Imprimer cette page

​C​uba. Cuba appelle à renforcer les stratégies face à l’intervention impérialiste

20 Jui 2016
2836 fois
Bruno Rodriguez Parrilla, le ministre cubain des Relations extérieures Bruno Rodriguez Parrilla, le ministre cubain des Relations extérieures

Caracas. Lundi 20 juin 2016. CCN. Le ministre cubain des Relations extérieures, Bruno Rodriguez Parrilla, a exhorté l’Alliance bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique (ALBA-TCP) à consolider les stratégies contre l’intervention impérialiste et les actions putschistes menées sur le continent, a rapporté l’agence AVN.

L’agence Prensa Latina a annoncé pour sa part que le Conseil politique de l’ALBA-TCP s’est réuni dans cette capitale pour discuter des stratégies communes à adopter pour défendre la région.

Durant son intervention, Rodriguez Parrilla a appelé les mouvements sociaux et politiques de la région à se mobiliser pour la défense des gouvernements progressistes de gauche qui subissent les mesures de coercition de puissances étrangères comme le Venezuela, auquel on prétend appliquer la Charte démocratique de l’Organisation des États américains (OEA), et le Brésil, dont la présidente a été victime d’un coup d’État parlementaire.

Dans une allocution qui a été transmise par la chaîne de télévision latino-américaine TeleSur, le chef de la diplomatie cubaine a déclaré que, plus que jamais, une mobilisation de l’ALBA s’impose face aux tentatives de déstabilisation enregistrées ces derniers temps dans notre région, dont le putsch parlementaire, judiciaire et médiatique perpétré au Brésil.

Il a ajouté que dans ces circonstances, il revient au Conseil politique de se mobiliser et de lancer un appel aux mouvements politiques et populaires, aux forces révolutionnaires progressistes et de gauche de la région, aux mouvements syndicaux, paysans, et aux intellectuels, à barrer la route à l’intervention impérialiste, à la violence putschiste et au néolibéralisme.

Rodriguez Parrilla a souligné la nécessité de renforcer l’unité régionale et les conquêtes du continent auprès des organismes internationaux comme l’Union des nations sud-américaines (Unasur) et la Communauté de la Caraïbe (Caricom).

« L’Amérique latine et la Caraïbe ont changé. Nous ne sommes plus et nous ne serons plus l’arrière-cour des États-Unis, nous n’accepterons plus un retour à la politique de la carotte et du bâton, et, je le répète, personne ne pourra séduire Cuba – toujours victime du blocus et dont une partie du territoire demeure occupée par la base navale de Guantanamo – alors que l’on prétend isoler le Venezuela », a-il asséné.

Le ministre a souligné qu’à l’heure actuelle la région est menacée par le gouvernement des États-Unis et les oligarchies nationales qui, privés du soutien des peuples, « ont une nouvelle fois recours aux putschs pour nous empêcher d’exercer notre souveraineté sur nos ressources naturelles et démanteler nos politiques d’indépendance et de développement social ».

Lors de sa participation au Conseil, le ministre Bruno Rodriguez a affirmé que l’histoire du continent se joue dans cette bataille que livre actuellement le Venezuela contre les menaces constantes. Il a réaffirmé sa solidarité à la République bolivarienne et s’est félicité des liens fraternels de son pays avec le Venezuela.

« L’histoire de l’Amérique latine, je le répète, se joue dans cette bataille, ici au Venezuela. Nous défendrons tous, coûte que coûte, l’héritage d’Hugo Chavez, et le Venezuela trouvera toujours en Cuba un pays frère prêt à partager le même sort », a-t-il dit.

Pour sa part, Samuel Berridge, haut fonctionnaire du Service extérieur de Saint-Kitts Nevis, s’est fait l’écho de ce soutien, et il a souligné les avancées enregistrées au cours des 17 dernières années grâce aux accords avec Petrocaribe, fer de lance des programmes sociaux mis en œuvre de divers pays.

« Le modèle de cohésion social au Venezuela est un motif d’encouragement », a déclaré Berridge, avant d’exprimer son soutien aux initiatives de dialogue lancées par le gouvernement national avec l’appui de l’Unasur.

« Saint-Kitts et Nevis sont solidaires du gouvernement et du peuple du Venezuela, et engagées en faveur de l’arrivée d’une nouvelle ère de croissance et de développement dans ce pays. Le Venezuela est un acteur important de ce continent, et l’affaiblir ne profite en rien au reste des pays de la région », a-t-il dit.

Pour sa part, la ministre des Affaires étrangères de la République bolivarienne du Venezuela, Delcy Rodriguez, a condamné les campagnes médiatiques contre les gouvernements de gauche de la région qui « cherchent à créer un terrain propice à justifier des agressions impériales ».

« Les peuples ne veulent pas d’un retour à la sombre décennie du néolibéralisme, ils ne veulent à être à nouveau soumis et subjugués politiquement, économiquement et financièrement au Fonds monétaire international », a-t-elle déclaré.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, a signalé que « la nécessité de construire une stratégie commune de défense et de libération de notre processus révolutionnaire » a été le thème principal de discussion.

Quant au ministre de la présidence de Bolivie, Juan Ramon Quintana, il condamné, au nom de son peuple, toute atteinte à la démocratie vénézuélienne.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Dernier de CCN