Breaking News

Urgence économique ou barbarie capitaliste ?

22 Mar 2020
575 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois,  c'est Robert Sae, qui nous soumet son billet.

Une pandémie menace de décimer des centaines de milliers d’êtres humains : «Les entreprises » - entendez les capitalistes - recevront des milliards d’euros, tirés de la poche des contribuables pour assurer leur maintien à flot. Les institutions financières internationales mobilisent déjà les moyens de sauver le système. Ceux d’en bas, par contre, ont peu de chance de voir valablement compensés leurs revenus perdus.

Derrière son appel à « l’unité nationale », le Président français, affublé du titre de « père de la nation » par les propagandistes de service,  essaie de maintenir à flot le système capitaliste. La volonté de défendre en priorité les intérêts des  classes dominantes  est illustrée par le discours de son premier ministre qui essaie d’imposer une conjonction  entre  «urgence sanitaire » et   « urgence économique ».

L’urgence d’humanité, elle, ne l’intéresse pas. Quel conseil scientifique a été réuni pour évaluer les conséquences d’un confinement qui prive brutalement les personnes âgées et dépendantes d’accompagnement ? Quid des personnes psychologiquement fragiles assignées à isolement ? Quel impact de l’interdiction de participer aux enterrements sur la société? Quels moyens ont été mobilisés pour porter réponse à ses problématiques là ?

 Du haut de leur trône, les autorités ont beau jeu de culpabiliser et de  vilipender la population qui n’applique pas leurs directives à la lettre. Mais, à qui la faute ? La discipline sociale, la conscience de l’intérêt collectif, cela ne s’improvise pas ! Jour après jour, les empires médiatiques contrôlés par les multinationales, mènent une entreprise planétaire d’abrutissement intellectuel et de dévoiement des valeurs humanistes. Les transgressions permettant d’arriver au haut de l’échelle sont objectivement encouragées. Dans le Kholanta libéral planétaire, on est « éduqué » à  s’insulter, à  se trahir, à s’écraser réciproquement, à ne s’unir que si cela permet de rafler le totem. Comment s’attendre à des comportements solidaires quand on prêche, à tout bout de champ, le culte de l’individualisme, de la « compétitivité» et du « savoir se vendre » ?

Ceux qui doivent être vilipendés ce sont les apôtres de l’ultralibéralisme, du productivisme et du consumérisme. Ce sont ceux  qui sabotent les services publics et génèrent l’accroissement de la pauvreté, privant ainsi la société des moyens d’une lutte efficace contre les catastrophes sanitaires, climatiques ou autres. Ce sont les promoteurs de cette globalisation orchestrée par les multinationales qui se traduit par une extraversion de l’économie des pays colonisés et néo-colonisés confinant ceux-ci dans une situation de dépendance et d’extrême vulnérabilité. Ce sont ces brutes qui envoient les personnels de la santé au front sans protection conséquente, après qu’ils les aient matraqués et gazés lorsqu’ils  se mobilisaient pour défendre l’hôpital public ; ce sont ceux qui intiment aux travailleurs l’ordre d’aller assurer la continuité du profit des « entreprises », après avoir multiplié les lois pour précariser à l’extrême leur situation et pour permettre aux employeurs de les jeter  comme des kleenex dès qu’ils ne sont pas suffisamment rentables.

Le système capitaliste, pudiquement qualifié de libéral, est un système barbare. C’est en le mettant à bas que l’humanité sera en condition d’affronter les catastrophes  environnementales, sanitaires et autres qu’il  génère immanquablement.

Alors, profitons de ce  boiteux confinement physique que les autorités françaises nous imposent  pour rompre définitivement avec le confinement idéologique dans lequel elles nous enserrent.

 La situation actuelle nous donne l’occasion de mieux apprécier le rôle de l’Etat et des services publics dans la bonne organisation et dans la protection de la société.  Voila que le gouvernement envisage des « nationalisations » ! Après, chaque guerre, chaque catastrophe majeure, chaque Krach boursier on y fait appel pour redresser la situation. Et puis, quand celle-ci est rétablie et qu’il y a de nouveau des profits à engranger, on reprend le couplet sur « la plus grande efficacité du privé » pour remettre les entreprises aux capitalistes !

Eh bien non ! C’est en établissant définitivement la priorité du public dans l’organisation sociale et économique que les populations pourront prétendre à  l’équité, à l’harmonie et au mieux-vivre collectif. 

C’est également l’occasion de nous débarrasser des poncifs destinés à nous maintenir en servitude. Si on veut se « développer », prétendent-ils,  il faut absolument « faire appel aux investisseurs étrangers » et « s’arrimer à un grand ensemble».

Eh bien non ! C’est uniquement en privilégiant le caractère endogène  et autocentré  de l’économie que le pays pourra être à l’abri des vicissitudes du système capitaliste et des crises inhérentes à la globalisation néolibérale.

Profitons donc de cette crise majeure qui frappe notre pays pour « kolé têt kolé zépol »  et mettre en œuvre ensemble un projet politique alternatif, global et consensuel. 

Robert SAE

19 Mars 2020

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires