Breaking News

Suivez CCN sur : 

CMA ZCL TV

Conseil Régional Guadeloupe : Chalus-Lurel, leur match continue…

Tout le monde, moi compris, pensait que les élections régionales étaient bel et bien terminées. Et voilà qu’à la faveur du vote du budget, le match entre l’ex et le nouveau président a subitement redémarré. C’est Chalus qui a donné le coup d’envoi. Partant du fait que Lurel avait commis de « grosses fautes » de gestion, Chalus a réclamé un penalty. Il a donc sorti la veille du vote du budget un document comptable qui aurait dû prendre Lurel à contrepied. Mais en fait, le penalty a été mal tiré car hormis quelques « journalistes » inféodés, le document émis par les services financiers de Chalus n’a pas eu l’effet escompté. D’un simple point de vue de la com, car le match se joue là aussi, Chalus a shooté trop vite. Lurel n’a donc pas tardé à passer à la contre-attaque et en deux temps. D’abord, il a récupéré la balle qui était dans son camp en convoquant une conférence de presse quelques heures seulement avant le vote du budget. Lurel rectifie donc le tir, et pour contrer l’offensive de Chalus, il sort alors « son » document pour tenter d’invalider celui de Chalus.

Mi-temps

Le match reprend à 16h dans l’hémicycle. Chalus lit son discours sur les orientations budgétaires, et comme il fallait s’y attendre, Lurel repart en contre-attaque. Mais l’équipe Chalus est au grand complet. Il a à ses côtés Losbar et Serva. Ils sont aux avant-postes, de véritables canonniers. Les tirs pleuvent, ça shoote de partout. Lurel et sa petite équipe sont très vite débordés. Mais Lurel qui a encore quelques ressources essaie de dépasser le centre pour tenter de scorer. Le budget n’est pas sincère, clame- il. Mais l’ex-président ne sera ni suivi ni entendu. Il tente alors un dernier recours. Il essaie d’alerter l’arbitre, le Payeur-général mais c’est trop tard le match est déjà joué. Le budget est voté. 

Qui a gagné ?

Difficile de répondre à cette question, car si pour ces politiques il s’agit d’un match qui joue les prolongations, pour la Guadeloupe et les Guadeloupéens, les enjeux sont ailleurs.

Plus personne ne peut l’ignorer le pays est en crise. Sur le plan social, l'a-t on remarqué, au moment où nos politiques s’affrontaient en mode « baby foot », l’UGTG avec Elie Domota en tête, bloquait pendant plus d’une heure le cœur de Jarry pour protester contre le licenciement de Gladys Barfleur à Canal Sat Antilles.

À Capesterre Belle-Eau, les ouvriers de la banane CGTG bloquaient les routes. À Pointe à Pitre, les douaniers manifestaient eux aussi. C’est dire que les signaux du malaise social sont visibles et croissants. Sont-ce là les signes avant-coureurs d’une nouvelle grosse crise sociale comme la Guadeloupe en a le secret ? Qui peut répondre ? Il est sûr qu’ on ne voit pas poindre à l’horizon une météo social très clémente. Oui ça va mal, tout le monde le sait, le voit et le vit, mais personne n’a le remède efficace. Au-delà du simple constat qu’on se fatigue à faire, il faudrait de vraies solutions. D’ où viendront-elles ? Sûrement pas de l’agitation constante pré-électoraliste ou post-électoraliste de nos politiques. Notre pays a davantage besoin d’un audit que la Région. Notre pays a grand besoin d’hommes verticaux, responsables et visionnaires. Le pays souffre, il ne suffit plus de le dire ou d’éditorialiser dessus. Il nous faut de nouveaux paradigmes. 70 ans après le vote d’une loi dite de « départementalisation », le système colonial a crée une foultitude d’hommes politiques incapables de briser le cadre dans lequel ils  se sont laissés enfermer. 

Pouvons nous déjà sortir de ces matches politiciens inutiles et contre-productifs et penser le pays ? C'est la question qui se pose. Qui peut y répondre ?

Évaluer cet élément
(7 Votes)
Jean-Claude Rodes

Directeur de la Rédaction du Progrès Social

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires