Breaking News

Guadeloupe. Komité 13 Janvié 2020 : Motion adoptée au rassemblement commémoratif du 1er anniversaire du Komité

08 Fév 2021
461 fois

Pointe-à-Pitre. Lundi 8 Février 2021. CCN. SONJÉ ! 7 vaillants militants anti-chlordécone ont été raflés à leurs domiciles au petit matin du 28 novembre 2019 pour avoir manifesté pacifiquement, au son du tambour,  devant les hypermarchés des empoisonneurs de 92 % du peuple martiniquais et 95 % du peuple Guadeloupéen.

Métamorphosés de victimes en bourreaux, ils devaient comparaître le 13 janvier 2020 au palais de la justice coloniale.

22 organisations syndicales, associatives et politiques se sont alors constituées en Komité 13 janvier autour des mots d’ordre: abandon des poursuites contre les militants! Poursuite et condamnation des empoisonneurs!  

La manifestation pacifique du 13 janvier en soutien à ces 7 militants s’est heurtée à un déferlement de violence  (gaz lacrymogène, LBD, grenades de désencerclement)  culminant dans l’incendie de la station-service située face au tribunal provoqué par des tirs DÉLIBÉRÉS de grenades sur cette station EN DÉPIT des nombreuses mises en garde des manifestants.

IMAJINÉ !

S’il n’avait pas été, vidéos à l’appui,  éteint  par de courageux manifestants et riverains, cet incendie aurait fait exploser la station et détruit les alentours.  Ce monstrueux acte provocateur aurait eu pour effet de transformer le komité, avec ses 22 organisations, en regroupement terroriste et de mettre la Martinique en état de siège.

JODI :  PRESKIPSION ?

Le peuple de Martinique, après avoir subi toute l’année 2020 une série ininterrompue de violences judiciaires et policières dont, le 16 juillet, la tentative d’assassinat de Kéziah NUISSIER traité de sale négro, et le jeudi 3 septembre celle de Judes PASTEL par une gendarme de deux balles dans le dos, se trouve, comme celui de Guadeloupe,  confronté aujourd’hui à une nouvelle monstrueuse provocation.

15 ans après les plaintes déposées par des associations écologistes, le juge d’instruction en charge du dossier a déclaré s’orienter vers une prescription donc un non-lieu d’autant que des pièces essentielles permettant d’identifier les coupables auraient disparu du dossier !  

Tant en Martinique qu’en Guadeloupe une levée de boucliers quasi unanime a répondu à cette nouvelle provocation; crime d’empoisonnement = crime contre l’humanité= imprescriptible !  

NOU PÉ PA KITÉ TOU SA FÈT

La situation est d’’autant plus grave que le gouvernement instrumentalise la crise sanitaire pour multiplier les mesures liberticides :

loi d’urgence sanitaire prolongée jusqu’en juin et sans doute jusqu’au 31 décembre,  loi de sécurité globale déjà votée en première lecture par le Parlement, loi séparatisme qui recyclerait dans un article 18, en pire, le très contesté article 24 de la loi de sécurité globale interdisant y compris aux journalistes de filmer les policiers en opération,  création dans la police d’une nouvelle «force d’appui rapide» ( FAR) dotée de moyens spéciaux dont des 4x4 rapides pouvant franchir des barricades, et une prime spécifique, création d’un  délit d’entrave au bon ordre des universités passible d’un an de prison et 7 500 euros d’amende et, commis en réunion, de trois  ans de prison et  45 000 euros d’amende, instructions données aux chefs d’établissement de santé , signées par Véran lui-même, d’inciter à  dénoncer auprès de la gendarmerie, la police, la préfecture, ou sur un n° vert, les personnels de santé aux opinions politiques, religieuses sociales, culturelles, jugées radicales, risques de licenciement des personnels de santé réfractaires à la vaccination.  

 LÈ BAB KANMARAD OU PRI DIFÉ WOUZÉ TAW !

Clairement, nul n’est à l’abri.  Dans ce contexte l’unité qu’a toujours prônée notre Komité face à l’état colonial se fait ressentir comme une nécessité vitale. Le komité 13 janvié appelle toutes les forces vives martiniquaises, politiques, syndicales, associatives, à faire front contre la prescription du crime d’empoisonnement, pour l’abandon des poursuites contre les militants anti-chlordécone, pour que les empoisonneurs soient jugés et condamnés,  pour le soutien à toutes les victimes des actuelles mesures liberticides.  

Notre Komité appelle en particulier à une mobilisation générale le 17 mars, jour du procès de Kéziah, et le 25 mars, jour du procès en appel de Christian le gilet jaune, victime anticipée de l’article 24 de la loi de sécurité globale.

Ansanm ansanm nou pou genyen !

Maison des syndicats ce vendredi 29 janvier 2021

CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires