Breaking News

Danik I. Zandwonis

Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Les atermoiements de la France sur le traitement des sargasses et la crise sanitaire qui affecte la Guadeloupe obligent, élus et peuple, à se poser des questions sur la « nouvelle relation qui s’établit entre l’État français et notre pays. Sous couvert d’expérimentations, Macron serait-il en train d’essayer d’obliger nos élus à voir l’avenir de la Guadeloupe autrement ?

Faudra-t-il un jour remercier la nature d’avoir fait échouer sur nos côtes ces algues brunes pestilentielles ? Sans doute, car depuis quelques semaines, ce phénomène naturel est devenu LA question politique de nos politiques.

Ary Chalus président de Région s’en est allé à Paris voir les ministres concernés. Hulot le ministre français de l’environnement (?) qu’on croyait au premier chef interpellé par ces questions n’à même pas daigné se déplacer pour rencontrer notre infortuné président de Région : Chalus, à juste titre, s’est même un peu énervé, car pratiquement ce fut une fin de non recevoir. 

Dominique Théophile sénateur proche du pouvoir macronien a fait des propositions pour « obliger l’état à ramasser les sargasses » : Rien à faire !

Marigot. Vendredi 27 avril 2018.CCN. 6 mois après la catastrophe Irma, la Semsamar a convié les medias de St Martin et de la Guadeloupe* pour évoquer devant eux le processus de la reconstruction. Il en ressort principalement que la Direction de la Semsamar a du aller chercher « avec ses dents » les 51 millions d’euros nécessaires auprès des ministères français et/ou des assureurs pour ouvrir le chantier. Le Top départ de la réhabilitation et de la reconstruction est pratiquement déjà donné, mais c’est aussi une vraie course contre la montre qui est engagée, car la saison cyclonique n’est plus si lointaine et elles sont encore nombreuses les résidences dont les toits se sont envolés. Reportage.

Petit-Bourg. Mardi 27 avril 2018. CCN. Investigation. L’affaire (mais est-ce vraiment une affaire ?) Sonia Taillepierre fait grand bruit dans le microcosme politique Chalusien depuis un peu plus de 48h. En affirmant que le courrier qu’elle a délibérément transmis à CCN n'existait pas. Sonia Taillepierre, met Ary Chalus en grande difficulté. Car le président de Région, abusé nous a dit n’avoir jamais eu connaissance de ce courrier. Dans la foulée, il jure à RCI, sur la tête de ses enfants qu’il n’y a pas l’ombre d'un souci entre Sonia Taillepierre et lui, sauf que la pauvre Sonia, semble avoir subitement perdu la mémoire. Alors, histoire de l’aider à la retrouver CCN publie dessous les preuves accablantes de l’envoi par l’infortunée Sonia du courrier, de son existence et des échanges (doc 3) entre la belle Sonia et nous : Afin que nul n’ignore !

Petit-Bourg. Samedi 21 avril 2018. Deux ans à peine avant les prochaines régionales, Ary Chalus se fait fort d’être présent sur tous les fronts (eau, sargasses, chlordécone, Chu) pour tenter de porter des réponses à toutes ces problématiques. Visiblement ça ne marche pas. Les différents ministères français où il est allé plaider la cause de la Guadeloupe n’ont pas vraiment répondu à ses attentes. Comme un malheur n’arrive jamais seul, voilà que dans le récent sondage Qualistat/Nouvelles-Semaine, on s’aperçoit que le Président de Région a fait un grand bond en arrière : il a perdu 16 points et seulement 18% des guadeloupéens lui accordent leur confiance pour jouer un rôle important dans la vie politique !!!

Au sein de sa propre majorité, là aussi il y a des hauts et des bas. Ainsi Guy Losbar son 1er vice-président que CCN a rencontré, aussi président du GUSR, ne semble pas avoir vraiment « digéré » l’affaire Mathiasin lors des dernières législatives.

Une autre affaire, a failli mettre le feu aux poudres, c’est l’élection surprise de Sonia Taillepierre (GUSR) à la présidence du CTIG et les graves conséquences qu’elle a failli entrainer…

Côté GUSR, on a vraiment essayé de calmer le jeu, c’est sans doute pourquoi la lettre que Sonia Taillepierre a adressé à Guy Losbar et que CCN publie est restée pour l’heure sans suite.

Il faut dire que le GUSR, qui a sa propre stratégie et qui ne n’est pas sous les ordres du LREM, le parti de Macron, a préfèré adopter un profil bas. A bien lire, l’interview que Guy Losbar nous a accordé, on peut penser comme il l'a lui-même dit que ce sont les municipales de 2020 qui détermineront son choix pour une éventuelle candidature à la Région. Cette déclaration laisse-t- elle augurer un « chiraj » en 2020 ? vraiment trop tôt pour le dire, mais c’est un indice.

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires