est déjà un grand danger qu’il faut dés aujourd’hui combattre car il fait le lit du néo colonialisme français du XX1é siècle.

Le néo-communautarisme mémoriel que développe le CM98, vise en réalité à détourner les colonisés de la diaspora du désir de revenir sur leur sol national. Il s’agit d’empêcher ces Guadeloupéens, Martiniquais Guyanais, de penser à leur pays faisant d’eux des« français noirs » La démarche n’est pas innocente .Elle se monnaye politiquement. Les partisans de ces courants néfastes sont les auxiliaires du pouvoir socialiste d’aujourd’hui, comme ils le furent déjà avec Sarkozy. Pas étonnant qu’à la tête de ces 2 outils du néo colonialisme, on retrouve Karam et Romana. l’un à droite, l’autre à« gauche » tous deux n’ayant qu’un seul objectif : la harkisation de notre diaspora.

Évaluer cet élément
(4 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires