Breaking News

Guadeloupe : 9000 voix pour le RFN A qui la faute ? aux journalistes complaisants ? aux politistes inefficaces ? à une classe politique en panne ?

29 Mai 2019
2197 fois

Généralement, quand le Front National commençait à scorer lors d’élections locales ou présidentielles françaises, les analystes à la petite semaine, et à très courte vue expliquaient que ces votes provenaient majoritairement des blanfwans, des gendarmes, militaires et autres français installés dans notre pays.

Difficile cette fois de sortir pareille analyse, les 9000 voix portés sur la liste du Rassemblement Front National, sont bien celles de Guadeloupéens qui ont consciemment choisi de donner leurs suffrages à un parti dont les fondements racistes n’ont jamais été démentis. Outre les français étrangers à notre pays, il y a donc bien, un terreau de neg gwadloup qui marchent dans les pas des Le Pen.

Est-ce un nouveau phénomène ? Pas tant que cela car souvenez-vous, du soutien réel manifesté par Simon Ibo à Jean Marie Le Pen. L’ex-animateur télé xénophobe, condamné pour racisme, professait déjà des thèses anti immigration à l’égard des Caribéens. Mais Ibo Simon avait tout de même réussi en 1998 à rallier plus de 7500 voix sur une liste classée Extrême droite et avait ainsi obtenu 2 sièges à la Région. Donc le terreau Le peniste existe bel et bien chez nous, il ne faut pas avoir l'air de le découvrir. Par contre il a simplement changé de porte-parole : C’est La nouvelle députée européenne, Maxette Grisoni Pirbakas. Mais avant de poursuivre notre analyse ouvrons juste une petite parenthése.

Du seul fait que Maxette Pirbakas soit d’origine indienne, tout comme le responsable du Rassemblement-Front National en Guadeloupe, Rudy Tolassy, un texte signé d’un « Collectif Guadeloupéen d’Origine Indienne » (CGOI) qui ne s’est jamais manifesté auparavant, a été publié disant : « Qu’en aucun cas les deux individualités opportunistes de Capesterre BE et Port Louis du Rassemblement National ne sont pas représentatives de la majorité des Guadeloupéens d’origine indienne. De plus faire croire que les Guadeloupéens d’origine indienne voteraient massivement FN, l’extrême droite est un raccourci regrettable contre lequel nous nous insurgeons.. »

Mais ce texte du CGOI a de quoi interpeller. Car Il peut laisser supposer ou sous-entendre, qu’en d’autres circonstances et pour d’autres candidats plus « représentatifs » de la communauté indo-guadeloupéenne qu’il existe un vote ethnique. C’est un autre débat qu'il faudra un jour  aborder avec toute la lucidité nécessaire…

Mais attention la nouvelle députée européenne, porte un 2ème nom « GRISONI ». Qui est ce Grisoni ? il n’est pas d’origine indienne. C’est un chef d’entreprise venu du froid (Normandie) installé en Guadeloupe depuis près d’une vingtaine d’années. C’est sans doute lui le vrai « coach » de Maxette et qui a su (jusqu'à recemment) la propulser sur le devant de la scène… Ce qui revient à dire que la rencontre au Salon de l'Agriculture entre Marine Le Pen et Maxette n’est pas aussi hasardeuse qu’on a voulu nous le faire croire…

Mais alors - et c’est le fond du problème - pourquoi le lepénisme prospère-t-il en Guadeloupe ? la réponse immédiate, se trouve aussi dans la dégradation globale de la situation socio-économique du pays.

Singulièrement dans le secteur agricole, Maxette Pirbakas, syndicaliste (FDSEA) est connue dans tout le nord Grande-Terre et jusqu’à Marie-Galante. Son discours Le peniste contre le Politique Agricole Commune (PAC) de l'Europe n'a pas dû laisser indiffèrent les agriculteurs guadeloupéens.

D’autant que la politique agricole de la Guadeloupe est loin d’être très efficace et très lisible. Les revenus de nos agriculteurs n’ont pas a cessé de se réduire. Ary Chalus parle beaucoup de croissance verte, mais la réalité du terrain agricole ne suit pas toujours les intentions des beaux discours.

La Chambre d’agriculture de la Guadeloupe souvent dans la tourmente, commence à peine à connaître un peu de sérénité, et Patrick Sellin peu après sa réélection disait : Nos 3 priorités

1) Assainir les comptes de l’agriculture pour améliorer le revenu de nos ressortissants.

2) Protéger le foncier agricole pour maintenir le potentiel du secteur.

3) Redresser et dynamiser la Chambre d’agriculture de la Guadeloupe pour accompagner,

C’est dire que ce secteur et ceux qui en vivent souhaitent autre chose que la PAC franco-européenne et les belles paroles sur la croissance verte et l’agriculture durable.

On peut alors comprendre que le discours RFN porté par une syndicaliste ait atteint ses objectifs.

Et puis dernier point, depuis 1998, qu’on fait nos politiques pour combattre fermement la progression en Guadelouoe des idées FN : hak !

Au nom du respect de la démocratie française, on a laissé faire. Le résultat est bien là.

Est-il trop tard pour arrêter le FN ?

Il devient cependant urgent pour nos journalistes, nos politistes, nos universitaires et intellos, de faire leur job : expliquer à la majorité des Guadeloupéens, ce qu'est vraiment l'idéologie pourrie du RFN.

Mais attention pas de panique, aux dernières européennes plus que Maxette Pirbakas, c’est l’abstention qui a (encore) triomphé (plus de 85%) ce qui n'est pas non plus la preuve de confiance à l'égard des politiques publiques ! Le RFN recueille 3% de l’électorat, ce n’est pas beaucoup, mais déjà trop.

Enfin, plutôt que signer des pétitions pour un drapeau gwadloup, les patriotes devraient déjà se demander quelle sera leur attitude quand Marine décidera de rendre visite à Maxette.

Répondè Réponn !

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Évaluer cet élément
(7 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires