Breaking News

Haïti. Marie Barton-Doc : la vision de l’administration Moïse-Lafontant n’est pas encore claire sur ce qu’elle veut achever

03 Juil 2017
2330 fois

Port-au-Prince. Lundi 3 juillet 2017. Lenouvelliste/CCN. Sur la petite table du salon attenant à son bureau, il y a deux boîtes remplies d’effets personnels. Marie Barton-Doc, directrice de la Banque mondiale en Haïti, s’en va.

Elle prend sa retraite. Avant de partir, Marie Barton-Doc, connue pour son franc parler, confie au journal, vendredi 30 juin, ne pas savoir ce que l’administration Moïse-Lafontant veut achever dans les quatre à cinq prochaines années. « Jusqu’ici, nous n’avons pas eu la chance de discuter de beaucoup de choses avec la nouvelle administration. J’espère qu’à l’avenir elle va exprimer sa vision pour les différents secteurs. Pour moi, elle n’est pas encore claire sur ce qu’elle veut achever dans les prochains quatre, cinq ans », a confié Marie Barton Doc.

La Banque mondiale n’est pas la seule partenaire à attendre des signaux clairs. « Je pense qu’il est très important que le gouvernement ait cette discussion, pas uniquement avec la Banque mondiale, mais avec les autres partenaires », a indiqué Marie Barton-Doc qui nuance, qui refuse de dire si elle est inquiète. « Peut-être qu’il est normal que cela prend un peu plus de temps. Mais, elle (l’administration Moïse-Lafontant) devrait y aller et surtout dans les secteurs clés », a-t-elle conseillé, avouant n’être pas édifiée sur le financement ni sur la stratégie par rapport aux annonces récentes du président Jovenel Moïse sur l’électricité et la construction de route.

« J’ai entendu la vision du chef de l’État en ce qui concerne l’électricité, en ce qui concerne les routes. Mais, il y a une question de financement et une stratégie pour y aller. Et sur cette partie, je n’ai pas encore entendu quelque chose d'élaboré qui soit assez clair pour moi », a affirmé Marie Barton-Doc, convaincue que sans réforme de l’Ed’h qui engloutit 300 millions de dollars l’an de subvention publique, toute augmentation de puissance entrainerait une augmentation du déficit public, moins de ressources pour réaliser des investissements intelligents dans la santé, l’éducation, l’eau potable, les infrastructures.

Marie Barton-Doc a souligné que son « travail » était de conseiller le gouvernement avec qui la Banque mondiale fait des investissements. La banque a un portefeuille de plus d’un milliard et a approuvé 200 millions de dollars pour Haïti sur les 12 derniers mois. C’est normal de discuter avec le gouvernement, a expliqué Marie Barton Doc. Au passage, la directrice sortante de la Banque mondiale en Haïti a félicité le gouvernement pour « avoir relancé le CAED ». Mais, a-t-elle souligné, « pour être plus efficace, le CAED doit être plus actif ». Les réunions une fois l’an sont loin d’être suffisantes, a observé Marie Barton Doc.

L'observation de Marie Barton-Doc, comme un appel du pied et des deux mains fait à l'administration Moïse-Lafontant, intervient à un moment où, en off, d'autres partenaires internationaux confient ne pas savoir "où veut aller cette nouvelle équipe".. Le président Jovenel Moïse s'implique à fond dans la Caravane du changement, fait du micromanagement, essaie, tout à son honneur, de pousser une machine administrative connue pour être aussi rapide qu'une tortue. Du côté du gouvernement, il n'y a pas vraiment de capitaine, ont souligné nos sources. Il y a des conseillers, des têtes autour du chef de l'État qui, dans certains cas, n'en fait qu'à sa tête, poursuit une autre source.Entre-temps, en milieu de journée, le vendredi 30 juin, cette administration a présenté le budget 2017-2018 avec des priorités mises sur l'éducation, l'infrastructure, l'agriculture, la défense. Cette administration ne veut pas touner en rond, attendre des fonds promis par des bailleurs que l'on décaisse au bout de plusieurs années, selon une autre source qui semble souligner que les violons non accordés ne serait pas un hasard.Tout au moins à ce stade.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires