Breaking News

Marine Le Pen d’accord, mais François Fillon ?

16 Déc 2016
1917 fois

« Les discours racistes, xénophobes, sexistes et homophobes de la présidente du FN sont des poisons menaçant les équilibres sociaux et culturels que les Guyanais ont su construire au fil de l’histoire... L’idéologie de ce parti n’a pas sa place en Guyane dont les valeurs ont toujours été empreintes de tolérance,de solidarité d’échange et de partage ». Ce sont là les termes du communiqué de presse publié par 4 élus Guyanais : Chantal Berthelot, Gabriel Serville, Antoine Karam et Georges Patient. Pas suffisant hélas pour s’opposer la venue en Guyane de Marine Le Pen.

Cette dernière qui sait qu’en Guadeloupe et en Martinique, elle serait mal accueillie comme il se doit, a préféré ne pas y pointer le bout de son nez. C’est donc là une victoire de la mobilisation des comités « Le Pen péké palé« qui s’étaient manifestés il y a de cela quelques mois quand l'égérie du Front National avait un temps envisagé une visite chez nous. Marine Le Pen a donc bien compris que la Guadeloupe est la Martinique l’attendaient d’un pied ferme.  Mais il n’y a pas que Le Pen, car au cours des primaires de la droite française, l’ex-premier ministre français, François Fillon, a d’abord bénéficié en France de l’anti-sarkozisme de l’électorat de la droite mais il aussi réussi à séduire une franche  de l’électorat de d’extrême droite qui s’est reconnu dans son discours réactionnaire et ultra conservateur.

S’agissant des dernières colonies françaises, Francois Fillon est dans le droit fil de ces colonialistes racistes franco-français qui  depuis des années tentent de faire croire qu’il y a eu des « aspects positifs » dans la colonisation. Il faut une fois de plus rappeler que récemment encore Fillon affirmait haut et fort que « La France n’a pas à avoir honte d’avoir voulu partager sa culture aux peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique ». il faut un moment s’arrêter sur cette phrase. Quand les colons français débarquent en Guadeloupe, en Martinique et à Grenade « partager leur culture » signifie tout simplement ethnocide, massacre des populations Kalinas qui y vivaient. « Partager sa culture  », c’est ensuite se lancer dans la traite négrière et organiser dans ces îles l’esclavage. 

Voila ce que dit vraiment Francois Fillon. Mais si on va plus loin, cette colonisation s’est poursuivie même après la soit disant « abolition » de l’esclavage colonial puisque régulièrement dans toutes les colonies aussi bien en Afrique que dans les Caraibes, la France s’est illustrée par de nombreux massacres coloniaux restés jusqu’ici impunis tels qu'en 1897 où plus de 5000 Malgaches seront tués à Ambiké. Plus tard toujours à Madagascar, en Mars 1947, l’armée française massacre plus de 90.000 Malgaches. Auparavant en Algérie, l’armée française réprime dans le sang le mouvement nationaliste et ce sont plus de 20.000 Algériens qui sont ainsi massacrés à Sétif en mai 1945. À cela, il faut ajouter les dizaines de morts de mai 1967 à Pointe à Pitre. C’est cela que Fillon ose appeler partage de culture. Un état colonial violent et massacreur. Il est donc urgent que les Guadeloupéens et les Martiniquais se rendent compte que sur la question coloniale, les discours lepeniste et filloniste sont d’une grande proximité.

Faut-il dès lors s’opposer avec la même fermeté aux fillonistes locaux, à tous ceux qui osent en dépit de notre histoire, s’affirmer partisans d’un politicien français qui n’a pour nous que mépris et condescendance ? Mais la colonisation a si bien façonné certains cerveaux qu’on trouvera hélas des Guadeloupéens à s’étonner d’une telle question, des Guadeloupéens qui préfèrent penser (pensent-ils vraiment?) que la colonisation c’est du passé et que nous sommes depuis 1946 des « Français à part entière » (lol)

Mais il n’y a pas que Fillon, Sarkozy et Le Pen, à vouloir pérenniser dans nos pays le système colonial. Le premier secrétaire du PS français, Jean-Christophe Cambadélis, était en visite éclair en Guadeloupe la semaine dernière. L’ a-t on entendu condamner le système colonial ? Pas du tout.  l'ex-Trotskyste est juste venu  dans notre pays préparer les primaires de la « gauche »; exactement comme le firent avant lui Juppé et Fillon. 

Un ex-socialiste aujourd'hui « insoumis », Jean-Luc Mélenchon, sera lui aussi de passage… Dans son projet pour ‘l’outremer », nulle part on ne trouve évoquée la question de la décolonisation de nos pays. Mélenchon l’insoumis est donc sur la même ligne que ses ex-amis socialistes. Pour lui, la Guadeloupe c’est la France point trait, point final. On s’aperçoit, à la lumière de ces faits, que la campagne des présidentielles françaises ne sera rien d’autre qu’un leurre et que les problèmes essentiels de nos pays ne sont pas résolus.

Mais quel homme politique guadeloupéen est en mesure d’assumer cette réalité et de porter ce message ? L’horizon est hélas désespérément vide.

Évaluer cet élément
(3 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires