Breaking News

Agenda 21 de la Culture : On n'a pas de pétrole, l’essence augmente alors on fait quoi ?

13 Nov 2018
616 fois

Les Francais semblent découvrir, grâce à Macron , ce qu’est l’augmentation des produits pétroliers. Les Guadeloupéens eux se souviennent qu’en décembre 2008, le grand mouvement social historique inédit qu’on appelle avec ou sans nostalgie LKP, a été lui-même amorcé par un mouvement contre l’augmentation du prix de l’essence.

Fin des comparaisons. La Guadeloupe n’est pas et ne sera jamais la France, donc évitons les copié- collé.

On n’a pas de pétrole et celui que la SARA nous revend coûte cher. Dans la Caraibe, c’est -comme il fallait s’y attendre- dans les dernières colonies françaises (Guadeloupe, Guyane, et Martinique) que le litre de gasoil ou de super coûte le plus cher.

On n’a pas de pétrole, mais si nous avions la liberté de diriger nos affaires, d’être indépendants, comme la Dominique, Ste Lucie, Grenade ou Barbade... des iles -états toutes plus petites que la Guadeloupe, je reste persuadé, que l’essence coûterait moins cher, que notre économie serait moins à la dérive, qu’elle ne l’est en ce moment.

On n’a pas de pétrole, mais on a des politiques qui n’ont pour la plupart aucune vision pour leur pays, notre pays. Qui a récemment entendu un homme politique de ce pays, se projeter sur 20 ou 30 ans et dire sans prédire, ce que devrait être notre Gwadloup en 2038 ? répôndè... bay la vwa !

On n’a pas de pétrole, mais soyons justes, nos politiques sont tout de même « visionnaires », car en ce moment ils pensent tous déjà a 2020/21 dates des prochaines échéances électorales : mi sé sa ki poblem an nou !

A peine élus, ils s’organisent fébrilement pour la prochaine confrontation, d’ailleurs certains sont perpétuellement en campagne. C’est dire que l’avenir du pays, de sa jeunesse, les questions récurrentes d’emplois, de santé, du développement économique et la vision sur le long terme des problématiques qui sont déjà posées, et qui sont toujours insolubles, échappent à nos politiques qui ne vivent que dans et pour l’immédiateté. A pa jé !

On n’a pas de pétrole, c’est vrai mais nous ne sommes pas les seuls ; Monaco, le Luxembourg ou la Suisse etc…n’en ont pas non plus. Mais ce n’est pas non plus une catastrophe, puisque certains experts estiment qu’au cours des 50 prochaines années la ressource en pétrole pourrait considérablement se réduire voire même disparaitre.

On n’a pas de pétrole, mais alors qu’avons-nous ? Un potentiel culturel d’une grande richesse, mais qui n’est pas économiquement valorisé.

Ainsi ce week-end la ville d Baie Mahault (BM) a organisé une importante rencontre sur « l’agenda 21 de la culture. » Hormis CCN, et une pigiste de France-Antilles, les journalistes - comme toujours pour ce genre d’évènement - sont passés à la va vitte et en courant. Rien de surprenant !

C’est quoi donc cet Agenda 21 de la culture ?

Tout démarre en 2002 à Porto Allègre lors d’une réunion mondiale pour la culture, des maires de grandes villes : Florence, Barcelone, Paris, Rome, Montréal etc.…se proposent de rédiger un document qui servira de base au développement des politiques culturelles locales et ils s’inspirent pour ce faire de l’Agenda 21 de l’environnement.

C’est ainsi que naît l’Agenda 21 de la culture.

2 ans plus tard (mai 2004), le document est adopté et validé. En septembre de la même année, l’organisation mondiale Cités et Gouvernements locaux unis (CGLU) décide de prendre en charge ce document.

Depuis 2012, plus de 450 villes du monde ont adopté cet agenda 21 de la culture et parmi elles Baie-Mahault qui est la seule de la Caraïbe et même de l’espace politique français.

C’est donc pour la mise en place de cet agenda 21 de la culture que Hélène Polyfonte a invité deux experts à venir dans sa ville, préparer le travail de fond et d’évaluation qui permettront a Baie-Mahault d'être au même titre que les autres villes mondiales, un acteur de l’agenda 21 de la culture.

En clair cela signifie que Baie Mahault, se détache du lot des autres villes et collectivités de la Guadeloupe. Et en ce sens, elle va désormais agir autrement au niveau du développement culturel.

La ville va connaitre une véritable révolution culturelle, et ce n'est pas une parole en l’air.

En s’impliquant vraiment dans l’agenda 21 de la culture, Baie-Mahault se met au diapason.

Car l’Agenda 21 de la culture présente le développement durable sous forme de quatre « piliers », plaçant la culture sur le même plan que les trois points habituels (l’environnement, l’inclusion sociale et l’économie).

Le travail et les activités de l’Agenda 21 de la culture ont conduit le Bureau exécutif de CGLU à prendre en main l’élaboration de la proposition de position politique « La culture : quatrième pilier du développement durable ». Ce document inaugure une nouvelle perspective et signale la relation entre la culture et le développement durable en développant une solide politique culturelle et en plaidant pour qu’il y ait une dimension culturelle dans toutes les politiques publiques.

En clair cela signifie, et cela a été annoncé samedi au centre Gérard Lockel, que BM va quitter le ‘"tchockaj", le saupoudrage culturel et va intégrer durablement la culture dans son developpement économique.

C’est un changement de logiciel, car hélas nos collectivités et à leur tête nos hommes politiques n’ont toujours pas compris, que la culture n’est pas un "amusement", un podium qu’on offre aux citoyens à l’occasion de noël, le jour de l'an ou lors des fêtes communales, mais que la culture est aujourd’hui un véritable pilier du développement économique.

Cela suppose une autre vision, de la culture, une autre approche, on dot dékatman c'est en ce sens que BM peut se situer désormais à l’avant garde d'un nouveau modèle de développement économique faisant sa vraie place à la culture La ville en prenant ce parti deviendra alors le leader en Guadeloupe de cette démarche nouvelle.

Cela implique un changement radical dans l’approche de la politique culturelle.

Au mois de janvier, les deux experts reviendront pour une première évaluation

On n’a pas de Pétrole, mais à BM on s'apprête déjà à entamer une nouvelle démarche pour la culture et l’économie. Hélène Polifonte a déjà compris qu’elle se doit d'être l’exemple, le fer de lance de cet agenda 21 de la culture qui peut bouleverser la donne : si seulement cela pouvait se réaliser !!

Évaluer cet élément
(2 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires