La violence : un vrai sujet de préoccupation, mais quelle violence ?

07 Sep 2016
2210 fois

Jusqu’ici, notre pays a été  épargné  par la vague des attentats  qui a déferlé sur la  France et causé  la mort de  plus  de 250 personnes. Chez nous, la violence n’est pas  le fait de Daesh, d’Al Quaida  ou d’ Al Nostra. Tant mieux.

La violence, nous dit- on  est celle qui s’exprime au  quotidien, entre jeunes ou moins  jeunes. On dénombre en effet, depuis le début de l’année plus d’une vingtaine  d’homicides .On s’entretue  ici  à  coups  de couteau, de coutelas et  parfois avec des armes à feu.

Alors le jour même de la  rentrée des classes, le Président de la Région et  le Préfet de  Région, ont organisé une séance de travail et de com , sur cette violence  quotidienne, en « oubliant » d’y associer Josette Borel –Lincertin.  Chalus a  un peu buggé.  

A vrai  dire  rien  de  vraiment concret n’est  encore sorti  et il faudra  bien d’autres réunions, avant que Chalus atteigne son objectif qui est de réussir une grande marche populaire et surtout médiatique , contre la violence. Oui mais et après ? 

Pendant ce temps à Paris où il se trouve, Victorin Lurel qui ne veut pas se faire  « griller » par son successeur  annonce, la venue des  renforts policiers si souvent réclamés par nos  élus.

Et voilà la Guadeloupe, embarquée  dans une  sorte de  plan Vigipirate  destiné à lutter contre la petite délinquance et les violence quotidiennes !!!  On ne va pas en  rire puisque le sujet est grave, mais on a comme le sentiment que nos politiques, pour« faire le  buzz » et soigner leur image, redécouvrent que la société coloniale est  violente par essence, par nature  et  par «  méchanceté » !  Donc d’avantage  de policiers  et hop  tout est réglé, vision  très simpliste. Mais  on effleure les questions sociétales cruciales qui génèrent cette violence.

Faut- il encore rappeler que la première des violences est celle qui a consisté à massacrer  les premiers habitants de cette terre  amérindienne. ? Les colons  francais,  pour voler la terre des Caraïbes  ont commis un ethnocide qui n’a  jamais été  ni reconnu, ni condamné.

Et puis  il  y eut ces violences  récurrentes et séculaires qu’ont été la traite négrière  et l’esclavage.

Il aura  fallu plus de 3 siècles avant que (grâce à Christiane  Taubira)  l’état français ’accepte enfin  la qualification de l’esclavage comme   « crime contre l’humanité ».  Mais  cette loi Taubira  vidée de sa substance, n’oblige en rien les  ex esclavagistes à « réparer » les crimes commis. Ces  violences sont  donc restées  impunies jusqu’à ce jour. C’est cela notre histoire.

En  2016, L’esclavage a disparu dans sa  forme la plus brutale, mais quand les patrons békés descendants directs des colons  de  l’époque du code noir, ne respectent pas les lois  francaises du travail, ce sont encore des violences.

Quand les tribunaux  francais  installés  en Guadeloupe, rendent des jugements qui confortent les colons  d’aujourd’hui  qui s’approprient  indûment  des terres agricoles, n’est ce pas encore de la  violence ?

Faut-il parler de –cette violence culturelle imposée par l’état colonial francais qui  niait notre langue, piétinait notre culture ?

Une violence qui fait que nombreux sont nos compatriotes  qui se « pensent » francais et ont répété an jako et  durant des décennies, aliénés- inconscients que nos ancêtres étaient des gaulois…lol

Non, Je ne vais pas   refaire ici toute l’histoire de la colonisation francaise dans nos pays, mais il faut noter que le 28 aout denier, comme pour exonérer  l’état colonial de son lourd passé, François  Fillon, ex Premier ministre a tout de go  déclaré que la France n’avait pas  inventé l’esclavage.  Et aucun de nos élus, n’a réagi. Qui est surpris ?

 Au fait, il y a des  gens ici qui soutiennent encore  François Fillon ?  

Évaluer cet élément
(5 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires

Last News