Breaking News

Haïti. Six agents de la PNH en isolement pour violation des droits de l’homme L’IGPNH promet de la rigueur

05 Juil 2017
2475 fois

Port-au-Prince. Mercredi 5 juillet 2017. Lenouvelliste/CCN. L’Inspection générale de la Police nationale d'Haïti (IGPNH) a placé en isolement - en attendant des poursuites judiciaires à leur encontre - quatre policiers cantonnés au commissariat de Pétion-Ville et deux employés civils de la PNH impliqués dans la « maltraitance et l'humiliation » de Nickenson Rémy et de Jean Wisky Emile, deux présumés violeurs d’une jeune fille de 17 ans.

Ces deux jeunes hommes passent de bourreaux à victimes de « brutalité policière » au sein même d’un commissariat.

« Il s’agit d’une affaire d'une extrême gravité quand des policiers, agents des forces de l’ordre, chargés de faire appliquer la loi, se mettent à violer les principes fondamentaux des droits humains », déplore le commissaire divisionnaire Marc Wilkens Jean. Près de 15 jours après la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux montrant des policiers en train d’infliger un traitement inhumain à ces jeunes hommes, le porte-parole de l’IGPNH a mis en avant toute l’indignation que l’institution policière a éprouvée. Il affirme que le chef de poste a aussi été placé en isolement pour avoir laissé perpétrer un tel acte au commissariat. Au nom de la PNH, il a défendu certaines valeurs comme « le respect de la dignité humaine que tout policier est formé pour cultiver ». Selon lui, les policiers qui ont agi de la sorte « savent qu’ils n’ont pas le droit de le faire ».

« Même s’il s’agit d’un criminel, il doit être traité avec dignité et respect », a fait savoir le commissaire divisionnaire, qui invite ses frères d’armes à suivre dans l’exercice de leurs fonctions les règlements intérieurs des agents de la PNH. Ce code de déontologie, s’il est suivi, est là pour garantir une bonne image à la PNH. Marc Wilkens Jean, qui se tenait en présence de Ralph Stanley Jean-Brice, l’inspecteur général en chef de la PNH, a promis de sévir contre les policiers qui ont un comportement déviant. « Quand des policiers s’écartent du règlement et de la déontologie de la PNH, les cas qui nous sont parvenus sont traités après enquête avec la dernière rigueur », a-t-il martelé. Pour le mois de mai, l’IGPNH a recommandé des sanctions contre 54 policiers, dont 24 pour violation des droits de l’homme. Ils sont au nombre de 15 pour le mois de juin.

L’IGPNH soutient qu’au plus haut niveau de la PNH, la tendance est à la limitation de telles attitudes. La direction générale de la Police nationale d’Haïti avait dans une note « désapprouvé ces comportements déviants qui ne correspondent nullement à l'image de cette police professionnelle. » C’est le tour de l’IGPNH de « présenter ses excuses à la population pour ces entorses que les agents de la PNH ont causées. » Le commissaire divisionnaire Marc Wilkens Jean, a soutenu que c’est « au fautif de porter la responsabilité mais pas à la police nationale ».

Formation et sensibilisation pour des policiers

Prêchant aux policiers de cultiver une « attitude courtoise » qui n’exclut pas la fermeté lorsque les circonstances l’exigent, le porte-parole de l’IGPNH a fait savoir qu’il a reçu de nombreuses plaintes pour rétention de documents des conducteurs. Il a indiqué que pas moins de 50 agents de la police routière ont récemment pris part à des séances de formation et de sensibilisation à la manière de s’adresser aux conducteurs et sur la discipline générale.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires