Breaking News

La contribution d'une guadeloupéenne.

14 Avr 2018
856 fois

Lundi 16 avril 2018. CCN. Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Cosette Eugène-Delesse  qui nous soumet son « libre propos ». 

Le rendez-vous pour tous les guadeloupéens, ce soir était à LAKAZA, où notre hôte au grand coeur David DRUMEAUX avait laissé quartier libre au Collectif du CHU de la Guadeloupe !

Pawol palé, pawol miganné, pawol soti kon bal, pawol soti avè penn men pawol libéré ! Pawol palé sé on longan, pawol soti sé on soin curatif ...

La parole exhumée quand l'Autre investie de l'Autorité te dit de te taire est une parole de reconstruction !

Soni téja di'y avan nou, Sédéyè pawol ki tini pawol ( pawol a nèg pa ka tini bout ) .Sé dèyè bwa ki tini bwa .

La parole a donc été donnée dans un lieu, la parole s'est déversée é nou toué hou ababa douvan gravité a pawol a lé swagan !

Lè swagnan ka soufè yo pa kouté yo, lè swagnan ka soufè yo mété pawol a yo an dout ! Lè swagnan ka viv on tromatism nouvo pis politisyen annou, ka di dè yo ki yo èstrésé, angwasé é kè yo pa ti ayen ! Politisyen annou ka méprizé soufrans a moun ki dwètèt vini nou an èd ! E si moun ki dwètèt vini nou an nèd pa byen koman ou vé nou kontinyé ?

Koman yo pé pa santi yo floué, rabésé !

Et, l'incompréhension commence déjà au sein de leur propre collègue ! Prop kolèg a yo ki poko touché pa sé vapè-la, tèt a yo flo kon lièj, ka di anlè GWADLOUP 1ère, kè tout biten nowmal !

Tel Candide, tout va bien dans le meilleur des mondes !

Tel le Prince de Machiavel, on divise pour régner ...

Yo té ké émé nèg chiré nèg !

Sof, kè adan ti péyi lasa i pani yenki médyokrité, nou ni moun a valè, nou ni kad dè santé a valè !

Dur d'entendre, une mère de médecin raconter les malaises et souffrances à répétition de sa fille, médecin au CHU ! 

Elle est atteinte dans sa chair de la non -reconnaissance par la Guadeloupe entière de la souffrance de sa fille !

Dur d'entendre qu'un bloc complet est fermé parce que ses soignants sont atteints de ce mal inquiétant dont les symptômes sont des céphalées, des vertiges, parfois de l'impotence ou de la perte de dynamisme sur un des membres...Des déficits en tous genres qu'on ne peut expliquer. Des soignants sont alités ne pouvant s'occuper de leurs enfants ! 

Certains personnels soignants ou administratifs ont dû faire des séances de caisson hyper-bare pour détoxifier le sang par l'oxygène !

Ce soir, j'ai vu des soignants désirant de tout leur cœur exercer leur métier selon l'article 71 du Code de Déontologie de la médecine, j'ai vu des soignants à bout de ne pouvoir exercer correctement ! 

J'ai vu des soignants en deuil de leur CHU, j'ai vu des personnes objectives qui nous informaient, des personnes de qualité qu'on veut faire taire ...Comme d'hab...

Ce fameux syndrome du ravet pa tini rézon douvan poul ! Ce fameux ancrage dans nos têtes d'assimilés, de colonisés, sans doute ce frein mental qui nous arrête toujours : Le pot de terre n'aura jamais raison du pot de fer !

Mesdames, Messieurs si nou pa chwazi kan annou, yo pe'e jene yo chwazi pounou ! Sortons des schémas mentaux qui nous obligent toujours à courber l'échine et à faire avec ce qui a !

Oui, nous sommes résilients, mais soyons aussi procéduriers, la Loi coulée dans le marbre est aussi pour nous !

 

Pas si nou pa pran douvan, yo ké finn ras annou !

Enou ké konkom san grenn..

I fo nou montré yo, nou sé on pèp a grenn jistèman !

Certes, construits dans la résilience, mais éveillés à la Loi !

Nous avons d'éminents avocats au barreau de la Guadeloupe ...Que ceux qui doivent nous porter réparation pour le préjudice lointain mais ineffable de l'Esclavage ! 

Nous portent réparation pour le préjudice actuel que le peuple guadeloupéen subit du manque de son CHU .

Ayons une armature du droit avec nous, sé konbat pyé a pyé kont tou moun ki kont pep gwadloup ! 

Imaginons, seulement, une catastrophe majeure dans ce département sous surveillance : imaginons une tectonique folle, imaginons une Soufrière souffreteuse hoquetant, imaginons on Dlo monté, imaginons on van fol ...Imaginons un accident de la route, une épidémie hasardeuse et encore et encore... Pas la dévenn sé on fanm fol !

Ka nou ka fè ! Mété men anlè tèt, kaw vlé fè ! Adan on départèman di fransé ? La france faisant partie du G20 ?

Men ka nou yé menm ? Que sommes-nous ? Serions-nous des français de seconde zone ! Serions-nous juste des pourvoyeurs de voix avec lesquels on s'amuse le temps d'un chanté Nwèl ?

STOP ! Arrêtez donc votre violence envers le peuple guadeloupéen, nous savons que cette violence intervient sur tout le territoire français, les campagnes de l'hexagone en pâtissent aussi sauf que nous, nous sommes des insulaires, voire des doubles insulaires, des ultrapériphériques loin de tout ...

Et notre originalité, notre spécificité doit être respectée. Nous devons surseoir à tout et ne pouvons compter sur une capitale loin de nous ou une supra capitale Bruxelles où se décident finalement tout !

Si nous n’avons pas sur pied notre hôpital universitaire, c'est la métropolisationne de cap excellence qui tombe car avouons-le, c'est ce qui se trame ! Providence, c'est le loisir et le commercial, Dothémare l administratif, à Darboussier on a dévolu la culture avec le MACTe, Fouillole est le centre universitaire mais aucune métropolisation ne se fait sans un centre hospitalier universitaire !

D'avoir trop attendu, d'avoir eu des personnes qui donnaient quitus pour tout ...la devenn se on fanm fol, difé-la ka fouté tout moun an bab ! 

Donc où la politique guadeloupéenne comme un seul homme se met debout pour réhabiliter convenablement le chu-chauvel ou on attaque sérieusement Dothémare. 

Le problème au final, c'est d'avoir TROP ATTENDU, c'est avoir laissé le CHU devenir vétuste ! 

Donc personne n'ose le dire, le réhabiliter est une perte d'argent en même temps puisqu'il ne doit être plus aux normes ...Mais Dothémare ne peut surgir de la terre !!!! 

Ceux qui prenaient les décisions, les ont mal prises apparemment et aujourd’hui, c'est l'entier peuple guadeloupéen qui SOUFFRE de leur nonchalance, de leur inconscience et, c'est le même cas pour l'eau !

Dans certains pays, le politique contrevenant démissionne seul, ici-bas, pli yo ni kaswol, pli yo ka rété-la konsidiré manda-la sété on obligasyon vital ki yo ni'y !

Je crois vraiment que l’intérêt général se meurt

Et, c'est là qu'on devrait compter sur notre classe politique qui pourraient faire une grève du zèle démocratique pour que de toute URGENCE nous soyons aidés ! Des élus politiques qui pour la plupart sont des médecins ...

Mais que vaut la parole et l'action de nos politiciens ? 

Tout le monde souffre d'amnésie, la Ministre de la Santé qui dit ne pas être au courant, la ministre de l'Outre-Mer qui se prend pour une maîtresse d'école faisant la leçon à ses petits élèves issus de l'insularité déniée et dénigrée !

Olivier Serva, seul politique ayant eu le courage et la force de paraître à ce meeting fit un très bon discours politique, avec beaucoup de sobriété et d'à propos, avec les affects qu'il faut, son palé kréyol a su retenir l'attention des uns et des autres, il a certainement dû parler vrai mais je ne sais pas s'il a eu la caution d'un public tout à la cause d'un Collectif cohérent et impliqué !

Les politiciens ont déjà tellement joué avec nous, que le bon passe peut-être pour le mauvais ! Qui sait ?

A noter, qu'avant l'arrivée d'Olivier Serva, l'orateur précédent a fait un acte manqué en annonçant Cyril Serva, philosophe et maître à penser du projet Guadeloupéen sur la proposition de construction d'un ESPACE PUBLIC GUADELOUPEEN.


Je ne crois pas aux hasards.


Sachez que les soignants subissent des pressions de toutes parts : des politiques, de la direction du CHU.

Alors que ce sont ces mêmes politiques qui siégeant aux instances du CHU ont toujours donné caution pour que l'hôpital passe le Contrôle Hygiène et Sécurité !!!

Des politiques qui se retrouvent sur un plateau TV à faire le clown, des politiques qui un peu psychiatre à leurs heures perdues évoquent le stress pour expliquer des malaises qui tour à tour pour certains relèvent du trouble neurologique, ou cardiaque ou ...à la vérité !

Décidément, nos politiques ou du moins ceux dont nous servons de déversoirs de leurs cupidités abjectes lors des élections peuvent se prévaloir de tous les métiers !

Ils n'hésitent pas à mettre en doute le Collectif, l'un des médecins qui a témoigné a reçu une convocation de la direction !!!Ils n'hésitent pas les pressurer alors que dans le même moment ils laissent partir le Directeur de l'ARS !


Bien sûr, au moment où l'on parle d'eau contaminée avérée le directeur de l'ARS s'en va et personne ne lui demandera de compte, un peu comme nos politiques à qui personne ne demande de rendre des comptes alors que les guadeloupéens ont toujours payé leur facture et la réfection des canalisations !

Donk si zo konpwann byen, gran é gro fonksyonè ka pati men tout biten o final sé fot annou, fot a lé piti !!!

D'ailleurs, l'EXPERT a dit que le geste qui nous a occasionné cet incendie est humain, un mégot de cigarette ...que personne n'a trouvé mais bref ...C'est l'expert dit-on ! Et, on sait bien combien l'expert est important dans cette société !


Donc, c'est humain, c'est pas technique men nanpèch pon pot ensandi pa fèmé, pon alarm pa rètanti, pon vantilasyon pa fèmé!

 

Tout le monde se retourne contre les soignants et c'est tellement facile alors que c'est eux qui donnaient les autorisations ! C'est l'Hôpital qui se fout de la charité !

 

La parole, notre parole n’est pas prise en compte puisque nous sommes indissociablement lies à eux, sans eux qui nous soigne, nous ne sommes rien !

Autant afficher tout de suite notre soutien avéré à cette profession de santé qu’on veut faire douter d'elle même !

La parole échangée, ce soir doit être curative, la parole de nos soignants ne doit pas se heurter à notre silence !

Il y a quelques temps, une femme représentant une entité administrative s'est retrouvée démembrée devant un tel silence, une femme qui a écrit son malaise tel un talisman pour de nouveau exister parmi nous .


Ne nous laissons pas corrompre par la médiocrité des autres, et de leurs experts, sachant que l'expert est souvent non indépendant mais ...on n'en sait rien !

La parole entre-nous, doit nous aider mais nous savons bien que leur parole est tronquée, biaisée, pour preuve un certain monsieur en Novembre, nous disait dans la problématique de l'eau qu'il ne donnerait RIEN qu'il fallait voir avec nos politiques !

 

3 mois plus tard, il revient avec cette fureur de nous aider, plus personne ne comprend rien, mais surtout les premiers qu'il avait dénigrés sont aussi les premiers à lui constituer un parterre VIP devant lequel il fait son annonce, d'ailleurs personne ne leur demande où est l'argent ? Tout est implicite, tout biten ka pasé anba kal a zyé !

Pire, la semaine dernière, il s'agissait d'une enveloppe de 400 millions qui arrivait pour la problématique de l'eau, somme qui a fondu comme neige au soleil et est devenu 7,7 Millions issus d'une enveloppe totale de 71 millions !!!


Nous avons de sérieux problèmes des lors que nos politiques parlent argent !

 

Et oui, la parole, donner sa parole, respecter sa parole prendre la parole, retenir la parole ou confisquer la parole semble être un pur jeu de rôle malsain, mal séant et nauséabond dans certaines sphères où la morale, la bienveillance et l'intérêt Général n'existent plus !

 

Prenons la parole, soyons lisibles, organisons la prise de conscience, donnons la parole à tous et confisquons la parole à certains que nous devrions destituer tant ils jouent de notre vie, tant ils se jouent des fonds publics, tant au final, ils n'ont rien d'autre à faire que de briller et occuper le devant de la scène.


Aidons nos soignants, aidons-nous nous-mêmes, aidons nos enfants, ne laissons pas péricliter notre formation universitaire en médecine !

Sinon notre université, notre ile ne sera qu'une coquille vide !

Ce sont nos soignants sur le terrain qui doivent expertiser les choses, pas des équipes venant d'ailleurs qui n'ont aucune expérience empirique pour hiérarchiser nos besoins !

 

"Kanmarad, annou fèmé lawonn

pou nou kozé pawol-annou

pou'y pa rivé pilwen

ki dé tou a zorèy annou

Pani tanbou a dé bonda!

Sé nou menm nou menm ...Soni Ripè ( 1970 in Chopin é Dimipo)


Cosette EUGENE-DELESSE ( Coco Wellborn )

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires