Imprimer cette page

Guadeloupe. Allocution du président de région. Rencontre avec le ministre de la culture Franck Riester

08 Avr 2019
1244 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c'est Ary Chalus, qui nous soumet son discours à l'attention du ministre de la culture Franck Riester.

Je vous reçois ici au Mémorial ACTe en présence d’une partie de ceux qui font vivre la création artistique Guadeloupéenne, nos musiciens, nos écrivains, nos artistes plasticiens, les personnalités du monde audiovisuel, les acteurs du patrimoine, les amoureux de la culture.

Notre objectif, à la Région Guadeloupe, c’est de faire de la politique culturelle un levier d’attractivité et de développement pour nous-mêmes ; car nous avons en partage une Histoire, une culture, un attachement pour ce qui fait notre patrimoine, tant il touche au cœur même de notre identité, mais qui mérite également d’être diffusé hors de nos seules frontières géographiques.

Ainsi, dès notre arrivée aux responsabilités nous avons posé notre ambition : celle de faire de notre patrimoine culturel un atout majeur pour l’avenir.

Dans cette dynamique, la Région Guadeloupe a élaboré, en concertation avec les acteurs culturels guadeloupéens, un plan d’actions soutenant à la fois l’audace et l’innovation.
Nous avons souhaité inscrire ce plan d’action dans un cadre qui s’accorde avec notre identité, nos valeurs et la révolution du numérique.

Cela passe en premier lieu par le soutien de la collectivité régionale à la création, à la production, à la diffusion et à l’éducation à l’image, où la Région accompagne la création par de nombreux dispositifs, avec l’État à nos côtés et le CNC (Conseil National du Cinéma).
Car nous croyons résolument que sans créateurs, il n’y a pas de vie culturelle !

Mais aussi par l’aide à la restauration et à la valorisation du patrimoine, je pense à la Grivelière, à Zévalos que vous venez de visiter et bien d’autres.

Enfin par l’accompagnement, la promotion et la diffusion de la création artistique guadeloupéenne. Et je ne reviendrai pas sur l’accompagnement important dont a bénéficié le secteur audiovisuel et cinématographique. Je salue d’ailleurs nos partenaires présents dans la salle (organisateurs des festivals Eritaj, Nouveaux Regards, Terra Festival, Canal +, les partenaires privés, pour ne citer qu’eux ...) et notre Bureau d’accueil des tournages de Guadeloupe
Le succès des films soutenus, la qualité et la diversité des productions étrangères tournées en Guadeloupe nous assurent aujourd’hui un rayonnement international et démontrent l’efficacité de notre stratégie. Je pense au film « le Rêve Français », ou dans un autre genre à « Minuscule 2 » le film d’animation tourné ici en Guadeloupe...

Transcendant le cliché tenace du paradis tropical, la Guadeloupe est une terre chargée d’histoire. Elle nourrit un vivier d’artistes de talent qui développent des propositions esthétiques de grande diversité.

Peintres, photographes, vidéastes ou sculpteurs, ils travaillent ici dans l’hexagone ou la Caraïbe, et émergent sur la scène internationale.

C’est fort de ce constat que nous avons également pris l’initiative inédite de créer tout au long de l’année 2018 un cycle d’expositions en trois actes,« Éclats d’Îles », présentant les œuvres des artistes contemporains des Îles de Guadeloupe dans une galerie, située au cœur de Paris, dans le prestigieux quartier de Saint-Germain-des-Prés, puis rue Beaubourg pour cette édition 2019.

Ce concept, qui constitue un véritable engagement de la Région dans le domaine des arts et de la culture, a pour but de donner de la visibilité aux artistes Guadeloupéens (ceux-ci apportent leurs points de vue sur leur Île, leur société, et plus généralement sur le monde dans lequel nous évoluons), mais aussi à faire découvrir la diversité des esthétiques et des talents de la Guadeloupe, au-delà du territoire local.

Toutefois, une politique de diffusion cohérente impose d’assurer aux artistes les conditions de leur diffusion sur le territoire même où ils créent. C’est pour cette raison que l’exécutif régional a clairement indiqué ce choix par l’inscription au contrat de convergence de la création d’un centre d’art contemporain en lieu et place des anciens locaux administratifs de l’usine de Darboussier, à deux pas du Mémorial ACTe.

Le Centre d’art contemporain est inscrit dans le plan de convergence au titre des grands projets avec l’État. Cet espace présentera la diversité de l’offre culturelle régionale afin de promouvoir les artistes guadeloupéens auprès des clientèles touristiques et locales.

À la fois lieu de production, d’expérimentation et d’exploitation, il accompagnera les artistes contemporains locaux dans la diversité de leurs pratiques et contribuera à l’émergence des plasticiens guadeloupéens sur le marché de l'art national, caribéen et international.
Bien évidemment, la collectivité régionale entend privilégier la concertation permanente avec les acteurs culturels à l’occasion de sa mise en œuvre.

Enfin ce projet de centre d’art contemporain ainsi que son emplacement ont une résonance forte avec le projet soutenu par la Région et par le Président de la République qui vise à faire évoluer le Mémorial ACTe en un Établissement Public de Coopération Culturel (EPCC).

En effet, il nous appartient désormais de donner au Mémorial ACTe un statut clair et ainsi renforcer la capacité, notamment financière, de la structure afin de faire face aux nombreux défis et enjeux à venir et ainsi porter notre ambition culturelle au-delà même de nos frontières.
Notre rôle c’est de faciliter et d’accompagner la réussite dans un secteur au parcours souvent semé d’embûches. Nous l’assumons pleinement car la création est la zone vitale de la culture, le point de convergence de toutes les activités culturelles, sans lequel la Guadeloupe ne saurait avoir de génie propre et ne serait que consommatrice des autres.

D’ailleurs, M. le Ministre, votre visite intervient au moment ou un pan de notre patrimoine, la librairie général JASOR véritable moteur de la culture guadeloupéenne s’apprête non pas à disparaître mais à se transformer. À ce propos, je souhaite réitérer le soutien de la Région Guadeloupe dans le processus de transmission engagé, comme nous l’avons toujours fait.

Car c’est fort de ce passé prestigieux et de ce présent dynamique que notre société guadeloupéenne s’assurera d’un futur durable.

Monsieur le Ministre je sais tout votre engagement pour porter la culture, je dirai les cultures et singulièrement les cultures ultramarines qui ne pourraient souffrir de notre caractère insulaire.

Je sais pouvoir compter sur vous pour nous accompagner sur ces projets.

Je vous remercie.

Ary CHALUS

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Dernier de CCN