Breaking News

Sanctions réciproques entre les États-Unis et la Chine : vers une "guerre commerciale mondiale" ?

03 Aoû 2018
225 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Mariana Morena, Membre de la Unité Internationale des Travailleurs (UIT-QI), qui nous soumet son « libre propos » sur les conflits économiques entre les Etats-Unis et la Chine . 

Une nouvelle vague de tarifs douaniers entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales a une fois de plus mis à rude épreuve le marché mondial. Des fonctionnaires, des économistes et des porte-parole du système sont venus mettre en garde contre les conséquences de l'avancée de la confrontation à la lumière de la façon dont ces conflits se sont poursuivis au siècle dernier : S'agit-il des jeux préliminaires d'une guerre entre puissances capitalistes pour la domination du marché mondial ?

Le président américain Donald Trump a imposé 34 milliards de dollars en droits de douane annuels sur 818 produits industriels en provenance de Chine, qui seront taxés à 25 % à l'importation (contre 1,5 % en 2016, son plus bas niveau depuis 1976). La mesure a commencé à être mis en œuvre vendredi dernier sur les produits des technologies de l'information et des communications, l'aéronautique et l'industrie automobile, les machines et les robots, entre autres, sans affecter les biens de consommation tels que les téléphones mobiles et les appareils électroniques. La réponse du géant asiatique n'a pas tardé à venir : alors que le ministre chinois du Commerce dénonçait Trump pour avoir initié " la plus grande guerre commerciale de l'histoire " (59 % des produits taxés sont fabriqués par des multinationales installées sur le territoire chinois, y compris nord-américaines), le même jour il a appliqué des tarifs de même valeur sur 545 produits nord-américains dans le secteur agricole et automobile (soja, produits laitiers, porc et veau, poisson, automobiles).


Trump essaie de tenir la promesse qu'il a faite lors de sa campagne électorale de " rendre l'Amérique encore plus grande " en intensifiant sa politique protectionniste. Elle poursuit la réduction du déficit commercial avec la Chine, son principal partenaire commercial, avec qui elle a clôturé l'année 2017 avec un déficit de la balance des paiements de 375 milliards de dollars, qui a augmenté de 9,5 % de janvier à mai de cette année. Il s'agit d'une première série de représailles commerciales ,que Trump a déjà menacé de porter à 200 milliards de dollars dès qu'il a appris les mesures de son homologue Xi Jinping, qui pourrait atteindre 500 milliards de dollars. Les secteurs de la grande bourgeoisie américaine réunis au sein de la Chambre de commerce sont venus critiquer cette politique, qui a déjà causé des frictions avec l'Union Européenne, le Canada et le Mexique au sujet de l'acier et de l'aluminium. Les entrepreneurs de marques phares comme Harley Davidson ou Jack Daniels et les usines automobiles du Wisconsin qui utilisent des composants d'origine chinoise, comme les grands producteurs de soja de la Pennsylvanie au Michigan qui ont porté Trump au pouvoir, se sont plaints de nouvelles taxes avertissant des pertes d'emplois (environ 400.000 selon une projection) et du report de plans d'investissement qui finiront par affecter d'autres partenaires commerciaux.

La Chine cherche à réorienter son économie vers une production industrielle et technologique à forte valeur ajoutée sous le slogan "Made in China 2025", contestant la suprématie de l'impérialisme américain dans la mondialisation capitaliste. Elle a le deuxième plus grand PIB du monde avec 11 trillions de dollars et possède les plus grandes réserves du monde (3,12 trillions de dollars), y compris les obligations du Trésor américain qui en font le plus grand créancier des États-Unis. Cependant, il y a des signes alarmants tels que la croissance de la dette extérieure, qui est passée de 150 % à 300 % du PIB au cours des 10 dernières années, et la chute en juin de sa monnaie, le yuan, 3,3 % par rapport au dollar, le plus grand effondrement en un quart de siècle. Pour faire face aux politiques protectionnistes de Trump, la Chine mise sur un bloc commun avec l'Union Européenne de Merkel, qu'elle espère réaliser à Pékin à la mi-juillet, annonçant une ouverture sans précédent aux investissements européens.


Certains économistes avertissent que l'affrontement a déjà provoqué une baisse de 17 % du soja en juin et qu'il va aggraver l'incertitude et l'instabilité des marchés, conduisant à une " guerre commerciale incontrôlée ". Nous ne voyons pas les choses de cette façon. De notre point de vue, le protectionnisme de Trump est une mesure désespérée pour récupérer les profits de ses multinationales, ce qui génère des critiques de sa propre bourgeoisie et des frictions avec la Chine, l'Union Européenne et le Canada, derrière lesquels chacun cherche à renforcer sa position de négociation. La situation est le reflet du fait que la crise économique du capitalisme mondial, ouverte en 2008, se poursuit malgré le fait que de nombreux analystes ont prédit en 2017 le début d'une "reprise" de l'économie capitaliste basée sur certains indicateurs de croissance macroéconomiques.


Nous ratifions que l'économie capitaliste mondiale est entrée dans une crise chronique dans les années 1960, et ne se redresse que dans des cycles partiels ou conjoncturels, seulement par une contre-offensive majeure d'exploitation de l'impérialisme et de ses gouvernements. Malgré leurs frictions inter-bourgeoises, Trump, la dictature capitaliste chinoise et la bourgeoisie impérialiste dans son ensemble veulent que la crise tombe sur les dos de leurs travailleurs. C'est pourquoi nous réaffirmons que ce système économique capitaliste-impérialiste, au service des multinationales et des banques impérialistes, n'en peut plus et que nous devons continuer à lutter contre les plans d'ajustement, la flexibilisation du travail, les licenciements et toute la contre-offensive économique de l'impérialisme.


Mariana Morena
Unité Internationale des Travailleurs - Quatrième Internationale (UIT-QI)

La Chine et son insertion dans le marché mondial


La révolution menée par Mao Tse-Tung en 1949 a apporté d'immenses gains sociaux au moyen de l'expropriation des propriétaires fonciers et de la bourgeoisie. Près d'un milliard de Chinois ont eu "un bol de riz, une montre et une bicyclette". À la fin des années 1970, la consommation alimentaire moyenne était supérieure à la moyenne mondiale ; le taux de scolarisation est passé de moins de 50 % en 1952 à 96 % et l'espérance de vie de 35 à 68 ans entre 1949 et 1982 (E. Hobsbawm, Histoire du XX siècle). En 1978, Deng Xiao Ping et la bureaucratie répressive du Parti communiste chinois ont initié un processus de réforme et d'ouverture qui a conduit à la restauration du capitalisme. Quarante ans plus tard, l'économie chinoise est passée de 1,8 % du marché mondial à 18,2 %, mais le coût de l'association avec de grandes multinationales et de la subordination aux plans impérialistes a été payé par la perte de ces gains historiques et le retour aux inégalités sociales brutales, à la méga-corruption et à la surexploitation, avec des horaires de travail pénibles et des salaires misérables sous un régime de dictature capitaliste à parti unique. Les grèves ouvrières successives de ces dernières années, comme celle de Dongguan en 2014, la plus importante de l'histoire de la République populaire de Chine, remettent en cause le modèle d'exploitation de la dictature chinoise et son faux "socialisme aux caractéristiques chinoises".

http://www.uit-ci.org/index.php/noticias-y-documentos/crisis-capitalista-mundial/2071-2018-07-13-01-07-42



Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires