Breaking News

Des militaires français ont assassiné des milliers de colonisés en toute impunité : ont- ils été convoqués par un procureur ?

16 Fév 2021
1936 fois

2021, la Guadeloupe est toujours un pays colonisé par la France c’est plus qu’une évidence. Même si certains politiciens, journalistes, intellectuels font mine de l’ignorer. Et voilà qu’un procureur franco-français, en faction dans notre pays, vient rappeler à tous que dans un pays sous domination coloniale aucune posture du colon ne peut nous étonner. Mais tout de même !

Ainsi donc, à la suite d’un «Appel à la jeunesse» publié sur CCN, en octobre dernier, un procureur français ose convoquer Luc Reinette à la gendarmerie française et qualifie cet « Appel » d’«  incitation à la haine ou à la violence ». La ligne jaune est donc plus franchie. 

En fait ce procureur de la république française, ne se rend même pas compte qu’il est en train de donner une occasion supplémentaire aux guadeloupéens de se mobiliser contre le colonialisme, obligeant ainsi tous ceux qui dénient le fait colonial, à en prendre conscience.  Ça c’est pour le côté anecdotique de cette « convocation ».

Mais sur le fond, on se doit de dire, que plutôt que de qualifier comme il l’a fait l’Appel « de Luc Reinette »,  pourquoi ce procureur ne s’est-il pas plutôt penché sur le cas de ces 2 manblo français basés à Deshaies ? Oui, car grâce au « Kolektif kont Vyolans a Jandam » toute la Guadeloupe et même au-delà,  sait que le 21 nov. 2020, le citoyen, Claude Jean-Pierre a fait l’objet d’un contrôle routier musclé par des militaires français et que quelques jours après, Claude Jean-Pierre décédait  au CHU...

Où en est l’enquête sur cette affaire ? les deux manblo ont-ils été inquiétés ?

Non, pas le moins du monde. 

Parce nous le savons, en pays colonisés, les militaires français  : à Madagascar ( 1947 plus de 100.000 morts), au Cameroun ( 10.000 morts,  mars 1960), en Algérie ( Sétif  20.000 morts 1945), en Kanaky ( Ouvéa 1988, 20 morts), en Martinique (Chalvet 1974) ou en Guadeloupe, (Moule-Février1952, Pointe à Pitre Mai 1967) assassinent et torturent nos frères et sœurs et cela en toute impunité. 

Mais il ne s’agit pas que de l’époque contemporaine, car le carnage a débuté dès les aurores du 16e siècle avec l’ethnocide par les premiers colons français des kalinagos, les premiers habitants de la Guadeloupe.

Puis la barbarie franco-française a continué avec la traite négrière et l’esclavagisation de nos ancêtres. 

Cette situation est totalement intolérable et ce procureur français semble ignorer qu’il attise ainsi la colère des Guadeloupéens . 

Car, quel Guadeloupéen Afro-descendant, quel Kalinago-descendants,  quel Indo-descendants d’aujourd’hui n’a pas eu un ancêtre esclavagisé, fouetté, torturé , réprimé, humilié ou violé ?

Ce  procureur français étranger à notre pays, s’il connaît l’histoire coloniale de la France, il ne peut aucunement ignorer que tous ces crimes commis et impunis sont encore dans nos mémoires, dans notre histoire, dans notre ADN et que nous ne pouvons plus continuer à  subir cette violence séculaire, ce racisme quotidien en gardant la bouche fermée.

Oui, nous croyons, car l’histoire nous l'enseigne, et notre réalité aussi, un peuple colonisé à l’exigence de se révolter et Luc Reinette a été bien inspiré de lancer son appel à la jeunesse. 

Il rejoint ainsi Frantz Fanon  qui écrivait dans les « Damnés de la Terre »  l’homme (colonisé) se libère dans et par la violence, une violence  qui « désintoxique » et « débarrasse le colonisé de son complexe d’infériorité ».

Car comme tous les vrais anticolonialistes, Luc Reinette, qui depuis plus d’un demi-siécle se bat, parfois les armes à la main, contre les colonialistes veut que son peuple soit libéré de cette emprise coloniale. Et il n’est pas seul à le dire ; Les militants du PCG, de l’UPLG, de l’ANG, de C.O, du FKNG! sont tous unanimes : La Gwadloup se doit de se débarrasser de la tutelle colonialiste française !

Tous ces fonctionnaires coloniaux franco-français, qu’ils soient à la Préfecture, au Tribunal, à l’ARS etc… Ils ont tous dans leur fonction une attitude provocatrice et répressive et ne sont en place que pour pérenniser leur système. C’est cela leur mission essentielle. Nous ne devons pas l’oublier.

Ce procureur vient donc - en Février 2021 -, de nous délivrer un  message d’une grande clarté : dans la société coloniale, la liberté basique d’expression n'existe plus, ceux qui comme Luc Reinette, dénoncent le caractère colonialiste et répressif du système devraient se taire ;

Nous disons que ce procureur s’est trompé. Sait-il qu’il contribue, à donner  du « balan » à notre désir déjà très profond de déchouker le système colonial. Luc Reinette benéficie d’un large soutien, c’est bien la preuve, que son Appel a été compris et relayé.

Le combat contre le colonialisme ne  peut que s’amplifier. Car  depuis quelques temps les attitudes stigmatisantes, racistes de certains franco-francais, sont devenues à ce point tellement insupportables que le peuple guadeloupéen, n’en peut plus.

Le colonialisme français est une fois de plus démasqué et  ses barrières érigées  au cours des siècles de domination vont être renversées. C’est cela le sens de l’histoire... 

Kenbé fô Luc !

Réagissez sur : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Évaluer cet élément
(18 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires