Breaking News

A l’exemple de nos ancêtres Africains réduits en esclavage (AFRES), refuser la situation actuelle !

03 Jui 2019
377 fois

Nous ne sommes plus au temps où quelques dizaines de Guadeloupéens, répondant à l’appel du PCG, commémoraient le combat de Delgrès, de Ignace, de Solitude et de leurs autres compagnons de lutte.

Plus au temps où le mérite de l’abolition de l’esclavage revenait en priorité à Victor Schœlcher qui était vénéré dans tout le pays.

Plus au temps où l’image du «nèg mawon» se reflétait davantage en termes de sauvage, de sanguinaire, d’abruti… que de résistance à l’oppression et de lutte pour conquérir sa liberté.

Nous en sommes heureux et fiers. C’est le fruit du travail complémentaire de tous ceux qui ont tenu contre vents et marées, à démythifier, voire dénoncer, l’histoire frelatée qui était officiellement servie aux Guadeloupéens.

Avec des hauts et des bas, les choses ont évolué. Nous en sommes à la reconnaissance officielle de l’esclavage : Crime contre l’humanité. C’est un progrès indéniable. Mais nous sommes encore très loin de la libération totale de l’Homme guadeloupéen. Notre situation actuelle ressemble beaucoup à un esclavage moderne, sans chaînes apparentes, mais avec des entraves multiples sur le chemin de notre libération.

Alors, si aujourd’hui, la multiplicité et la diversité des manifestations commémoratives autour de l’abolition de l’esclavage restent des éléments assurément positifs, nous sommes sincèrement inquiets de l’absence ou de l’insuffisance de base visant notre responsabilité, à nous Guadeloupéens, descendants des AFRÈS, de nous montrer à la hauteur du sacrifice de nos héros.

Ceux-ci ont par leurs luttes «pété» les chaînes de l’esclavage. Ils ont fait leur part à leur époque avec les moyens dont ils disposaient.

Commémorer de nos jours, ces tranches d’histoire héroïques, c’est non seulement nous rappeler leurs luttes, leurs souffrances, leurs sacrifices, mais aussi, nous imposer à nous-mêmes, le devoir de continuer leur combat sur un terrain nouveau et en allant plus loin qu’eux.

C’est reconnaître que notre situation actuelle est une forme d’asservissement moderne des travailleurs qui sont embrigadés dans un style de vie qui ne laisse que peu de place à leur propre décision, à leurs aspirations profondes à leurs traditions.

Alors, pouvons-nous baisser les bras face à une telle situation qui se détériore sous nos yeux ?

Ne devrions-nous pas, à l’exemple de nos ancêtres, refuser la situation actuelle et nous engager résolument sur le chemin, assurément semé d’embûches pour arriver à la totale émancipation de l’Homme guadeloupéen ?

Nous devons définitivement comprendre que nous ne pourrons jamais être libres et nous épanouir dans le cadre d’un système basé sur l’oppression et l’exploitation de l’homme, ce qui engendre absence de liberté et de dignité.

Nous devons dire NON à la situation actuelle et en même temps, choisir en toute lucidité, un cap commun, pour avancer ensemble dans la construction d’une Guadeloupe responsable, au travail et dans la dignité. «La résistance à l’oppression est un droit naturel».

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires