Breaking News

Danik I. Zandwonis

Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Detroit. Vendredi 17 aout 2018. CCN. La musique Afro-Américaine et le Mouvement des droits civiques ont perdu hier avec Aretha Franklin, un véritable poto mitan. Cette très grande dame de la Soul, du Gospel du Rythm and Blues aura marqué son époque, pendant plus d’un demi-siècle. Autre constat, à l’inverse de James Brown, de Ray Charles, de Miles Davis autres monuments de la Black Music, Aretha n’a jamais eu l’opportunité de se produire en Guadeloupe. Est-ce pour cette raison qu’il n’y a pas eu -à notre connaissance- le moindre hommage de nos « élites » à l’immense talent d’Aretha Franklin ?

Pointe-à-Pitre. Mercredi 08 août 2018. CCN. Le concert unique donné le week-end dernier par Dominik Coco peut déjà être considéré comme historique. L’artiste-musicien qui s’est produit pendant près de 3 heures au Hall des Sports P. Chonchon de Pointe-à-Pitre, a fait la totale démonstration de toute l’étendue de son talent et de sa créativité. Le concept musical qu’il a créé et initié « Kako Mizik », n’a vocation à remplacer ni le zouk, ni le gwo-ka, ni la biguine, ou le reggae, parce que « Kako Mizik », c’est un peu de « chak », mais pas vraiment une synthèse. « Kako mizik » (est-il trop tôt pour le dire ?) est-ce une nouvelle voie de la musique nationale guadeloupéenne ? Les très nombreux spectateurs du concert, tous conquis ont apprécié : nous aussi.

C’est en feuilletant le « Go Events, guide officiel 2018 de l’évènementiel », que je me suis rendu compte de l’importance réelle, souvent démesurée, de l’activité culturelle ou considérée comme telle dans notre pays.

Pas une semaine en effet sans que ne se déroulent, a minima, trois importantes manifestations d’ordre « culturel ».

Oui, j’ai mis cette fois des guillemets à « culturel », car souvent en Guadeloupe, le mot ou le concept « culture » recouvre parfois tout et presque n’importe quoi…

Les atermoiements de la France sur le traitement des sargasses et la crise sanitaire qui affecte la Guadeloupe obligent, élus et peuple, à se poser des questions sur la « nouvelle relation qui s’établit entre l’État français et notre pays. Sous couvert d’expérimentations, Macron serait-il en train d’essayer d’obliger nos élus à voir l’avenir de la Guadeloupe autrement ?

Faudra-t-il un jour remercier la nature d’avoir fait échouer sur nos côtes ces algues brunes pestilentielles ? Sans doute, car depuis quelques semaines, ce phénomène naturel est devenu LA question politique de nos politiques.

Ary Chalus président de Région s’en est allé à Paris voir les ministres concernés. Hulot le ministre français de l’environnement (?) qu’on croyait au premier chef interpellé par ces questions n’à même pas daigné se déplacer pour rencontrer notre infortuné président de Région : Chalus, à juste titre, s’est même un peu énervé, car pratiquement ce fut une fin de non recevoir. 

Dominique Théophile sénateur proche du pouvoir macronien a fait des propositions pour « obliger l’état à ramasser les sargasses » : Rien à faire !

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires