Breaking News

Suivez CCN sur : 

CMA ZCL TV

Guadeloupe : Marine le Pen, 15203 voix la faute à qui ?

24 Avr 2017
1865 fois

On ne va pas se voiler la face. Le Pen qui atteignait péniblement 5 % des voix en 2012, vient de réaliser en Guadeloupe un bond extraordinaire en rassemblant sur son nom près de 14 % des suffrages exprimés à l’occasion du 1er tour des élections présidentielles françaises.

Il ne faut pas minimiser ce qui s’est passé. Il faut le dire haut et fort. Quand des Afro-descendants, donc fils et filles d’esclaves, votent pour un parti qui n’a jamais caché son racisme et sa xénophobie, il faut s’interroger et en chercher les causes pour les combattre. Faut-il un seul instant croire que les Guadeloupéens soient en 2017 totalement ignorants de l’idéologie racialiste du FN ?

Comment un Guadeloupéen doué de raison et d’intelligence, connaissant son histoire et origines, peut-il en toute conscience mettre dans une urne un bulletin du FN ? Il y a manifestement quelque chose qui ne fonctionne pas. Mais quoi ?

Il y a de cela quelques années, pour tenter d’expliquer la montée en puissance de Le Pen, journalistes, politologues et politiques, se cachant derrière leur petit doigt, disaient sans analyse aucune que ce sont les « blanfwans, les gendarmes et autres Français résidents » qui votent FN. Ce n’est pas vrai et cela ne l’a jamais été. Les 15 000 voix de Marine Le Pen (MLP) ne sont pas que celles de résidents français car des Guadeloupéens bon teint votent FN et le revendiquent. Il suffit pour s’en convaincre de jeter un œil sur les réseaux sociaux. Qui n’a pas vu ce Guadeloupéen, membre du FN, régulièrement invité à la télévision et que le FN met en avant pour bien faire la démonstration que les nègres colonisés sont avec Le Pen ? Triste.

L’autre explication tout aussi boiteuse revient à dire que les Guadeloupéens, tout comme les Français, en votant Le Pen expriment leur mécontentement, leur ras le bol de la politique des Hollande, Lurel, Pau-Langevin, Sarkozy, Juppé, etc... C’est encore plus grave si ce mimétisme électoral est pris en compte. Il démontre que ces électeurs lepénistes guadeloupéens sont totalement côtéde leurs pompes ou alors [ils] n’ont rien compris. Ils ne savent donc pas que la Guadeloupe aussi bien que la Martinique et la Guyane sont des colonies françaises et que le combat le plus légitime est celui d’une véritable décolonisation.

Nous y voilà ! Depuis des décennies, des politiques mais aussi des journalistes et des enseignants ne cessent de répéter à l’envi que la « Guadeloupe, c’est la France ! », que la Guadeloupe est une « région française » ou encore que la « Guadeloupe est une région ultrapériphérique de l’Europe (RUP) », que la « Guadeloupe est tout sauf une colonie ». Sans rire. 

Dans ces conditions, ne soyez pas étonnés que des Guadeloupéens, quotidiennement matraqués par ces discours assimilationnistes et hors du temps, finissent par perdre totalement leurs repères, se pensent « français » et agissent comme tels.

En réalité, ce vote Le Pen est aussi la conséquence de cette politique néo-assimilationniste, de francisation à outrance validée par nos politiques et certains journalistes francophiles qui s’obstinent à faire croire et penser à des Guadeloupéens idéologiquement désarmés que la Guadeloupe c’est la France. Par conséquent, un Guadeloupéen qui veut protester contre le système se doit de faire et de voter comme un blanfwans. Tragique.

C’est cela, le vrai visage du système colonial en 2017. Mais ils sont hélas rares les journalistes à grenn, qui osent aller à contre-courant en tenant un pareil discours. Ils sont trop nombreux ces journalistes hyper-conformistes qui ne caressent les politiques que dans le sens du poil. Mais  il y  va aussi de la « responsabilité » de la classe politique.

Dimanche soir, une fois les résultats des élections françaises connus, on a vu nombre de nos politiques, en particulier ceux qui avaient appelé à voter Macron, s’exhiber avec force effusions de joie, se focalisant sur les résultats de leur poulain, « oubliant » d’analyser l’irrésistible progression du FN dans notre pays. Pour ces « politiques » sans sens politique, l’essentiel c’est Macron. Point final.

Cette irresponsabilité est manifeste chez nos élus, qui viennent de trouver en Macron le nouveau « papa blanc ». Quelle différence y’ a-t-il entre le hollandisme à tout crin de Lurel, le sarko-fillonisme tragique des Pétro-Bernier-Chaulet et le macronisme mode fanboy de Chalus et Losbar ?

En fait, aucune ! C’est bleu-blanc-rouge bonnet et vice versa. C’est au premier chef, la classe politique qui génère par ses choix toutes ces dérives car étant toujours à la recherche de paternité politique, elle a ce besoin impérieux de se faire parrainer-materner et adopter par un « maître » qui se trouve à 8 000 km de nos rives… Les électeurs de Le Pen en font de même. 
Évaluer cet élément
(7 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires