Breaking News

Projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel

17 Jui 2018
492 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, nous publions le verbatin (seul le prononcé fait foi) du discours prononcé par Justine Benin, députée de la Guadeloupe sur le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, le lundi 11 juin 2018 à l'assemblée nationale.

La réforme de la formation professionnelle que présente le Gouvernement a suscité une attente forte et légitime dans nos territoires ultramarins.

Et pour cause, l’objectif d’inclusion sociale et d’émancipation personnelle mis en valeur par le présent projet de loi est, dans nos Outre-mer, beaucoup plus que le déterminant de choix techniques. C’est une aspiration collective liée à la conscience d’un destin commun.

Cet enjeu a suffi à fonder l’intervention de la Délégation aux outre-mer, que nous avons la responsabilité de représenter avec mes collègues Josette Manin et Ericka Bareigts, et dont la première mission est d’introduire dans les débats et les projets inscrits à l’ordre du jour, les analyses et les propositions conformes aux intérêts de nos territoires.

Pour ce faire, nous avons procédé à de nombreuses auditions des acteurs de la formation. Celles-ci se sont déroulées à Paris, mais aussi sur nos territoires respectifs.

Et je tiens ici à saluer ma collègue Hélène Vainqueur-Christophe avec qui nous avons mené un véritable marathon en Guadeloupe pour donner la parole et recueillir les observations de l’ensemble des acteurs locaux de la formation. Organismes de formation, OPCA, CFA, Organisations syndicales, patronales, Pole emploi, DIECCTE : tous ont été consultés sur ce projet de loi.

Aussi, afin de bien cadrer les termes de nos travaux, il n’est pas inutile de rappeler certaines réalités, d’ordre sociales et économiques, qui touchent nos Outre-mer.

Le taux de décrochage scolaire est particulièrement préoccupant. La part de la population de plus de 15 ans non scolarisée et ne possédant aucun diplôme, ou seulement le brevet des collèges, s’élève à 50 % dans les Outre-mer, contre 32 % dans l’Hexagone.

Quant à l’illettrisme, les chiffres recensés lors de la journée « Défense et Citoyenneté » de 2016 font apparaître que le taux de jeunes présentant des difficultés en lecture est très supérieur dans les Outre-mer : il est de 30 % en Guadeloupe, à la Martinique et à la Réunion, de 48 % en Guyane et jusqu’à 73 % à Mayotte.

Il est également important de rappeler que le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans est significativement plus élevé que dans l’hexagone, approchant, voire dépassant la moitié de la tranche d’âge. Il est en Guadeloupe de 55 %, à La Réunion de 52 %, à Mayotte et en Guyane de 46 %.

Ainsi se crée un enchaînement négatif : la situation de l’emploi rend nos populations particulièrement sensibles aux aléas économiques, tout en accroissant les difficultés éprouvées dans l’évolution des carrières professionnelles.

pour les Outre-mer appelle à l’évidence un examen approfondi et la recherche de solutions idoines.

Grâce à la mobilisation des Députés des Outre-Mer, au soutien de nos collègues de l’hexagone et à la grande qualité d’écoute et d’ouverture dont a su faire preuve Madame la Ministre, un pas décisif a été franchi en faveur de l’épanouissement des jeunes ultramarins.

A l’occasion de la discussion en Commission des Affaires sociales, deux amendements issus des travaux de la Délégation aux Outre-mer ont été adoptés à l’unanimité.

Il prévoit d’expérimenter la possibilité pour un jeune d’exécuter pour une année son contrat d’apprentissage ou de professionnalisation à l’étranger, dans son environnement régional.

Pour nos jeunes, cette mesure constitue une véritable chance de découvrir leurs bassins régionaux et d’acquérir des compétences tant personnelles que professionnelles.

Cette réussite commune grandit le travail parlementaire et permet, pas à pas, de faire reconnaître les spécificités de nos territoires par des actions innovantes.

Afin d’aller encore plus loin et de concrétiser toute notre ambition partagée pour les Outre-mer et leur développement, vous avez, Madame la Ministre, au cours de nos travaux en Commission, formulé une proposition sur laquelle je souhaiterais revenir aujourd’hui.

Si j’admets que le recours aux ordonnances est, dans le contexte actuel et pour atteindre l’objectif qui est le nôtre, une solution pragmatique, que nous avons approuvée sur le principe.

Je me dois également de souligner que pour un parlementaire, ce recours n’est jamais anodin et sans risque.

Cette concession, car c’est bien de cela qu’il s’agit quand un parlementaire « cède » son pouvoir législatif, doit être accompagnée de certaines garanties.

Aussi, j’en appelle aujourd’hui à votre responsabilité Madame la Ministre, et à votre sens du dialogue et de la co-construction afin que je puisse, en ma qualité de co-rapporteure pour la Délégation aux Outre-mer, être associée à l’élaboration de ces ordonnances.

Avant cela, de nouveaux amendements issus des travaux de la Délégation aux Outre-mer vous seront présentés pour poursuivre et affiner l’adaptation nécessaire de ce texte à nos réalités et particularités.

Son efficacité en dépend Mes Chers Collègues.

C’est pourquoi j’en appelle à votre indéfectible soutien afin que nous surpassions nos clivages pour défendre l’intérêt supérieur de nos compatriotes ultramarins, et plus singulièrement de notre jeunesse.

Je vous remercie.

Justine BENIN

Députée de la 2e circonscription de Guadeloupe.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires