Breaking News

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 940

Basse-Terre, Capitale. Lundi 27 juin 2016. CCN. Plus de 6 mois après les dernières régionales le périodique   nationaliste «  Patriyot » dans sa dernière livraison (  n°84 Mai/ Juin 2016) a publié un contribution   sans concession  sur la situation  actuelle et réelle du mouvement patriotique et anticolonialiste   guadeloupéen. Deux  informations essentielles  ressortent de ce texte :  1°/  sur le plan  électoral les organisations  telles que l’UPLG, le PCG ou le CIPPA  pèsent moins de 5% de l’électorat.  Ce chiffre  est à  rapprocher à celui publié  par  un récent sondage de Qualistat* ( mai 2016) lequel indiquait que   la « question statutaire » ne concernait que 3% des  guadeloupéens sondés.  2°/ le Mouvement Patriotique guadeloupéen  qui connut  au milieu des années 80 son apogée, est  aujourd’hui   particulièrement atomisé . Le mouvement LKP  de 2009 qui  avait  rassemblé des partisans  bien au delà de la mouvance patriotique et nationaliste, s’est progressivement affaibli  quand progressivement  certaines  de ses  composantes politiques et anticolonialistes (PCG, Combat Ouvrier, ANG… ) ont  décidé de « sauter à terre ». La dernière et très dynamique tentative  unitaire initiée  par le PCG  en 2012 sous  la bannière des Forces Patriotiques Anti Capitalistes et  Anti Colonialistes (FPAC*)  a quant à elle  implosé au lendemain des élections  municipales de mars 2015.  Il y  eut ensuite un nouvel et prometteur  essai d’unification…. à la veille des Régionales, de 2016. ! » Le Pacte Guadeloupéen » lancé cette fois par  le Kolektif pou Sové Gwadloup (KSG)  soutenu  ensuite par   l’UPLG et FKNG !. En dépit des  nombreuses discussions, séminaires , rencontres, textes et débats,  comme à  chaque fois ce sont  des divergences sur la  question électorale  ( participation/soutien ou non à  Chalus/abstention)  qui  ont   cassé   ce « Pacte » dont plus  personne ne s’en réclame. En fin de compte, Le bilan  que dresse le journal « Patriyot » ( unique organe de presse du Mouvement) paraît globalement négatif. Faut -il  dès lors penser qu’un demi siècle après les massacres de Mai  1967,  la liquidation du GONG,  que le mouvement patriotique  qui s’était reconstruit dans la douleur,  devenu depuis  pratiquement inaudible,   nécessite    une totale   remise en  question  de ses méthodes, de son discours et de son projet pour être de nouveau crédible et porteur d’espoirs ?  La réponse  chacun le sait est contenue dans  la  question ,désormais  incontournable. (CCN)

Pointe-à-Pitre. Lundi 13 juin 2016. CCN. La question des Réparations post coloniales  et le combat  pour l’abrogation de la loi sur l’indemnisation des esclavagistes, sont ils devenus des arguments de campagne électorale  pour 2017 ? C’est  qui ressort de  l’étonnant communiqué  publié par Victorin Lurel, à la suite  d’une rencontre  avec François  Hollande. Après donc la création d’une « Fondation de la honte et de la  réconciliation  » par le clan de Romana- CM98 et quelques  autres égarés, la récente  prise de  position de Victorin Lurel  a suscité une première réaction d’indignation, celle de  Elie Domota,  porte parole du LKP.  C’est à lire…


Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires