Breaking News

Suivez CCN sur : 

CMA ZCL TV

Ary Chalus le Caribéen…

02 Fév 2016
2486 fois

Cette semaine a été marquée par la vraie reprise d’activité du président du Conseil Régional. La symbolique qui marque les esprits a son importance en politique. Ary Chalus  a débuté une série de visites qui en dit long sur le style qu’il compte imprimer à sa mandature.  Il a commencé par Marie-Galante signifiant ainsi l’importance qu’il accorde aux îles du sud qui ont  des problèmes spécifiques avec la double insularité. Mais ce faisant, il veut montrer qu’il est un acteur de terrain, proche des gens, et surtout  attentif  à leurs préoccupations. 

La symbolique c’est aussi chercher à se démarquer de son prédécesseur. Lui, c’est lui. Moi c’est moi ! C’est dans ce larèl, qu’il tira sa première salve contre la gestion de son prédécesseur. Et notamment  avec les C2DT qui ne seraient  pas financés et qui n’avaient été en réalité que séduction en période électorale envers les maires de Guadeloupe. Cela reste à voir. Car les C2DT étant des éléments de programmation, leur financement ne peut qu’apparaître en autorisations de programme et bénéficier dans le temps des différents apports de l’Europe, de l’Etat et de la Région. Il ne s’agissait donc pas de trouver 100 millions en trésorerie prêts à être distribués aux communes. Nonobstant la visite du président de région  à Marie-Galante  lui a permis d’affirmer  sa vision de développement de la Guadeloupe en prenant en compte la totalité de l’archipel Guadeloupéen.

Deuxième étage de la fusée, la visite rendue au nouveau président de la collectivité territoriale de Martinique, Alfred Marie Jeanne. Au terme de cette rencontre, les deux présidents ont convenu d’un texte dans lequel ils réaffirment leur volonté de renforcer leur coopération. “On ne peut se contenter d’une relation exclusive avec l’hexagone en occultant la nécessité d’une coopération renforcée entre Guadeloupéens, Martiniquais et Guyanais” ont-ils écrit. Le texte affirmait également une volonté forte d’intégrer plus en avant les centres de décision de la Caraïbe. “Nous devons développer des politiques de coopération régionale “gagnant-gagnant”, parce qu’il s’agit de coopération et pas seulement d’assistance. Mais nous ne devons pas réduire la coopération à sa seule dimension économique” affirment-ils en chœur.  Rappelons, que la Martinique a déjà intégré l’OECS, tandis que la Guyane souhaite accéder directement à la CARICOM. L’ancien président de Région était resté jusque là sur une position prudente quant à la nécessité d’intégrer l’OECS sans contre-partie. Ary Chalus par ce texte confirme sa volonté  de donner une dimension plus Caribéenne à sa présidence tant sur le plan économique que culturel. Le choix de  Marie-Luce Penchard à la tête de la commission relations Européennes et coopération Caraïbe est à cet égard significatif.

En discutant avec le président de la collectivité martiniquaise, il montre également qu’il est son vrai et unique alter ego en Guadeloupe.

Enfin troisième étape : l’Hôtel Matignon. La visite au premier ministre, en compagnie des autres présidents de collectivités d’outre-mer, a offert l’opportunité à Ary Chalus de prendre date avec l’Etat, mais aussi de confirmer son statut de “président” de la Guadeloupe.  Ses demandes très concrètes relèvent de  l’urgence mais s’inscrivent également sur le long terme. Ainsi, le président de Région a-t-il réclamé des moyens à l’Etat pour le fonctionnement du Mémorial ACTe qu’il estime à près de 10 millions d’euros par an. Il souhaite en effet que le MACTe  devienne un Etablissement Public de coopération culturelle et que l’Etat prenne en charge une partie du fonctionnement.

Face aux estimations astronomiques des investissements nécessaires pour réparer les conduites de distribution de l’eau en Guadeloupe (800 millions) Ary Chalus a également sollicité l’Etat afin qu’il réévalue le montant de ses interventions sur ce programme.

En outre le président de Région est revenu sur la  demande faite par le député Chalus d’ériger en Guadeloupe un EPIDe (Établissement Public d’Insertion de la Défense) ce qui serait une première en outre-mer et singulièrement en Guadeloupe. Un terrain serait à disposition sur le camp militaire de la Jaille.

Le fort taux de  chômage des jeunes est une véritable plaie, voire on injistis ! Le Président du Conseil régional  a  donc attiré l’attention du Premier Ministre sur la nécessité  d’anticiper la fin des contrats d’avenir, dispositif qui concerne directement une partie de la jeunesse guadeloupéenne. Autre priorité : la remise aux normes parasismiques des établissements scolaires. Ary Chalus en ne se limitant pas aux lycées, endosse ici encore sa dimension de président de la Guadeloupe.

Le Président de Région a aussi dénoncé l’insuffisance du fonds Barnier. Il en a profité pour solliciter une augmentation de la participation de l’État au titre du Plan Séisme Antilles et un complément de subvention au Lycée de Baimbridge.

D’autres sujets ont été abordés tels que la reconstruction du CHU et le projet, déjà en très bonne voie, de la labellisation du pôle de compétitivité et d’excellence AUDACIA Caraïbes.

Enfin, concernant le renforcement permanent des forces de l’ordre, police/gendarmerie, Ary Chalus a invité le Premier ministre à favoriser la mutation des fonctionnaires guadeloupéens qui en font la demande.

Au sortir de cette rencontre à l’invite du premier ministre Manuel Valls, Ary Chalus  n’a pas boudé sa satisfaction.

Reste maintenant à donner une réalité, surtout financière, à ce qui ne reste pour l’heure que des engagements publiquement exprimés.

Wait and see.  Pawòl an bouch pa chaj !

*Jean Claude Rodes
Directeur du Progrès Social

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Jean-Claude Rodes

Directeur de la Rédaction du Progrès Social

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires