Breaking News

Réparations : L’Europe a fait un geste…

L’an dernier à l’occasion de  l’inauguration du Mémorial Acte, François Hollande, président  des français, s’était très timidement avancé sur la question des Réparations. 

 Reprenons ses  déclarations :

« Je tiens aussi à rappeler qu’ici, en Guadeloupe, terre de Solitude et de Louis  Delgrès, il y eut également des combats. Mais a-t-on suffisamment souligné que, quand l’abolition fut acquise, la question de l’indemnisation prit des proportions et surtout une orientation particulièrement surprenantes ? Cette indemnisation était réclamée à cor et à cri, non pas par les anciens esclaves mais par les anciens maîtres qui exigeaient d’être dédommagés pour la perte de la force de travail qu’ils avaient comptabilisée dans leurs écritures comme la valeur de leur cheptel. 

Hollande reconnaissait ainsi que dés la  prétendue  « abolition » de   l’esclavage en 1848,  les maitres esclavagistes  réalisaient un premier  holdup up en exigeant une « réparation » du seul fait qu’ils avaient été privés  de leur main d’oeuvre servile  et gratuite. Une loi  française  totalement immorale  et votée en avril 1849 décidait  très officiellement  de l’indemnisation  des esclavagistes. Ce fait historique honteux n’a pas été jusqu’ici assez dénoncé. Les historiens guadeloupéens, anti réparationnistes ont souvent fait l’impasse sur cette date, et jusqu'à  très recemment encore, ils étaient  très rares nos compatriotes  à être informés de cette question.

Ce 10 mai 2015, Hollande qui se savait attendu sur la question déclarait encore : je sais le débat sur les réparations. Il n’est pas épuisé. J’ai repris à mon compte il y a déjà longtemps les mots d’Aimé Césaire quant à la nature irréparable du crime. Cependant, en lui donnant un nom et un statut par une loi, la loi de 2001, le Parlement français a accompli un acte de vérité, de courage et de justice. Première des réparations : en inscrivant dans les programmes scolaires à tous les niveaux d’enseignement, conformément à cette loi, réparation est faite de l’oubli et de l’occultation. Mais il reste à explorer l’incommensurable legs de toutes les générations qui ont permis que notre patrimoine, le patrimoine commun, le patrimoine de l’humanité puisse être élargi. » 

Pourtant ce même Hollande avait à Paris en mai 2013, affirmé que « la réparation était impossible. Et qu’il était compliqué de parler d indemnisation ». ?  Est ce à dire, que   le   président français  avait  revu  et corrigé sa position initiale,  ou voulait- il dans le contexte  particulier de l’inauguration du Mémorial  faire semblant d’aller dans le sens du vent ?

La réponse est contenue dans  la  question posée.   Ne nous y  attardons  donc pas, car on se souvient  que sur  la réparation en Haïti, dés son arrivée  à Port au Price, Hollande  était fait une pirouette  de  360 degrés  sur ses précédentes déclarations. Seules  s’en étonnent ceux qui avaient cru  que La France  puisse être vraiment favorable aux  réparations. Le fait nouveau, c’est la  recommandation  qui vient  d’être faite  dans  un rapport  par   la Commission européenne contre le racisme et  l’intolérance (CERI) :

« [le Conseil de l'Europe] recommande aux autorités françaises de poursuivre le débat à la lumière de la déclaration du Président de la République en mai 2015 sur la question des réparations autres que pécuniaires à la suite de la traite négrière et du passé colonial de la France, en concertation avec la société civile, et de définir une politique à cet égard. »

Cette déclaration de la commission européenne, ne devrait pas passer inaperçue  car elle renforce les prises de positions de la CARICOM sur les Réparations, tout  autant que celles du CIPN, du FKNG ! du LKP, du CRAN, du MIR France, et de tous ceux  qui en Guadeloupe  et ailleurs ont engagé ce combat  pour obliger les gouvernements franco –européens à s’asseoir un jour à la table des négociations. La route est encore longue, mais le chemin est tracé : konba la angajé, Pon disou pa péd !

  

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires