Breaking News

Sur confinement : L’école Bis… ( répétita !)

16 Avr 2020
2295 fois

Alors que le P’tit Néo Gouverneur (PNG) rajoute chaque jour une couche de « diktat administratif » démontrant à l’envie que le BOSS c’est lui et que les élus n’ont que la possibilité de se soumettre ou de se démettre.

Ainsi, PNG a décidé une fois de plus unilatéralement de se substituer aux maires, sur la question de la distribution de l’eau. Mieux il a poussé l’outrance jusqu'à dire que c’était un « crime !!!: Le comble ! un adjuvant du système colonial, qui vient dans la colonie. Accuser les élus de « crime » : Du jamais vu !

Il n’y a eu jusqu’ici que Victorin Lurel à avoir vertement répondu à « son Préfet » en l’accusant à son tour d’être complice du crime… Fin de l’épisode (à suivre). 

De son côté le président des français, plus emphatique, plus fin, que son PNG a annoncé lundi dernier, que les crèches, les écoles, les colléges et lycées allaient rouvrir … pour libérer les parents de la garde confinée de leurs gamins, et ainsi remettre la machine économique en route : un vrai calcul macronien !

Cette annonce plus politico-économique, que médicale, a aussitôt déclenché l’inquiétude des parents et des profs de la Guadeloupe.

Car (y compris le Recteur !!) tous disent qu’une rentrée vers le 11 mai n’est pas envisageable. Le SPEG a été très clair. «  Une éventuelle réouverture des établissements scolaires ne doit se faire qu’à certaines conditions :

· dépistage systématique des usagers et des personnels de tous métiers du système éducatif et pas seulement des cas symptomatiques,

· mise à disposition régulière de masques grand public pour tous, et le stock nécessaire pour le respect des consignes sanitaires (changement toutes les 4 heures) pour tous les établissements scolaires,

· respect de la distanciation sociale dans les salles de classe et dans l’enceinte des établissements scolaires,

· organisation du transport scolaire, · organisation de la restauration scolaire…

Position quasi similaire de la Fédération des Parents d’élèves (FAPEG) : Pour un retour à l'école, fut-il progressif, de nos enfants, nous exigeons que toutes les conditions sanitaires soient réunies, dans les établissements scolaires, à savoir :

- une désinfection totale et en profondeur,

- de l'eau, du savon, des produits hydro alcooliques, des essuie-tout,

- un dépistage systématique de toutes les personnes présentes dans ces lieux,

- une distribution de masques en nombre conséquent aux enfants, aux enseignants et à tout le personnel présent.

En dehors de toutes ces mesures, il conviendra au gouvernement, aux collectivités et au rectorat de prendre toutes les dispositions pour que les gestes barrières soient respectés dans les transports scolaires, dans les salles de classe, dans les cours de récréation et dans les réfectoires

On le voit bien, il sera très difficile d’envisager une vraie rentrée pour nos élèves à partir du 11 mai. Au niveau sanitaire, bien des interrogations demeurent sans réponses.

Avec ou sans masques ? avec sou sans distanciation sociale ?  Quels effectifs dans les classes ? etc…

Mais plus grave, de l’avis de tous cette année scolaire aura été très perturbée. Peu avant la crise du virus, la majorité les établissements scolaires de la Guadeloupe sont restés fermés plusieurs semaines. Les syndicats protestaient contre la suppression de postes, les conditions de travail etc…. Et au moment où les enseignants envisageaient un possible rattrapage des cours ; voilà que maitres et élèves sont sur-confinés. Cette période de crise n’aura pas été très favorable à nos chères têtes crépues.

Confinés, ils sont très nombreux les profs qui se sont plaints des mauvaises conditions du travail « akaz ». Des élèves pas ou peu motivés et pas connectés, des profs pas assez au fait de l’utilisation des nouvelles technologies, au final, une bonne partie des cours et des enseignements sont perdus.

On peut objectivement considérer que l’année scolaire 2020 est donc en grande partie gâchée Il faudra en tirer les conséquences, car le bac 2020, pour ne citer que cet examen- symbole, ne peut être en aucun cas un bon cru …

Il appartiendra au monde de l’éducation de se repenser. Toutes les bonnes idées seront les bienvenues. Ainsi par ex faudra t- il continuer à se calquer sur la France et effectuer la rentrée scolaire au mois de Septembre, en sachant que c’est la période des cyclones ? Irma il y a deux ans l’a rappelé à tous ceux qui voulaient ne pas y songer.

Il y en est de même pour les cours l’après-midi en période de carême quand dans des salles non climatisées ou mal ventilées, enseignants et enseignés subissent dans certains établissements les effets de la chaleur.

Le numérique aurait sans doute mieux permis de gérer la télé-école, mais encore faudrait-il que les enseignants pas au très fait de ces techniques aient été formés.

Plus important, toute réflexion sur l’école post Covid, au-delà des questions matérielles et sanitaires, devra à coup sûr commencer par l’essentiel : le contenu des programmes. Lors de la dernière grande grève, on y a un peu songé, mais il y a encore beaucoup à faire pour adapter cette à la réalité de notre pays… le confinement a permis aux parents souvent trop éloignés de le réalité scolaire, de se rendre compte que même sans nos « ancêtres les gaulois » le système éducatif actuel est souvent « hors sol »

Lékol bis, héritée à la fois de Papa Yaya et des fondateurs historiques du SGEG (devenu SPEG) reste toujours à inventer ; car on l’oublie trop souvent, le réel développement d’une Guadeloupe nouvelle, ne peut se penser sans une école au service du pays : Mais est-ce déjà le cas ?

Réagir sur

# Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Évaluer cet élément
(7 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires