Breaking News

Martinique. Le Zouk : trajectoires, imaginaires et perspectivesser

11 Jui 2019
52 fois

Fort-de-France. Mercredi 12 juin 2019. CCN. Le Zouk est la création artistique, le produit culturel implexe créé par des artistes de deux îles sœurs, la Guadeloupe et la Martinique, ayant subi dans l’histoire coloniale de la France des convulsions irréparables, la dévastation et la reconstruction identitaire. Il naît en 1979 avec le groupe Kassav de manière inopinée chez nous, dans un contexte occidental national et international de vacuité (avec l’influence du post-modernisme) et en même temps des influences américaines (Black Power, Harlem Renaissance, blues, jazz, funk, disco, music pop, fusion, boogaloo...) et caribéennes (compas, salsa, reggae, calypso, merengue, rumba, cumbia, son montuno, bomba, plena...).

Cette occurrence nous amène à comprendre la démarche d’un groupe, Kassav, qui est celle de régénérer une unité ilienne en tant que Peuple de la Mer, pour reprendre l’expression d’Antonio Benítez Rojo dans la grande diversité archipélique qui nous concerne et nous unit, soit la recherche d’une homogénéisation dans l’hétérogénéité culturelle de nos peuples respectifs tant baignés dans la confusion, le brouillage du mimétisme, l’assimilation, l’acculturation, la transculturation...

Cette démarche est au cœur de l’engagement du groupe Kassav, qui consiste en une re-spiritualisation ou re-sacralisation, re- sanctuarisation de notre existence collective par la reconnaissance pleine de nos racines fertiles à travers nos sonorités, nos battements (rythmes), notre langue créole, notre langage souterrain, notre univers cosmogonique essentiel, nos croyances et aspirations, éléments constitutifs de notre identité implexe, gisements de notre idiosyncrasie. Cette démarche de résistance, que mène le groupe Kassav douloureusement depuis 40 ans en terre bâtarde et composite, traduit l’enjeu d’une conscientisation désirée pour nos peuples, où le déni de soi est encore aujourd’hui une pratique existentielle et une stratégie de survie fonctionnelle.

Alors pourquoi cette « hainamoration »1 pour le Zouk chez nous, alors qu’ailleurs, dans le monde, il est accueilli sans préjugés ? La re-créolisation du Zouk ou la réappropriation de l’imaginaire créole par Kassav n’augurent-ils pas une posture avant-gardiste de résistance, un postulat, un principe sur lequel se fonde un système de pensée qui permettrait à terme une délivrance complexuelle des peuples guadeloupéen et martiniquais? Quand on sait que le Zouk tient le haut du pavé dans la sphère française en matière de ventes, de certifications, de récompenses et de représentativité internationale, ne pourrait-on l’envisager en Guadeloupe comme en Martinique, comme un moteur de l’économie culturelle et touristique qui permettrait la synergie d’un réseau allant de l’exploitation via la production et la distribution (diffusion, médias, internet, métiers des arts et du spectacle et de la scène, de la communication, de l’information....) ? Quel impact le Zouk a-t-il eu ou a-t-il sur les littératures caribéennes, les arts, nos modes de vie, sur notre organisation sociale, nos modes de communication, les consciences, les esprits, les imaginaires ? Le Zouk a-t-il transformé nos sociétés créoles, nos « sociétés du sud » culturellement, politiquement, socialement ? Quel impact du Zouk sur les productions internationales ?

Cet appel à communication n’est pas restrictif et peut ouvrir sur des domaines tels que la musicologie, l’ethnomusicologie, l’économie, le droit, les sciences humaines (sociologie/anthropologie), la linguistique (la créolistique), l’art, les sciences politiques, l’histoire, la géopolitique, la philosophie, les Cultural Studies (études culturelles), la psychologie, la psychanalyse, la démarche empirique (témoignages...), la médiologie. Plusieurs pistes seront l’objet d’échanges et de réflexions, principalement sur le groupe Kassav, promoteur de la conscience créole antillaise. À titre indicatif, les analyses pourront explorer un ou plusieurs des points suivants, sans que cette liste soit exhaustive :

  • La pensée de Kassav dans la construction de l’esthétique Zouk (la question de la racine et de l’identité, le rôle essentiel des tambours, la carnavalisation...)
  • Kassav : une poétique de la négritude et de la créolisation, une esthétique du marronnage
  • La Réception de Kassav en Guadeloupe, Martinique, en France, aux USA, en Afrique, au Japon, en Europe... (culture clubbing locale, nationale et internationale...)
  • Le rapport à la danse zouk dans son évolution locale, nationale et internationale...  Kassav et l’Afrique (dimension sacrale, retour aux sources...)
  • L’influence de la clave Zouk dans le monde
  • Etudes comparatives avec les autres Zouk sur le plan local, national et international
  • Quelles perspectives avec le Zouk, comment développer cet acquis musical (approches qualitatives...) dans le contexte local et global

Mots-clés : Identité- Idéologies-Représentations- Imaginaire- le magico-religieux- Réalités- surréalités- négritude-créolité-créolisation- syncrétisme- ontologie- ontique

Comité d’Organisation : Gérald DESERT, Université des Antilles

Rosselyne ASTASIE, Présidente de Lynnaj Art Event Jean-Marc ROSIER, Président de Mélanges Caraïbes Malissa CONSEIL, Université des Antilles
Frédéric LEFRANÇOIS, Université des Antilles

Comité scientifique :
Corinne MENCE-CASTER, PU Paris IV-Sorbonne
Catherine LAVENIR, PU Paris III-Sorbonne Nouvelle
Hidehiro TACHIBANA, Professeur à L’université de Waseda, Japon Raphaël CONFIANT, PU Université des Antilles
Victorien LAVOU, PU Université de Perpignan
Miho WATANABE, Enseignante-chercheuse à l’Université de Waseda, Japon Gerry L’ETANG, MCF-HDR Université des Antilles
Buata MALELA, MCF Centre universitaire de Mayotte
François BINGONO BINGONO, PU Yaoundé, Cameroun
Steeve GADET, MCF Université des Antilles
Cheikh NGUIRANE, MCF Université des Antilles
Stéphane PARTEL, MCF Université des Antilles
Anne-Catherine BERRY, Docteure en Arts Plastiques
Frédéric LEFRANÇOIS, Docteur en études anglophones
André LUCRECE, Docteur en sociologie
Abel LOUIS, Docteur en Histoire
Dominique CYRILLE, Docteure en ethnomusicologie

 

 

CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires