Breaking News

Suivez CCN sur : 

CMA ZCL TV

Basse Terre : Une ville qui affole ses commerçants et détrousse ses administrés..

12 Sep 2016
2228 fois

Sachez que le désespoir est mobilisateur  disait tout au début des années 80 le chanteur Daniel Balavoine au Président de la République François Mitterrand. Et quand il devient mobilisateur, il est dangereux.”Le désespoir est entré dans notre quotidien, alors qu’on aurait pu l’éviter.

Nous ne pensons pas suffisamment, dans  la concorde et l’intelligence prospective, l’évolution de nos villes et communes ! La gestion de l’espace public et son aménagement dans le temps ne doivent pas répondre à une gestion autoritaire et aveugle de décideurs toujours “inspirés”, mais  aux besoins fonctionnels et modernes des administrés.

Cette manie de la gestion divine, toujours  solitaire, conduit à bien des gabegies, et à de grandes colères, d’autres diraient quasi-insurrectionnelles,  comme on le voit notamment dans la capitale Basse-Terre. Les coups de gueules sur les réseaux sociaux, le ras-le-bol des commerçants excédés, l’irritation des professions libérales (médecins, dentistes, infirmiers, kiné…) sur la nouvelle réglementation du stationnement dans la ville illustrent,  s’il en était besoin les conséquences d’une gestion entêtée, ne tenant nullement compte  des doléances des utilisateurs.

La réflexion précède l’action. C’est de bonne sagesse.  Quelle vision a-t-on du développement de cette ville-capitale pour les 20 prochaines années. Comment envisage-t-on de la rendre attractive, dans quelles filières, dans quels quartiers ?  Comment donner une réalité au label : Basse-Terre Ville d’Art et d’Histoire ?  Comment associer les citoyens, opposition comprise, en véritables co-acteurs du développement de leur cité.  A ces questions, faute d’une vision claire et de projets bien définis,  peu de Basse-Terriens sont en mesure d’y répondre simplement, y compris les plus avertis de la chose publique, voire même les élus municipaux. On pourrait même s’interroger, sans faire preuve d’inimitié, sur l’héritage laissé au cours des 20 dernières années.

Mais, cet  artéfact urbain, qu’on se le dise,  n’est pas seulement consubstantiel à  Basse-Terre.  De trop nombreuses municipalités naviguent ainsi à vue. Le moyen terme, et encore plus, le long terme, semblent  donner des migraines à ceux dont la fonction est précisément de penser l’avenir.

Il n’est pas inutile ici de citer Le Corbusier qui disait : « Puisque les villes offrent aujourd’hui l’image du chaos, il convient bien d’y mettre de l’ordre ». Cette injonction est une interpellation à une responsabilité collective. En effet, la gestion de la ville est-elle un domaine réservé aux seuls experts ou doit-elle ouvrir sur la création de nouveaux cadres d’expression et de participation ?

Développer une cité, n’est-ce pas  la préparer à affronter les enjeux économiques, environnementaux et sociologiques de demain ?  Dans ce but, les élus devraient davantage réfléchir, anticiper, se projeter. Et mener  ces indispensables  concertations. Plus de services publics gratuits, plus de transports inter-urbain,  plus d’activités et veiller à l’équilibre des quartiers. C’est là d’une évidence aussi claire que de l’eau de roche. Une ville qui évolue, c’est une ville qui prépare les conditions optimales pour accueillir des habitants, des entreprises, et qui cherche à développer une activité économique et culturelle. Et non une cité qui affole ses commerçants, détrousse  ses administrés et qui finit par devenir la championne  de la hausse d’impôt avec un budget sous tutelle du Préfet. Et pire, tel un épouvantail contribue à l’exode de ses consommateurs vers des ailleurs plus propices.

Notons que pour  un usage rationnel et poétique de la ville,  il faut que la cité  prenne en compte les quatre fonctions que rappelait fort justement Le Corbusier. C’est-à-dire : habiter, travailler, se recréer (dans les heures libres), circuler.  Concernant des problématiques englobant  aussi bien son extension, sa réhabilitation, l’histoire des villes contemporaines,  montre à travers le monde,  que la cité ne peut plus être l’apanage des seuls élus, ingénieurs, architectes et urbanistes.

Nos élus comme les pouvoirs de tutelle gagneraient donc  mieux à appréhender le fait urbain. D’autant que des villes-centre, comme Basse-Terre ou Pointe-à-Pitre, voient leur  population tripler le jour,  tant par  un flux de travailleurs que de consommateurs. Penser la ville réelle, c’est aussi s’interroger sur les modes d’organisation de la trame urbaine, sur l’articulation entre les différents tissus économiques et sociaux, entre les polarités et le reste de la ville, entre les centralités et les périphéries.

Il faut donc se dire  que  les frais de gestion de la ville ne peuvent  être imputables qu’aux seuls résidents de la ville. Sinon, il y a maldonne sur la donne !

Comprendre le fait urbain est un enjeu majeur. La question urbaine chez nous est centrale. Comment ne pas mieux prendre en compte ici le phénomène démographique dû au contre-exode rural vers des espaces ayant plus de fonciers disponibles comme les Abymes, Baie-Mahault, Petit-Bourg. 

Nous ne saurons conclure sans rappeler  la déclaration finale, de l’Assemblée Mondiale des Villes et Autorités Locales (Istanbul, 30-31 mai 1996)  qui affirme  que  la ville est un  lieu fondamental d’interactions et d’échanges sociaux. Elle doit être reconnue comme l’établissement humain pivot, autour et au sein duquel vont se jouer de plus en plus la croissance et le développement durables, le bien-être et la cohésion sociale de la majorité des populations, la capacité d’adaptation et d’innovation technique, sociale, culturelle et politique, l’invention de notre avenir et une vision renouvelée du progrès de l’humanité et du devenir de nos civilisations

Concevoir un plan de circulation et de stationnement, ce n’est pas une simple technique de logistique et de gestion des flux. C’est un projet de développement urbain. Une concrétisation de la vision que l’on a de l’avenir  de la ville, d’une poétique et du bien-être de ses habitants. Certains l’ont semble-t-il oublié.

RJC

Évaluer cet élément
(6 Votes)
Jean-Claude Rodes

Directeur de la Rédaction du Progrès Social

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires