Breaking News

EAU : le vrai faux front Uni de Guadeloupe Unie Solidaire et Responsable.

21 Juil 2020 Didier Destouches
1004 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c'est Didier Destouches, Universitaire et essayiste qui nous soumet son billet.

Jusqu'à quel point (et jusqu'à quel stade de politique fiction) la question de l'eau sera utilisée dans les campagnes électorales compte tenu de son extrême rentabilité en termes de suffrages ? Difficile de le prévoir ! Mais les images parlent d'elles-mêmes.  

Que ce soit Jean Bardail ou Guy Losbar, les deux présidents GUSR des EPIC (dont d'aucuns et eux voulaient la suppression ou le remodelage il y'a tout juste quelques mois) affichent une diligence impressionnante à répondre au courrier du président de la Riviera du Levant, leur sommant presque de résoudre manu militari les questions de dettes du SIAEG. Faut-il y voir un signe d'unité politique face à la mise en garde des salariés du SIAEG ?

La réalité est plus subtile...

L'actualité de l'eau qui va s'accélérer suite au départ du préfet Gustin et à la nouvelle donne du pouvoir intercommunal précipite dors et déjà acteurs politiques et usagers dans la campagne des régionales.

D'un côté Eric Jalton, président de la puissante communauté Capex, allié du PS, proclamé présidentiable en puissance par les réseaux sociaux et de l'autre côté : la (très) belle prise du GUSR et néanmoins ex-candidat lourdement soutenu par Éric Jalton : Cédric Cornet, proclamé pareillement mais plus soudainement lui aussi présidentiable pour la Région.

Et au milieu celui qui pense à la fois au département et à la région (un autre grand chelem...) : le président du GUSR Guy Losbar. La nature ayant horreur du vide, surtout en politique, il est à parier que ce triangle étouffe tout ceux qui se tiendront à l'intérieur et essaieront de jouer leur propre partition, à commencer par le président de Région Ary Chalus qui garde tout de même un atout entre ses mains avec le pilotage de la mise en place de la future structure unique de l'eau. D'ailleurs c'est le président Cornet qui lance les invitations et initiatives tous azimut en direction des élus majeurs de la Guadeloupe pour un énième grand rendez-vous sur l'eau.

Surtout pour sauver son tout nouveau bateau la CARL, qui risque de couler à pic...

Tout en assurant médiatiquement le service après vente de sa campagne autour d'un plan Marshall de l'eau. Dès lors, on peut s'attendre à ce que cette problématique essentielle de notre quotidien ne devienne encore plus qu'hier un jouet polémique aux mains de politiques de nouveau en campagne et toujours autant dépassés à la fois par l'ampleur de la tâche et à la fois par l'irréversibilité des dégâts financiers laissés par leur prédécesseur et le laxisme étatique. Et dehors, une convergence des colères des collectifs d'usagers qui font un énorme travail de propositions et de pressions citoyennes et des syndicats d'employés semble prête à tout enflammer, jusqu’à l'eau qui ne coule plus ou mal dans nos robinets.

Quant aux EPCI, leur sort risque d'être réglé non pas par un ultime congrès hors-sujet de nouveau, mais plutôt par la division politique des alliés en campagne d'hier, sur la question de l'Eau...mais pas que.

Didier Destouches.

Politologue et essayiste 

Évaluer cet élément
(6 Votes)
Plus dans cette catégorie : « Contre la décadence civique

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires